Education & sensibilisation

Érosion des sols à Mayotte : sensibiliser, le premier pas du changement

L’île de Mayotte est victime d’une forte érosion de ses sols. Le processus est dû à des pratiques qui protègent peu - voire pas du tout - les sols et est accéléré par les fortes pluies tropicales de l'île. Pour changer la donne, Les Naturalistes de Mayotte, membre de Mayotte Nature Environnement mènent plusieurs campagnes de sensibilisation. Dernièrement, ils sont intervenus auprès d'élèves du lycée agricole de Mayotte.

L ‘érosion des sols met en péril l’agriculture et le lagon

L'érosion des sols à Mayotte résulte principalement de l'impact des fortes pluies tropicales sur des sols peu ou pas protégés : chantiers de construction, talus non végétalisés, pistes, absence de couverture végétale ou paillage en zone agricole, terres mises à nus avant de nouvelles cultures, plantations inadaptées sur sols en forte pente ou déforestation. La forte pression anthropique dans tous les milieux tend à accélérer ce phénomène d'érosion : extension plus ou moins contrôlée de l'urbanisation, déforestation, etc. Cette érosion très active, principalement en saison des pluies met en péril la bonne santé du lagon, ainsi que l'agriculture.

Former les agriculteurs de demain à ces bonnes pratiques, un véritable levier pour le changement

Afin de faire changer les pratiques, les Naturalistes de Mayotte organisent des ateliers auprès des agriculteurs mais également auprès des jeunes. Lundi 5 décembre, 28 élèves de 4ème du lycée agricole ont ainsi profité d'une journée d'atelier. La sensibilisation a débuté par une explication en classe de ce qu’est le phénomène de l’érosion, quelles en sont les causes et les conséquences, en particulier sur le milieu agricole et le lagon.

L’atelier s’est poursuivi par une visite terrain l’après-midi dans le village de M’Tsamboro. Un agent de la Chambre de l'agriculture de la pêche et de l'aquaculture de Mayotte (CAPAM) a ainsi fait visiter les parcelles pilotes mises en place dans le cadre du projet pour pouvoir mesurer la quantité de sédiments qui part dans le lagon. Les élèves ont ainsi découvert que sur la commune de Mtsamboro, où le bassin versant équipé est très urbanisé, 95 tonnes de sédiments sont passés par l'exutoire, ce qui représente 5,4 t/Ha sur l'année. Les animatrices ont ensuite mis l’accent sur les bonnes pratiques agricoles permettant de lutter contre l’érosion des sols (paillage, plantes de couverture, etc.).

À la fin de la journée, les élèves avaient ainsi bien assimilé les impacts néfastes de l’érosion, ainsi que les mesures de remédiation en milieu agricole. Des opérations similaires se poursuivront en 2017 dans le cadre du projet LESELAM (Lutte contre l’Erosion des Sols et l’Envasement du Lagon à Mayotte).

Le projet LESELAM vise à faire émerger une prise de conscience collective quant à la situation et l'évolution de l'érosion des sols à Mayotte. Il est piloté par le BRGM[1] et mené en partenariat avec le CIRAD[2], l'IRSTEA[3], les Naturalistes de Mayotte et la CAPAM[4].

 

[1] Bureau de Recherche Géologiques et Minières

[2] Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

[3] Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l'Environnement et l'Agriculture

[4] Chambre de l'Agriculture de la Pêche et de l'Aquaculture de Mayotte

Par fne-writer
Le lundi 19 décembre 2016
Je relaie J'agis Je donne