Chemin de traverse

10 exemples d'une libido animale surprenante

S’arroser d’urine, juger sur la queue, se cogner avant de copuler… La sexualité animale est à l’image de la variété des espèces : surprenante et diverse.

Le hérisson : tout en douceur
 
Comment un animal fait de piquants peut-il partager de tendres moments avec un(e) congénère ? La parade des hérissons, qui débute mi-avril, est très étudiée. Le mâle, en promesse de tendresse et de confiance, expose à la femelle les poils qui lui tapissent le ventre. Puis la femelle prend les devants. Elle se roule devant lui, érige ses piquants en guise de démonstration puis vient le frôler, frotter son museau contre le sien accompagnant la cérémonie de petits crissements bruyants. Quand les deux entrent dans la danse, ils jouent à l'imparable " fuis moi je te suis, suis moi je te fuis " : ils se roulent l’un l’autre, s’écartent et se poursuivent jusqu’à ce que la femelle décide d’étirer ses pattes postérieures en arrière et de coucher les piquants de son dos. Le mâle la taquine alors avec son museau puis monte sur son dos pour copuler sans se piquer. Ils s’unissent dans un coït prolongé très bruyant. Écoutez les extraits en bas de page derrière ce lienLe hérisson en danger : Inscrit sur la liste des mammifères protégés en France et en Europe, les hérissons souffrent de l’activité humaine. Seul 9% meurent naturellement, tandis que 26% sont empoisonnés par les pesticides et 24% sont écrasés sur les routes.
 
 
L'hirondelle : une queue bien droite

Les volatiles sont réputés pour séduire grâce à des plumages chatoyants. Les hirondelles, elles, possèdent un autre critère de sélection : la symétrie et la longueur de la queue. En effet, plus l’arrière train du mâle est symétrique et long, plus la femelle est susceptible d’être séduite. C’est pourquoi les mâles ont pris pour habitude de virevolter au plus près des femelles pour leur montrer leur arrière-train. L’hirondelle de plus en plus rare : les effectifs des hirondelles rustiques ou de fenêtre ont chuté, près de 40% d’hirondelles en moins entre 1989 et 2007 annonce la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

 

La limace léopard

Se reproduire lors d’un grand saut ? C’est la technique utilisée par la limace léopard (Limax maximus). Mais avant le grand saut, les deux hermaphrodites commencent par s’encercler et se lécher langoureusement. Une fois décidés, les amoureux escaladent une surface surélevée pour ensuite s’enrouler l’un autour de l’autre. Et c’est là que le grand final opère : les limaces léopard se laissent tomber dans le vide retenues par un long fil de mucus. Une fois suspendues, elles utilisent leur pénis translucides sortis de petites ouvertures situées sur le côté de la tête (les gonopores).

 

La marmotte alpine : la danse des musclés

Pour se reproduire, les marmottes alpines peuvent paraître légèrement agressives. Chez cet emblème de la montagne, seuls les dominants ont le privilège de se reproduire. La compétition se fait rude entre les mâles qui veulent tous se montrer les plus puissants et entre femelles qui désirent être les plus attirantes. Une fois le couple formé, une " danse de la marmotte " musclée débute entre les heureux élus : chacun se dresse sur ses pattes face à l’autre et se donne des petits coups tout en sautillant avant de s’accoupler. Et ce monogame qui s’autorise parfois quelques écarts a peu d’occasion de copuler : la femelle est disposée environ 24 heures dans une année, sans pour autant l’être tous les ans.


 

 

Le serpent : une lente étreinte sans jalousie

Chez les serpents, pas de combats de mâles, ils font tout juste semblant. Une fois la femelle repérée, le mâle s'approche et le couple s'entortille par la queue. Les deux serpents s’enroulent et se déroulent lentement l’un autour de l’autre. Une étreinte qui dure parfois des heures entières. Une fois ce long câlin terminé, le mâle part à la rencontre d’autres femelles tandis que la femelle accueille d’autres mâles de passage pour entamer à nouveau une parade hypnotique. C'est ainsi que, nés en même temps, les petits peuvent pourtant être demi frères et demi soeurs.

 

Crapaud accoucheur : du chant, de l'urine et des orteils

Ce petit crapaud dodu a une technique de drague qui, au premier abord, semble être conventionnelle : il chante le tube des crapauds accoucheurs qui attire les femelles. Lorsque les partenaires se rencontrent, le mâle agrippe la femelle avec ses pattes avant. Et c’est après que ça devient un peu plus rock n’roll : le mâle fait du frottis frottas contre les parois de l’organe génital de la femelle (le cloaque) avec ses pattes postérieures, il y met ses orteils pour en sortir un double chapelet d’ovules qu’il dépose entre ses pattes arrières et celles de la femelle. Il change ensuite de position en agrippant la femelle par le cou et arrose les ovules d’un mélange de sperme et d’urine. Le crapaud adepte de l’ondinisme ? Pas vraiment, l’urine ne satisfait pas un fantasme : il sert à humidifier la zone pour permettre aux spermatozoïdes de se déplacer. Après une pause, le mâle fixe ses œufs sur ses pattes arrières. C’est donc lui qui porte les oeufs. Mais il peut partir à la conquête d’une autre femelle et portera sur son dos cette nouvelle livrée. Pendant 8 semaines, il s’occupera seul des œufs qu’il déposera dans l’eau juste avant qu’ils n’éclosent.

 

Le bouquetin des Alpes : la drague des grimaces

Le mâle bouquetin, après avoir évincé ses rivaux à grands coups de cornes et lors de combats qui peuvent durer des heures, a une technique d'approche des femelles peu conventionnelle : narines grandes ouvertes, cornes couchées sur le dos, il s’approche de son arrière train et tire de manière saccadée sa langue baveuse. Pas très élégant mais efficace pour s’assurer que la femelle est fécondable.

Grue cendrée : une fidélité à toute épreuve

Pour maintenir les liens forts qui les unissent, le couple se lance dans une danse un peu folle. Le couple marche à pas rapides et courts, ailes semi-ouvertes, en formant des cercles. Après moult courbettes l'une en face de l’autre, elles sautent d’un côté puis de l’autre en attrapant par le bec tout ce qui peut être lancé en l’air. Ce n’est qu’après tous ces efforts qu’enfin ils se lancent dans un accouplement des plus acrobatiques. Une grue cendrée protégée mais en danger : Outre la disparition de ses habitats par l’urbanisation et l’agriculture intensive, cette grande migratrice, entre souvent en collision avec les lignes électriques aériennes. Bien que protégée, elle est également tuée par l'homme car elle cause des dégâts aux cultures.

 

La Tégénaire domestique : " tu es à croquer "

Si la squatteuse de vos appartements est inoffensive pour l'humain, l’araignée tégénaire est redoutable avec les mâles de son espèce. La femelle s’abrite au fond de sa toile en forme d’entonnoir et dévore tout ce qui y passe. Aussi, lorsqu’un mâle veut s’accoupler, il doit d’abord s’identifier pour ne pas être confondu avec une proie. Pour cela, il dispose d'un code : frapper plusieurs fois selon un rythme régulier sur la toile. Si la femelle sort de son trou, il s’enfuit car elle n’a pas compris le code. Si elle ne sort pas, il entre dans le trou pour lui injecter le sperme. C’est là que généralement, elle saisit et dévore le mâle. Seuls quelques-uns s’en sortent et rares sont ceux qui ont pu se lancer dans une vie de couple.

 

La méduse Turritopsis nutricula : se reproduire et ne jamais mourir !

En soi, la reproduction des méduses est très particulière et encore pleine de mystère. Mais la découverte de Christian Sommer dans les années 80 pose une question bien plus large : celle de l'immortalité. Aux abords de la Guadeloupe et de la Martinique, dans la mer des Caraïbes, laTurritopsis nutricula, méduse de 5mm rajeunit quand elle est blessée ou a atteint l’âge mûr : elle se rétracte pour reprendre la forme de son premier stade de l’existence. Dans le processus, elle renouvelle entièrement ses cellules et reprend sa forme de naissance : un processus encore incompris mais qui fait dire à certains que cette méduse est immortelle... Imparable pour éviter l'extinction d'une espèce. Invasion de méduses : La rapide multiplication des méduses posent de nombreuses questions sur l'équilibre des espèces aquatiques. Elles se reproduisent plus vite et sur une période plus longue avec le réchauffement climatique. Par ailleurs, sacs et constructions plastiques immergées leurs offrent des nids parfaits pour naître tandis que leurs principaux prédateurs, les tortues, sont en voie d’extinction (parmi les causes de décès, les tortues confondent sacs plastiques et méduses. Elles les ingèrent donc et s'étouffent).

 

Par fne-writer
Le mardi 05 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne