Actualités

30 ha de maïs contaminés par des OGM détruits dans la Sarthe

Nous avons appris le 10 août 2009 que trois parcelles de maïs, couvrant une trentaine d'hectares, ont été détruites fin juillet sur les communes de Dangeul, Courgains et Saint-Vincent-des-Prés (Sarthe).

Ces parcelles ont été ensemencées par un lot de semences fourni par la société Pioneer et dans lequel la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a détecté des traces d'OGM inférieures à 0,1%. La plupart des sacs provenant de ce lot a pu être interceptée avant semis, sauf dans le cas de ces trois parcelles.

Les informations actuellement disponibles ne précisent pas l'événement transgénique incriminé ni la chronologie de l'affaire, et sont contradictoires quant à l'origine géographique du lot. C'est pourquoi FNE a demandé plus de précisions auprès des services concernés du ministère de l'Agriculture.

L'on peut se satisfaire que la traçabilité ait permis de retrouver la plupart des sacs de semences et de localiser les parcelles ensemencées pour les détruire avant floraison. Rappelons que par le passé, certains cas de contamination de maïs, y compris par des évènements non autorisés, ne s'étaient pas soldés par une destruction des parcelles avant récolte.

Mais cette nouvelle affaire pose de nombreuses questions : pourquoi les parcelle sarthoises ont-elles pu être ensemencées ? pourquoi avoir attendu jusque fin juillet pour procéder à leur destruction ? combien de contaminations d'OGM échappent-elles au contrôle de la DGCCRF et au réseau de biovigilance ?

Plus globalement, cette affaire met en évidence les lacunes réglementaires en termes de pureté des semences. Quand l'Union européenne arrêtera-t-elle une directive sur la question ?
Par FNE.
Le mardi 11 août 2009
Je relaie J'agis Je donne