Bonnes pratiques

Alimentation : les 7 super-pouvoirs de votre assiette

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour votre santé et l’environnement, ça veut dire beaucoup. Vos repas sont un précieux levier de changement. Et les petits plats préparés dans l’urgence ou pendant des heures ont de grands effets sur bien des aspects. Tour d’horizon.

1 - Mon repas sans pesticides ni perturbateurs endocriniens préserve ma santé

« Pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour » ! Oui, mais une pomme au coulis de pesticides, en fait, ce n’est pas vraiment bon pour votre santé. Pour l’exemple des pommes, l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) dénombre en moyenne 36 traitements différents par fruit. Une cure loin d’être anodine puisque l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) reconnaît que les pesticides peuvent entraîner des troubles de la reproduction et sont également responsables dans l’apparition de cancers, d’Alzheimer ou encore de troubles neurologiques…. Certains de ces produits appartiennent à la terrible famille des perturbateurs endocriniens. Une grande dynastie de substances qui se trouvent parfois dans nos petits plats et dérèglent nos systèmes hormonaux, causant de nombreux troubles.

Si France Nature Environnement milite au quotidien pour une meilleure règlementation de ces substances, vous pouvez, depuis votre assiette, réduire votre exposition en adoptant notamment une alimentation bio.

2 - Ma nourriture locale et de saison réduit la pollution de l’air

Opter pour des fraises en plein mois de décembre ou faire importer vos aliments depuis une lointaine contrée nécessite bien des kilomètres parcourus. Et qu’ils viennent par camion, bateau ou avion, chacun de ces moyens de transports encrassent nos poumons et contribue aux changements climatiques, surtout quand ils sont consommés hors saison.

En choisissant des produits locaux et de saison, vous contribuez ainsi à réduire la pollution de l’air tout en profitant de mets qui ont souvent plus de saveur.

3 - Mes petits plats locaux et de saison favorisent aussi l'emploi dans ma région

L’opération semble évidente mais il est toujours bon de la rappeler : en réduisant les kilomètres parcourus par vos aliments, vous vous rapprochez du producteur et vous favorisez donc l’emploi local. Si vous privilégiez les producteurs bio ou engagés dans une démarche d’agroécologie, vous contribuez aussi à maintenir la biodiversité de votre territoire.

Et pour être sûr de disposer d’aliments sains, locaux et de saison, rien de tels que les AMAP, la vente directe à la ferme ou encore les marchés de producteurs locaux, qui ont sur leur étal chaque semaine une sélection de la production locale.

4 - Avec moins de viandes, mon menu préserve le climat

L’alimentation prend une part importante dans les émissions de gaz à effet de serre, responsables des dérèglements climatiques. Ainsi, en France, l’élevage en émet plus que les transports. Un constat simple et sans appel qui trouve écho dans les recommandations du 5ème rapport du GIEC : une diminution importante de notre consommation de viande serait aussi efficace que de diviser par deux le parc automobile mondial. Vos petits plats peuvent donc être bons pour le climat.

Ainsi, moins de viandes, c’est réduire son impact carbone tout en redécouvrant le plaisir de cuisiner les légumes riches en protéines.

5 - Mes plats carnés avec une meilleure viande offrent une vie plus digne aux animaux d’élevage

 

 

Manger moins de viande oui, mais aussi une viande de meilleure qualité. C’est un engagement pour l’environnement, pour vos papilles mais aussi pour le bien-être des animaux d’élevage qui fournissent vos assiettes. Alors que certains poulets sont agglutinés à 20 dans 25 mètres carrés sans jamais voir la lumière du jour, les poulets Bio ou Label rouge sont quant à eux élevés en plein air. Des conditions de vie tout de même plus dignes. Il en est de même pour les porcs élevés dans des fermes usines et nourris aux OGM. A chaque repas carné, vous avez en somme la possibilité de voter pour le système d’élevage que vous voulez encourager.

6) Des aliments qui n’étouffent pas sous les emballages préservent les océans

Saviez-vous que 75 % des emballages que nous consommons sont des emballages alimentaires ? Pire,  la plupart de ces contenants ne sont ni réutilisables, ni recyclables. Un simple paquet de biscuits compte parfois trois couches d’emballages (une barquette plastique, un film aluminium et une boîte en carton). Les rayons des supermarchés débordent d’exemples de ce type quand les océans, eux, débordent de déchets plastiques. Ce ne sont pas moins de 300 millions de tonnes de débris plastiques qui se trouvent aujourd’hui à la surface des océans (1), contaminant ainsi les espèces marines et, en définitive, leurs consommateurs.

Alors quand vous faites vos courses, privilégiez la vente en vrac ou à la découpe, les produits avec moins d’emballages et préférez aussi les sacs cabas aux sacs plastiques jetables encore distribués dans les magasins (2).


7) En réduisant mon gaspillage, je réduis aussi la pression sur les ressources naturelles


Aujourd’hui, 1/3 de la nourriture produite au niveau mondial termine à la poubelle, soit 1,3 milliard de tonnes chaque année (3). Et tout ce gâchis utilise inutilement des ressources telles que l’énergie, l’eau et les surfaces agricoles. 28 % des terres seraient ainsi cultivées pour… la poubelle. Face à ce gaspillage et son empreinte environnementale, tout le monde doit se mobiliser, « du champ à l’assiette ».

En tant que consommateur, vous pouvez tenter d’acheter la juste dose et ne pas aller au supermarché le ventre vide. À la place, vous établissez les menus de la semaine, une liste de courses et évitez de succomber aux promotions commerciales. 

À la maison, frigo et placards ont une consigne : premier entré, premier sorti. Et lorsque vous concoctez vos petits plats, pensez à accommoder les restes et à bien doser les portions. Autre idée : faire des confitures, compotes, conserves ou encore congeler les produits pour prolonger leur conservation. 


Si France Nature Environnement milite au quotidien auprès des pouvoirs publics pour une réglementation plus juste et responsable envers l’ensemble des acteurs intervenant sur nos assiettes, vous disposez également d’un formidable outil de vote avec vos caddies (ou cabas). Une façon de consommer qui s’avère à la fois meilleure pour le palais, pour la santé et pour l’environnement. Et si tout mettre en place tout de suite vous paraît difficile, n’oubliez pas que chaque voyage commence par un premier pas…


(1) Chiffres de l’association l’Expédition 7° Continent
(2)  La loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit, à compter du 1er janvier 2016, l’interdiction des sacs de caisse en plastique à usage unique dans les points de vente. Cette interdiction est élargie aux autres sacs plastiques à usage unique (ex : sacs pour les fruits, les légumes, le poisson, etc.) à partir du 1er janvier 2017. Des sacs compostables ou constitués de matière biosourcées pourront en revanche toujours être distribués.
(3)  Food wastage footprint : impacts on natural resources, FAO, 2013.
Par FNE.
Le vendredi 16 octobre 2015
Je relaie J'agis Je donne