Actualités

Biodiversité : une loi pour inverser la tendance ?

Ce 18 janvier, les principales associations et fondations françaises pour la protection de l’environnement ont présenté leur analyse du projet de loi biodiversité.

Le Sénat examinera en première lecture, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages à partir du 19 janvier. A la veille des débats, France Nature Environnement, la LPO, Humanité et Biodiversité, la Fondation Nicolas Hulot et le WWF ont organisé une conférence de presse pour présenter leur point de vue et leurs attentes sur ce texte.

À la trentaine de journalistes présents, Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO, a rappelé l'impérieuse nécessité d'intégrer les enjeux de biodiversité dans l’ensemble des politiques sectorielles.

La France possède en effet une responsabilité particulière en matière de préservation de la biodiversité, à la fois au regard de la taille de son espace maritime (le deuxième au niveau mondial) et de la diversité de ses territoires, en métropole et en Outre-mer. En adaptant et en complétant notre arsenal législatif, le texte en cours d’examen peut apporter des solutions à la sixième crise d'extinction des espèces qui concerne aussi notre pays.

Ceci dépendra toutefois de l’ambition politique que lui donneront parlementaires et gouvernement, ainsi que des moyens humains (statut et plafond d’emploi) et financiers qui seront accordés à la biodiversité, notamment à la future Agence pour la biodiversité.

Nos cinq structures ont appelé à la responsabilité du Législateur qui doit assurer le maintien des avancées de la loi et améliorer les dispositions qui doivent encore l’être. Benoît Hartmann, porte-parole de FNE, Denis Voisin, coordinateur lobby pour FNH, Bernard Chevassus-au-Louis, président d’Humanité & Biodiversité, et Pascal Canfin, directeur général du WWF France ont ainsi détaillé les amendements déposés par nos structures. Et les sujets sont nombreux : interdiction des néonicotinoïdes, modalités de création et de gouvernance de l’Agence française pour la Biodiversité (unijambiste sans l’intégration de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage), statut de l’animal sauvage, mise en œuvre des mesures de compensation, chasse à la glue, etc.  

Yves Verilhac, directeur général de la LPO et Christophe Aubel, ont également répondu aux questions de la presse.

Retrouvez ici le dossier de presse présentant l’analyse commune des ONG sur le projet de loi. Ce texte est une opportunité à saisir pour inverser la tendance et agir concrètement pour stopper l'érosion de la biodiversité en France.

Dans l'interview ci-dessous accordé au journal La Croix, Bernard Chevassus-au-Louis vous explique en 2 minutes chrono le contenu et l'ambition du projet de loi.

 

 

Par fne-writer
Le lundi 18 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne