Actualités

Censure : une castration qui dérange

Mettre fin à la castration à vif des porcelets : tel est l'objectif de la campagne de communication « Couic 2018 » menée depuis mai 2016 par Welfarm, association membre du mouvement France Nature Environnement. Mais la mise en lumière de cette pratique particulièrement douloureuse fait face à une levée de bouclier. Par deux fois, elle a été censurée sous la pression de lobbies. Petite histoire d'un cochon qui gêne.

Couic 2018 : quelle est cette campagne que l'on veut cacher ?

Affiches censurées de la campagne Couic 2018

Vidéo pour mieux comprendre les enjeux de la castration à vif des porcelets.

Après un début de campagne sur les réseaux sociaux, dont France Nature Environnement s'était fait le relai, la campagne de Welfarm a débarqué sur des panneaux d'affichage dans le grand ouest. Le petit cochon, emblème de Couic 2018, se montrait du 24 août au 20 septembre dans différentes villes de Bretagne et au Mans.

« Couvrez ce cochon que je ne saurais voir » : épisode 1

Après 3 jours de campagne dans les rues bretonnes, l'afficheur aurait reçu des menaces d’acteurs locaux issus du monde agricole et politique. Il décide alors de retirer toutes les affiches du réseau d’abribus et de tramway de Brest et par prévention, annule également l’opération dans les villes de Langueux et Saint-Brieuc. Le tout, sans l'accord de Welfarm.

Couic 2018, un « risque d'atteinte à l'ordre public » ?

Après l'évènement breton, c'est dans le département de la Sarthe que le petit cochon est mal vu. Selon la préfecture, l'affichage de cette campagne représente un « risque d'atteinte à l'ordre public ». En place depuis le 31 août au Mans, l'opération Couic 2018 est retirée des panneaux le samedi 3 septembre. Une décision incompréhensible et en complet décalage avec la démarche de dialogue entamée par Welfarm.

Welfarm pourtant promoteur d'alternatives et de dialogue.

Dans ce contexte, Welfarm a tenu à rappeler sa posture d'ouverture et de dialogue, en complet décalage avec les réactions de l'afficheur et du préfet. Ainsi elle souligne dans un communiqué :

Aujourd’hui, 85% des porcs mâles élevés en France sont castrés sans anesthésie alors même que des alternatives à cette pratique douloureuse existent et sont prédominantes dans plusieurs pays européens. En France, face à l’immobilisme des différentes parties prenantes, l’association WELFARM a lancé, en mai 2016, une campagne de sensibilisation du grand public et de mobilisation des acteurs de la filière.
Dans le cadre de cette campagne, WELFARM a entamé une démarche de dialogue avec les principaux distributeurs et industriels de l’agroalimentaire, mais également avec les principaux groupements d’éleveurs de la filière porcine. Les échanges avec les éleveurs rencontrés par l’association, se sont bien déroulés, mais un grand nombre d’entre eux n’ont pas souhaité s’engager à court ou moyen terme à mettre fin à la castration à vif des porcelets. Alors que plus de 70% des élevages de porcs se situent dans le grand Ouest, l’objectif de la campagne d’affichage de l’association WELFARM était ainsi d’interpeler les professionnels de la filière au plus près de chez eux, pour les convaincre de la nécessité d’abandonner la castration à vif des porcelets et de privilégier les alternatives à cette mutilation.

La campagne portée par l’ONG de protection du bien-être animal ne s’arrêtait effectivement pas à une simple dénonciation d’une pratique, elle proposait des alternatives et ouvrait le dialogue avec la profession agricole comme en témoigne le site de la campagne : couic2018.fr

Soutenons Welfarm : diffusons la campagne

La réaction de l'afficheur et du préfet a particulièrement surpris tant Welfarm que le mouvement France Nature Environnement. Comment une telle censure est-elle possible ? Face à cette volonté de cacher le petit cochon de Couic 2018, nous vous invitons au contrainte à le faire connaître en diffusant son histoire.

Vous pouvez nous aider à y parvenir :

  1. En partageant cet article sur les réseaux sociaux
  2. En imprimant l'affiche de la campagne et en la distribuant autour de vous
  3. En commandant gratuitement le kit militant de la campagne à l'adresse benevoles@welfarm.fr
  4. En allant sur le site couic2018.fr pour signer la pétition et écrire aux acteurs réticents !
Par FNE
Le vendredi 09 septembre 2016
Je relaie J'agis Je donne