Actualités

Ciron : quand la plus ancienne forêt de France sublime le plus célèbre vin liquoreux du monde

C’est un vin habillé d’or, ample, gras, onctueux et puissant, nommé « plus célèbre vin liquoreux du monde » par un fameux guide. Son nom ? Le Sauternes. Fait moins connu, ce vin blanc doit toute sa saveur et sa gloire à une vallée où se loge une forêt : la hêtraie du Ciron, bordée d’une rivière du même nom. Ce joyau de biodiversité est la plus vieille forêt de France. Malheureusement, elle se trouve aujourd’hui menacée par un projet d’aménagement contre lequel se battent les viticulteurs, France Nature Environnement et la Sepanso, sa fédération en Aquitaine.

© photo : Megan Cole

La forêt de Ciron a survécu à Néandertal et aux grands mammouths

Le cas est exceptionnel. Il y a 40 000 ans, les néandertaliens foulaient encore le sol de notre planète, tout comme les grands mammouths. Et à cette époque, la forêt de hêtres du Ciron bordait déjà cette rivière qui coule dans la vallée. Mais contrairement aux grands mammouths et aux néandertaliens, la hêtraie, elle, a traversé les millénaires et survécu à la dernière grande glaciation.

Une longévité très rare à l’échelle mondiale, qui confère à la forêt du Ciron le statut de plus vieille forêt naturelle de France. Un véritable vétéran face aux autres forêts naturelles anciennes qui frôlent plutôt les 13 000 ans en Europe.

Au fil des années, elle est devenue l'écrin d’une riche biodiversité. Aujourd’hui, les promeneurs attentifs peuvent y croiser, entre autres, des Visons d’Europe, des Aigles bottés, des Murins de Beckstein ou encore des écrevisses à pattes blanches. En somme, la vallée est d’une beauté à couper le souffle.

L’équipe du Syndicat Mixte d’Aménagement du Bassin Versant du Ciron a réalisé ce joli film qui offre un aperçu de la beauté de ce patrimoine naturel.

Mais quel est son secret de longévité ? Un écosystème très particulier qui permet au fameux vin de Sauternes de posséder son caractère unique.

La recette du Sauternes ? Le fabuleux écosystème de Ciron

Amateurs de vin blanc ? Vous allez devenir fan de forêt ! Car pour mieux comprendre en quoi la production de Sauternes dépend de cette forêt, il faut se plonger dans l’écosystème local. Une recette unique.

1er ingrédient : le Ciron, une rivière parsemée de zones humides qui, du fait de conditions particulières de sol et de topographie, est chargée en eaux froides venues de la profondeur des nappes souterraines.

2ème ingrédient : la forêt bordant la rivière. Elle permet de maintenir cette fraicheur qui génère de bonnes grosses poignées de brouillard. Un brouillard qui se développe au contact entre la fraîcheur de l’eau et l’air chaud ambiant du Sud-Ouest.

Mélangez la rivière, les zones humides, la forêt et ce brouillard, et vous obtenez un bouillon de culture propice à un champignon, le Botrytis cinerea, qui se développe et colonise les vignes. Dans de surprenantes réactions chimiques, ce tout permet d’obtenir ces arômes caractéristiques au Sauternes, un vin de grande qualité produit depuis le Moyen-Âge et que le monde nous envie. Un cas unique, puisque d’habitude, ce champignon transforme le vin en vinaigre.

Conscients de cette valeur, tant du vin que de la biodiversité locale, les acteurs de ce territoire se mobilisent contre un projet destructeur : la LGV Sud-Ouest.

Quand la LGV Sud Ouest veut fendre la forêt, les citoyens se mobilisent

Ainsi, la vallée du Ciron, sa hêtraie ancestrale et par suite, tous les bénéfices qui y sont associés, sont menacés par un tracé du projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) Sud Ouest, qui doit relier Bordeaux à Toulouse.

Depuis la fin des années 90, la SEPANSO, association de FNE en Aquitaine, s’est investie dans la protection, la conservation et une meilleure connaissance de cette hêtraie. Des alertes qui ont permis de faire connaître et aimer ce patrimoine.

Aujourd’hui, le Syndicat Mixte d’Aménagement du Bassin Versant du Ciron (SMABVC) travaille à la restauration de la continuité écologique et des écosystèmes, la hêtraie y constituant un espace prioritaire. Mais pas seulement.

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et l’université de Bordeaux ont lancé un programme de recherche-action pour accompagner le SMABVC. Déjà trois étudiants réalisent leur thèse au chevet de la hêtraie.

La SEPANSO s’est également alliée avec le syndicat des viticulteurs du Sauternais pour s’opposer à la construction de la LGV Bordeaux-Toulouse-Bayonne. Les viticulteurs sont particulièrement inquiets sur les risques de modification du microclimat qui menacerait la production de Sauternes.

En tout, ce sont plus de 11.000 contributions qui ont été apportées à l’enquête publique sur le projet : un record. Devant les arguments et la mobilisation sociale, les commissaires enquêteurs ont donné un avis négatif au projet. Pour les associations, si ce signal est positif, il n’est pas suffisant pour entraîner l’abandon du projet. Rien n’est donc encore gagné.

La hêtraie du Ciron, concentré des pressions qui pèsent sur les forêts françaises.

Forêt emblématique, la hêtraie du Ciron est révélatrice de quelques-uns des grands enjeux auxquels de nombreuses forêts françaises sont confrontées :

Pourtant, les forêts constituent un patrimoine commun de l’humanité et procurent aux sociétés humaines de nombreux biens et services. Dans le cadre d’une gestion durable et multifonctionnelle, elles permettent de concilier les enjeux écologiques (réservoir de biodiversité et de carbone, protection des sols et des eaux, prévention contre les catastrophes naturelles), économiques (production de bois, de liège et de produits forestiers non ligneux) et sociaux (accueil du public, bénéfices paysagers) dans un même espace.

Pour France Nature Environnement, mieux les connaître et les faire connaître est un des premiers pas pour mieux les protéger. N'hésitez pas à vous rapprocher des fédérations membres du mouvement FNE afin de découvrir leurs actions pour les forêts et participer à l'une des prochaines sorties organisées près de chez vous. Et pourquoi ne pas profiter de la journée internationale des forêts, chaque 21 mars, pour mieux comprendre ces écosystèmes exceptionnels ?

Par FNE
Le lundi 21 mars 2016
Je relaie J'agis Je donne