Actualités

Demandez au ministère de l'Ecologie de ne pas multiplier les panneaux publicitaires XXL

« Mesures de simplification de la réglementation des publicités, enseignes et préenseignes ». Un joli nom de décret qui cache une réalité bien plus moche. Ce décret, ouvert à la consultation publique jusqu'au mardi 9 février, propose des panneaux publicitaires toujours plus nombreux, plus grands et plus lumineux. Profitez de la consultation publique pour exprimer votre refus au ministère de l'écologie par envoi d’un simple mail.

© looking4poetry

Pour en savoir plus sur ce décret, lire le texte du mail proposé ci dessous et/ou notre communiqué de presse Panneaux publicitaires format XXL : jusqu’où le ministère de l’écologie ira-t-il ?

Participer à la consultation publique : comment faire ?

Pour participer à la consultation publique de ce décret écrivez à l'adresse suivante : qv2.qv.dhup.dgaln@developpement-durable.gouv.fr

Que dire ? Nous vous proposons ce texte type à copier-coller dans votre mail et à signer.

Proposition de texte pour votre mail :

Bonjour,

Je pense que le décret « mesures de simplification de la réglementation des publicités, enseignes et préenseignes  » ne doit être publié en l'état pour les raisons suivantes.

De gigantesques panneaux publicitaires lumineux de 50 m² pourraient à présent être installés dans plus de cinquante stades ; ces publicités, y compris celles « scellées au sol », échapperaient à toute règle de hauteur. On imagine l’effet dévastateur de tels dispositifs sur le paysage, mais également sur le cadre de vie des riverains

Les règlements locaux de publicité pourraient désormais servir, dans plus d’un millier de communes de moins de 10 000 habitants, à déroger à l’interdiction – en vigueur depuis 35 ans – des grands panneaux publicitaires sur pieds, les « 4 par 3 » devenus le symbole même des entrées de villes « à la française ».

Dans une démarche bien peu honnête, ce projet est qualifié de « mesures de simplification ». Il n’en est rien à la vérité : ce projet a pour effet, sinon pour objet, de compliquer encore une réglementation unanimement décriée pour sa complexité. Par exemple, il exige que le règlement local de publicité diffère selon la population de l’agglomération mais aussi selon qu’il existerait ou non une unité urbaine qui serait elle-même composée ou non d’une agglomération de plus de 10 000 habitants... Où se situe la simplification s’il vous plaît ?

Mais il y a peut-être plus grave que l’atteinte aux paysages, au cadre de vie et à la biodiversité et plus inquiétant encore… En effet le ministère de l’Ecologie nous propose, quelques semaines à peine après la signature de l’accord de Paris, d’élargir les possibilités d’implantation de publicités fortement consommatrices d'énergie.

Car ce projet de décret, qui ne comporte pas une seule mesure en faveur de l’environnement, s’inscrit en contradiction totale avec les objectifs que votre ministère s’était lui-même fixé.

Au-delà des conséquences désastreuses pour les paysages et de l’empilement de dérogations et exceptions qui rendront inapplicable une loi de protection de l’environnement, c’est donc de la crédibilité de la parole de la ministre de l’Écologie dont il est question.

Pour toutes ces raisons, je demande à ce que ce décret ne soit pas pris en l'état

Par FNE
Le lundi 08 février 2016
Je relaie J'agis Je donne