Actualités

Dites non à l'abattage de bouquetins sains dans le massif du Bargy

Pour réduire l’épidémie de brucellose qui sévit dans le pays du reblochon, il est à nouveau envisagé d'abattre un certain nombre de bouquetins sans faire de test au préalable afin de savoir si l'animal est porteur ou non de la maladie. Vous avez jusqu’au 23 octobre pour nous aider à obtenir que ces animaux emblématiques soient préservés.

L’histoire en quelques mots

Les bouquetins sont dans le viseur depuis 2013, après que la maladie de la brucellose ait été repérée dans un troupeau de vaches du Grand-Bornand (Haute-Savoie) produisant du reblochon fermier au lait cru, sur deux cas humains, soignés depuis, et dans la population de Bouquetins des Alpes, espèce protégée présente sur le massif du Bargy. Cette maladie peut être transmise par contamination entre animaux, ou à l’homme par la consommation de produits laitiers non pasteurisés. Bien que le risque de transmission soit "quasi nul" à "minime" selon les experts, l’État avait tenté d'éradiquer l'infection en lançant des abattages massifs et indiscriminés de bouquetins afin de protéger les élevages et la filière des producteurs de fromage. Sans succès car cette option radicale ne fonctionne pas sur des espèces sauvages en milieu naturel.

Grâce à la mobilisation des associations de protection de la nature, dont France Nature Environnement et la FRAPNA, les abattages massifs ont été abandonnés en octobre 2015 pour éliminer uniquement les animaux malades.

Des animaux sains pourraient être abattus

La préfecture de Haute-Savoie envisage d’autoriser à nouveau l’abattage d'un certain nombre de bouquetins sans diagnostic préalable dans le cœur de massif, où l’infection serait la plus forte. Ceci signifie que des bouquetins non malades pourraient être tués. Un test sur le terrain existe pourtant. Après capture par anesthésie à distance, il permet de distinguer un bouquetin malade d’un bouquetin sain.

France Nature Environnement et la FRAPNA sont opposées à tout abattage d’animaux non testés. Il s'agit là pour nous d'une ligne rouge infranchissable.

C’est pourquoi, nous vous demandons de participer nombreux à la consultation du public lancée par la préfecture de Haute-Savoie ouverte jusqu’au 23 octobre prochain, pour demander que seuls les bouquetins malades soient abattus.

Comment faire pour intervenir ?

Vous pouvez adresser directement votre demande de ne pas tirer les bouquetins non testés à l’adresse ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr ou rendez-vous sur la page de la consultation sur le site Internet de la préfecture de Haute-Savoie .

Pour plus de détails, lire aussi 7 points clés sur les bouquetins du Bargy

© photo – Nicole Petitpierre
Par FNE
Le vendredi 13 octobre 2017
Je relaie J'agis Je donne