Actualités

Dugongs, les dernières sirènes de Mayotte

Mammifère marin, le dugong fréquente les eaux tropicales littorales de l’océan Indien et de l’océan Pacifique ouest, en passant par la Mer rouge. Seule une dizaine d’individus subsiste encore dans le lagon mahorais. Un plan pour sauver cette espèce au bord de l’extinction est lancé depuis 2012.

[Lettre du Hérisson n°265] Le dugong (Dugong dugon) et ses cousins lamantins sont les seuls mammifères marins herbivores. A la fois potelé et fuselé, son corps d’une couleur gris-marron s’éclaircit du dos vers la face ventrale. Sa tête est massive avec un museau court et aplati, ses lèvres très développées servent à brouter les herbiers marins et cachent chez le mâle de petites défenses. Sa peau lisse et fine compte des poils épars. Il est doté de deux nageoires pectorales, mais n’a pas de nageoire dorsale. Comme celle de la baleine, sa queue est fendue à deux lobes. L’animal vit seul ou en groupe. Les dugongs communiquent entre eux par de petits sifflements.

Le dugong atteint sa maturité sexuelle entre 6 et 17 ans et l’intervalle entre deux mises bas est compris entre 3 et 7 ans. Après 13 mois de gestation, la femelle se rapproche des milieux côtiers pour se protéger des prédateurs. Elle y donne naissance généralement à un seul petit qu’elle allaite pendant 18 mois. À sa naissance, le jeune dugong mesure déjà un peu plus d’un mètre pour un poids de 25 à 35 kg. Adulte, il mesurera un peu plus de trois mètres pour 400 kg.

Une vache de mer

Le dugong fréquente essentiellement les zones côtières peu profondes, mais s’alimente parfois plus loin et plus profondément. Il se nourrit dans les prairies sous-marines composées d’herbes, et non d’algues, où il broute avec une nette préférence les herbes à fleur. Vu sa taille, il engloutit entre 28 et 40 kg d’herbe fraîche par jour ! En dehors de ces périodes d’alimentation, il se réfugie dans les baies et larges chenaux des mangroves. Plutôt sédentaire, le dugong se déplace juste entre les zones d’alimentation et de repos. Mais des mouvements saisonniers de l’ordre de quelques dizaines kilomètres pour rejoindre des eaux plus chaudes ont été constatés dans certaines populations, et le suivi de certains individus a montré qu’ils sont capables de parcourir plusieurs milliers de kilomètres, en plein océan.

Une espèce sensible au bord de l’extinction

On ignore presque tout des mœurs de la petite population qui fréquente le lagon de Mayotte et de ses échanges avec les populations voisines. Le lagon mahorais, l’un des plus grands du monde, présente toutes les qualités requises pour le bien-être des dugongs : des eaux calmes, des prédateurs peu nombreux, des herbiers marins étendus et des mangroves pour s’abriter, et l’espèce bénéficie du statut d’espèce protégée depuis 1995. Moins d’une dizaine d’individus fréquenteraient le lagon.

Sa croissance lente, à laquelle s’ajoute une maturité sexuelle tardive et un faible taux de reproduction, rendent cette espèce particulièrement sensible à toute perturbation, qu’elle soit naturelle, comme la destruction des herbiers par un cyclone, ou humaine. La moindre perte, comme la capture volontaire d’une femelle dans un filet de pêche en juin 2015, met en péril la conservation de toute la population. Le déclin de l’espèce s’est amorcé dans les années soixante-dix avec le développement de la pêche au filet et l’augmentation de la population de l’île. Depuis 1997, l’utilisation du filet est réglementée dans le lagon. Les herbiers marins souffrent d’envasement lié au développement de l’urbanisation et les pollutions n’améliorent pas leur santé. Enfin, le tourisme est en plein essor. Des activités nautiques s’ajoutent au trafic important dans le lagon, venant augmenter la pollution acoustique et les risques de collisions. Des nages avec les dugongs ont même été observées, perturbant les dugongs.

Un plan d’urgence pour les sauver

Ces menaces s’intensifient en raison du fort accroissement de la population mahoraise qui entraîne des problèmes de gestion des eaux usées et des déchets, et une surexploitation des ressources du lagon. En 2012, un plan de conservation du dugong a été lancé pour Mayotte. Outre un volet d’amélioration des connaissances sur la biologie et les mœurs de l’espèce, il vise à réduire à zéro les captures et toutes les destructions directes d’origine humaine. Ceci implique l’adhésion des pêcheurs pour obtenir l’arrêt total de la pêche au filet et pour développer des pratiques de pêche alternatives. Ceci nécessite aussi des moyens de police supplémentaires pour surveiller et verbaliser si nécessaire. Des mesures favorables d’ailleurs aux tortues marines. Le plan prévoit également d’agir pour le bon état des herbiers essentiels au dugong. À ces actions s’ajoutent la sensibilisation de la population mais aussi des recherches sur la place du dugong dans la culture mahoraise.  

Dugongs et lamantins, les différences

Malgré sa silhouette dodue, le dugong appartient aux mammifères siréniens, qui comprennent deux familles : les lamantins rassemblant 3 espèces et les dugongs ne comprenant aujourd’hui plus que le Dugong dugon. L’autre espèce, la Rhytine de Steller du Pacifique ayant disparu suite à sa surexploitation dans les années 1700. Les lamantins fréquentent aussi bien les eaux douces, saumâtres que marines, alors que le dugong est strictement marin. Au contraire des dugongs, les lamantins ont une peau épaisse et ridée et sont dotés d’une queue en forme de pelle. 

Les associations de France Nature Environnement à Mayotte 
Les Naturalistes de Mayotte
Mayotte Nature Environnement 

 

Stéphanie Morelle
Chargée de mission biodiversité 

Par FNE
Le jeudi 06 avril 2017
Je relaie J'agis Je donne