Actualités

Nouvelle condamnation de Synthron pour pollution de la Brenne

Le 24 juillet 2008, le Tribunal Correctionnel de Tours a condamné la société Synthron (fabrication de produits chimiques à Auzouer-en-Touraine en Indre-et-Loire), à payer 105 000 euros d'amende et plus de 160 000 euros de dommages et intérêts pour avoir causé une nouvelle pollution de la Brenne, en juillet 2004.
Cette société et son PDG, Robert MOOR, sont bien connus des associations de protection de l’environnement qui agissent régulièrement en justice contre cette société depuis 1988, date de la première grosse pollution ayant privé la ville de Tours d'eau potable pendant dix jours.

Pendant le week-end du 17 au 19 juillet 2004, une nouvelle pollution détruisant la faune et la flore sur plusieurs kilomètres a été constatée : des effluents contenant des produits chimiques avaient été rejetés dans le cours d'eau illégalement.
Les juges ont relevé "un manque de personnel en nombre et en compétence dénoncé par les employés eux-mêmes". Par ailleurs, les juges ont refusé d’accepter les explications faciles de la société en expliquant que, "la société se retranche assez lamentablement derrière des contraintes de temps, de délais et de budget alors qu'elle appartient à un groupe d'implantation mondiale".

France Nature Environnement, qui s’était constituée partie civile dans cette affaire se félicite bien sûr de cette nouvelle condamnation mais espère qu’enfin ce groupe industriel prendra conscience de la nécessité de respecter strictement la législation.
Il est inadmissible pour nos associations de lire sur le site internet de la société Protex-international, unique associé de la société Synthron, l’énumération de ses engagements pour l’environnement et ses déclarations sur l’environnement, l’eau et l’air qui sont des éléments vitaux pour l’homme et la chimie et de voir que sur le terrain, ces paroles restent lettre morte.

Le décalage entre le discours environnemental du Groupe Protex-International et la conduite concrète des activités d’une de ses filiales transforme l’information environnementale en une opération « marketing » que les associations souhaitent dénoncer et surtout voir disparaitre sur le terrain.
Par FNE.
Le mercredi 06 août 2008
Je relaie J'agis Je donne