Actualités

Pour réduire l’usage des pesticides, exigeons que le conseiller ne soit plus le vendeur !

Depuis la mise en place du plan Ecophyto lors du Grenelle de l’environnement en 2008, visant une réduction de 50% de la consommation des pesticides, leur utilisation non seulement n’a pas diminué mais elle a augmenté de 12% entre 2009 et 2014. Round up, Cruiser, néonicotinoïdes… au-delà des conséquences sanitaires de telle ou telle molécule, c’est une remise en cause globale de la dépendance de l’agriculture vis-à-vis des pesticides qui permettra de faire baisser leur usage. Pour France Nature Environnement, une séparation nette entre la fonction de conseiller et celle de vendeur est indispensable pour inverser la courbe.

Signez la pétition de FNE !

Aujourd’hui la mission de conseil en matière de pesticides est principalement assurée par les vendeurs. Le marché des pesticides en France réalise un chiffre d’affaires annuel de près de 2 milliards d’euros. Comment imaginer que les coopératives et le négoce agricole réduisent d’eux-mêmes leurs ventes de pesticides et renoncent ainsi à une partie de leur chiffre d’affaires ?

Une autre agriculture est possible

Ces dernières semaines ont été marquées par les attaques répétées d’une partie de la profession agricole contre le plan Ecophyto. Une réduction est-elle vraiment impossible ? FNE rappelle que sur le terrain, de nombreux agriculteurs démontrent chaque jour le contraire, des témoignages probants sont accessibles à tous sur le site internet du Réseau Dephy.

Il est grand temps de changer de cap pour préserver la santé de la population toute entière et la nature.

Lire le dossier "pesticides" de FNE

Par ma signature, je demande que les acheteurs de pesticides bénéficient d’un conseil indépendant qui incite à faire évoluer fondamentalement les pratiques agricoles vers l’agroécologie. Je demande la création d’un corps de conseillers agréés et indépendants de la vente, seuls habilités à délivrer un conseil exigible au moment de l’achat des pesticides.

 
 
 
 
 
 
Par FNE
Le mercredi 30 mars 2016
Je relaie J'agis Je donne