Chemin de traverse

Quand les animaux s'offrent des cadeaux pour séduire

La séduction animale s'avère fascinante de curiosités. L'espèce humaine est loin d'être la seule à offrir des attentions dans le but de charmer. Pierre, parfum, œuvre d'art ou encore comédie musicale, France Nature Environnement vous propose 6 exemples des étonnants « cadeaux » observés dans le règne animal.

Les œuvres d'art des Jardiniers satinés

Un véritable oiseau-artiste vit au sud de l'Australie : le Jardinier satiné (Ptilonorhynchus violaceus). Le volatile au plumage noir lie ses talents de bâtisseur à ceux de peintre-décorateur afin de charmer la gente féminine au début du printemps austral.

Pour exprimer son talent, le Jardinier satiné choisit tout d'abord soigneusement son lieu : une aire suffisamment dégagée. A l'aide de brindilles, il commence à construire une allée, une tonnelle ou une sorte de hutte selon son inspiration. Cela lui permettra d’y batifoler avec sa douce. Une fois la construction faite, l'oiseau au plumage noir s'attaque à la peinture.

Il choisit une couleur pour enduire l'allée, généralement du bleu, en mélangeant de la poudre de charbon de bois issue des feux de brousse, des baies noires et de la salive. Son élan artistique ne s'arrête pas là : il décore ensuite les alentours. Fleurs, capsules de bouteilles, plumes, pailles, graines, feuilles… il prend tout ce qui lui semble bleu afin de réaliser un parterre éblouissant pour madame. Et si le bleu semble être la couleur de prédilection de l'espèce, certains optent plutôt pour du violet, du vert, du jaune ou encore du rouge.


 

Le discret mais envoûtant parfum des papillons

Une odeur qui chatouille le nez, grise, émoustille... les humains sont loin d'être seuls à se montrer sensibles aux odeurs. A l’image de nombreuses espèces de papillons de nuit remarquablement réceptifs. En effet, Madame attire monsieur grâce à un subjuguant cocktail d'odeurs : les phéromones. Lorsque le désir la tenaille, elle libère entre 1 et 100 milliardièmes de grammes d'une fragrance propre à son espèce. Des quantités infimes qui sont pourtant perçues par les mâles à plusieurs centaines de mètres à la ronde.

Le langoureux et nourrissant baiser de la mouche scorpion.

Un corps de mouche mais un dard recourbé comme un scorpion. Il n'en fallait pas moins aux panorpes mâles pour se faire surnommer la « mouche scorpion ». Et pour séduire madame, la parade nuptiale de monsieur comporte un cadeau… baveux. En effet, il dépose dans sa bouche une boule de salive qui recèle généralement des insectes morts en décomposition.
Et madame raffole de ce présent. Tant et si bien que lors de l'accouplement, monsieur se montre généreux et lui en offre durant tout le coït.

Panorpe ou "Mouche scorpion" / Common Scorpionfly

La comédie musicale du cordon bleu

Dans la famille des oiseaux, entre les chorégraphies, les chants ou encore les nids douillets, les artistes sont nombreux. L'un d'entre eux a récemment révélé une surprenante habilité aux claquettes : le cordon bleu cyanocéphale (Uraeginthus cyanocephalus), passereau monogame vivant en Afrique centrale.

Chez cette espèce, mâle et femelle se courtisent mutuellement à l'aide de chants et d'une danse qui complète la symphonie de percussions. A l'oeil nu, impossible de voir l'entièreté du numéro des amoureux. Mais en ralentissant les images de leur caméra, les chercheurs ont découvert que l'un et l'autre s'adonnent à un prompt et agile jeu de claquettes à découvrir dans cette vidéo


 


La première pierre d'une longue histoire chez les manchots Adélie.  

Chez les manchots, mâles et femelles se retrouvent uniquement à l'arrivée des beaux jours. Les mâles arrivent sur les lieux quelques jours avant ces dames pour leur préparer le plus beau nid qui soit.

Mais parmi les 6 espèces de manchots présents en Antarctique, le Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) possède quelques originales particularités. Lors de la construction de son nid, l'espèce est connue pour venir piquer les plus belles petites pierres de ses voisins. Il faut que son gîte soit le plus attrayant pour attirer les faveurs de sa dulcinée. D'autant plus qu'ici, ce sont les femelles qui choisissent l'élu de leur coeur.

En signe d'attirance, pour la rassurer ou montrer son engagement, le manchot Adélie peut également déposer, à son arrivée, une pierre devant sa tendre. Si elle accepte l'offrande, c'est la première pierre d'une longue histoire d'amour . En effet, chez cette espèce, la fidélité est de mise. Selon les observations, 99 % des couples de manchots Adélie sont les mêmes d'une année sur l'autre.

 

Le don du corps dans l'amour fusionnel de la baudroie des abysses

Concernant les couples de baudroie des abysses, l'amour est littéralement fusionnel et sans madame, monsieur ne peut pas survivre. Ces poissons possèdent une allure impressionnante qui leur vaut le surnom de « Dragon des abysses » ou encore de « crapaud de mer ». Ils vivent dans l'obscurité des océans, entre 1000 et 3000 mètres de profondeur.

Et dans ce milieu très sombre, la belle a un atout majeur contrairement à monsieur. La femelle possède un organe lumineux au-dessus de sa tête très utile : il attire les proies, ce qui permet à madame d'en faire son repas. Ne possédant pas cet ingénieux organe, le mâle ne peut survivre qu'à une condition : vivre au crochet d'une compagne.

À leur naissance, les mâles sont bien plus petits que les femelles et leur seule chance de survie est de croiser la route d'une femelle. Ici, la séduction n'est pas des plus romantiques. Le mâle mord pour ne plus jamais lâcher prise. Peu à peu, le corps de monsieur fusionne jusqu'à ne laisser apparaître de cette fusion que son plus simple appareil, une paire de testicule. La compagne s'en servira lorsqu'elle souhaitera féconder ses œufs.

A noter que madame est généreusement polyandre : les baudroies abyssales observées comportent généralement plusieurs mâles sur leur corps. De drôles de fusions que les chercheurs ont pris dans un premier temps pour des parasites.

Rares sont les images de la Baudroie des Abysses, vidéo réalisée par le Monterey Bay Aquarium Research Institute.

Par FNE
Le vendredi 12 février 2016
Je relaie J'agis Je donne