Bonnes pratiques

Quelles actions innovantes pour redonner vie à nos rivières ?

Le 14 mars, c'était la journée internationale d’action pour les rivières. Née lors du 1er Sommet international des personnes affectées par les barrages en 1997 au Brésil, elle est l’occasion de rappeler les conséquences, parfois désastreuses, des ouvrages sur les milieux naturels et les populations. Et face à ces impacts, il existe également des solutions qui ne méritent qu'une chose : être connues et mises en place.

Barrages et obstacles menacent les milieux naturels et la population

En France, près de 60 000 obstacles (barrages, écluses, anciens moulins, etc.) barrent les cours d’eau. Ils empêchent d’une part la migration des poissons et d’autre part la circulation naturelle des sédiments, ces particules en suspension qui tapissent le fond des rivières et influent sur son tracé. On parle d’obstacle à la continuité écologique des cours d’eau

Ces retenues d’eau modifient l’écoulement naturel de l’eau, elles augmentent la température de l’eau ou encore, elles engendrent un stockage des sédiments et des éléments polluants : des effets néfastes pour la vie du cours d'eau mais aussi pour les populations. Car lorsque l'eau a des difficultés pour s'écouler, les inondations deviennent plus violentes et les sècheresses plus courantes : les citoyens subissent alors de plein fouet les effets de ces aménagements... Pourtant, la plupart d'entre eux, n'ont aucune utilité.

Libérons les cours d'eau : beaucoup d’ obstacles n'ont aucune utilité

En effet, sur ces 60 000 obstacles, seulement 2 000 environ sont utilisés pour produire de l’électricité en France  De nombreux ouvrages tels que des moulins abandonnés n’ont plus d’usage aujourd’hui.

C'est pourquoi, depuis plusieurs années, certains grands barrages en France font l’objet d’études et de concertations. Objectif : trouver une solution pour diminuer voire supprimer ces impacts négatifs sur le milieu naturel.

L'exemple de Poutès : les associations obtiennent des changements

C’est le cas du barrage de Poutès, obstacle de 17 mètres de hauteur qui se dresse sur la rivière Allier, dans le département de la Haute-Loire. Il s’agit d’un ouvrage de production d’électricité géré par EDF. Après 25 ans de concertation et de mobilisation intense des associations de protection de la nature, une solution a été proposée en 2011 : remplacer ce barrage par un ouvrage effaçable de 4 mètres de hauteur incluant un système de clapets. Ce changement bénéficie notamment au grand saumon de Loire, dernier grand saumon sauvage d’Europe, inscrit sur la liste rouge mondiale des espèces menacées. Ce nouvel aménagement lui permettra de retrouver l’accès à ses sites de reproduction, et d’assurer ainsi la sauvegarde de l’espèce, tout en générant de l'électricité. Les travaux devraient débuter en juin 2017, pour une durée de 5 ans.

Restaurer les cours d'eau : une obligation que France Nature Environnement s'évertue à faire appliquer

La restauration de la continuité écologique des cours d’eau est aujourd’hui une obligation. C'est la seule solution pour atteindre l’objectif de bon état fixé par la Directive Cadre sur l’Eau et elle est d'ailleurs transcrite en France par la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques de 2006.

Mais pour faire appliquer ces lois, il est nécessaire d'informer et d'accompagner la mise en place des bonnes pratiques. France Nature Environnement et ses associations s'investissent en ce sens. C'est pourquoi notre fédération est partenaire du Centre National pour la Restauration des Rivières, animé par l'Agence Française pour la Biodiversité. Créé en 2016, ce centre a justement pour mission de promouvoir des projets de restauration des rivières à l’échelle locale et régionale et de favoriser le partage des bonnes pratiques, d'expériences et de connaissances1. Il a adhéré au Centre Européen pour la Restauration des Rivières en février 2017.

Découvrez des exemples de bonnes pratiques sur le site de l'AFB

Par FNE
Le mardi 14 mars 2017
Je relaie J'agis Je donne