Actualités

Sauvons la terre, littéralement !

Pollué, étouffé, rongé, stérilisé… Le sol est en péril. Pourtant, la loi le protège mal. Alors que cet écosystème vital livre, quand il est sain, une myriade de bienfaits.

[Lettre du Hérisson 264] Usines et mines fermées, décharges abandonnées : la France compterait près de 100 000 hectares de friches industrielles aux abords des villes, soit plus de dix fois la superficie de Paris. Entamée dans les années 70, cette désindustrialisation massive et subie n’a pas été encadrée et de nombreuses entreprises ont mis la clé sous la porte en laissant derrière elles des sols pollués, les quelques textes juridiques étant arrivés trop tard, élaborés en réaction à des scandales sanitaires. En parallèle, la gestion des déchets s’est limitée pendant des années à l’enfouissement, solution de facilité. Sans parler des décharges illégales. « Nous manquons d’une photographie précise de l’étendue des dégâts, estime Solène Demonet, chargée du projet « Sols » à France Nature Environnement. Mais ce sont plusieurs centaines de milliers d’hectares de sol qui sont dégradés. » 

Un héritage toxique mais méconnu 

De A comme arsenic à Z comme zinc, en passant par C comme chlordécone, H comme hydrocarbures et P comme PCB, on trouve de tout sous nos pieds. Pire, parce qu’au fil des années, les terrains industriels à proximité des villes ont été investis pour d’autres usages, parce que leur passé est oublié ou sciemment ignoré, 1 129 écoles françaises ont été construites sur des sols potentiellement pollués. Une menace plane sur la santé de nos enfants et de nos adolescents. On a en effet constaté chez certains riverains d’anciennes usines et décharges une augmentation du nombre de cas de cancers, d'asthme,  d'eczéma ou de saturnisme. Lorsque c’est possible, se prémunir est contraignant : interdiction d’utiliser l'eau du puits, de manger fruits et légumes plantés aux alentours du site ou irrigués par le cours d'eau à proximité.

Selon le principe pollueur-payeur, lorsque l’exploitant d’un site industriel existe encore, c’est à lui de payer une remise en état, procédure moins exigeante qu'une dépollution totale. Quand l'exploitant a disparu et que ce site présente des risques sanitaires, et c’est très souvent le cas, c'est à l’Etat de le sécuriser, par le biais de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Aujourd’hui, en France, plus de 4 000 sites attendent ainsi leur heure. Une sécurisation supportée par les contribuables.

Cette réglementation est indispensable pour endiguer les risques sanitaires mais elle est insuffisante et incomplète. « Dans le Code de l’environnement, le chapitre consacré au sol ne comprend que trois articles ! poursuit Solène Demonet. Il est aussi évoqué dans le Code rural ou dans le Code de l’urbanisme, mais par petites touches. » Aujourd’hui, lorsque les associations de protection de la nature décident de porter un cas de sol pollué devant la justice, elles doivent s’appuyer sur différents textes, en utilisant par exemple la législation sur les déchets, en rappelant au maire son obligation d’assurer la salubrité publique, ou encore la réglementation sur les installations classées pour l’environnement. Les manques sont criants. « Une étude d’impact ne prévoit pas l’analyse des effets d’un projet sur le sol, aussi grand soit-il, s’insurge encore la chargée de mission. C’est le cas dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes ! Nous avons donc besoin d’un texte cohérent, global ».  

Une biodiversité d’une richesse incomparable

Nous avons pourtant tout à gagner à retrouver un sol en bonne santé. La médecine lui doit certaines de ses plus belles avancées. En 1945, l’écossais Alexander Flemming remporte un Prix Nobel grâce à sa découverte du premier antibiotique, la pénicilline, une substance antibactérienne secrétée par des champignons microscopiques présents dans la terre. La pénicilline est toujours couramment – voire excessivement - utilisée dans des traitements contre certaines infections de la gorge, des voies respiratoires ou encore de la peau. Aujourd’hui, c’est un micro-organisme, le tardigrade, ou « ourson d’eau », capable de résister à des températures extrêmes, à une pression phénoménale, et même de survivre dans l’Espace, qui réveille les fantasmes d’immortalité.

A l’image des fonds océaniques, notre connaissance de cette biodiversité minuscule reste infime. De la bactérie à la taupe, en passant par les vers, les champignons, les moisissures, les lichens ou les acariens, l'épiderme de la terre constitue l'un des habitats majeurs et essentiel de notre planète : il abriterait un quart de la biodiversité mondiale, selon la FAO. Une seule cuillère à café de sol sain contient plus d’organismes vivants qu’il n’y a d’humains sur terre. Sans parler de tous les êtres vivants qui en dépendent. Les arbres, plantes, herbes et fleur, qui abritent et alimentent la faune, ont besoin de l’action des micro-organismes du sol : ils leurs livrent les nutriments nécessaires à leur croissance. À la base de toute la vie de notre planète, le sol nourrit un grand nombre d'espèces, dont l'humanité.

Aux racines de notre cuisine

Sans le sol, ce mélange d’eau, de matières organiques vivantes ou mortes et de minéraux en décomposition, de 20 cm à 2 mètres d’épaisseur, nos assiettes seraient vides. 99,7 % de notre nourriture dépend directement du sol, pour les légumes et les fruits, ou indirectement, pour la viande, selon l'ONU. D’ailleurs, parlons plutôt des sols au pluriel, pour faire hommage à leur incroyable diversité. Les jardiniers le savent bien : il existe plusieurs natures de sol. Quand le lilas s’épanouit dans une terre argileuse, l’asperge ou la carotte puisent leur bonheur dans un sol léger et sablonneux. Et pensez à la figue de Solliès, aux olives de Nyons, au camembert de Normandie et bien sûr aux vins de Bourgogne, de Bordeaux ou d’ailleurs : pas de gastronomie sans terroir. Des spécificités locales prises en compte pour l'obtention d'une appellation d'origine contrôlée (AOP). Ainsi le cahier des charges de l’AOP Comté exige que l'herbe pâturée réponde à certains critères. Les végétaux, inséparables de la nature des sols, donnent toute leur saveur aux fromages. Seulement, si l'agriculture est dépendante de la terre, des pratiques intensives pressurent et appauvrissent cet écosystème vivant.

Des sols épuisés par l'agriculture intensive

En métropole, 51 % du territoire est dédié à une agriculture souvent industrielle. A partir des années cinquante, des prairies sont retournées, des haies arrachées, des mares asséchées, des zones humides drainées, pour que soient cultivées des parcelles toujours plus grandes, exploitées avec des engins de plus en plus gros et lourds, avec pour résultat, une uniformisation des paysages. Les ressources de la terre s’appauvrissent, phénomène accéléré par les épandages de pesticides, de fongicides et d’herbicides.

Tassée, trop labourée, la terre perd ses capacités d'absorption. L'eau ruisselle, emportant avec elle la couche supérieure des sols, celle qui offre les nutriments aux plantes. C’est l’érosion. Le modèle intensif enclenche un cercle vicieux : il nuit à la bonne vie des organismes vivants, fait disparaitre habitats et nourriture pour la biodiversité, érode les sols, contamine la terre et l’eau avec des pesticides. Finalement, l'agriculture industrielle menace l'équilibre de l'écosystème et notre sécurité alimentaire.

Des terres grignotées

L’étalement urbain représente, avec les friches industrielles et l'agriculture intensive, l'un des principaux dommages sur la qualité des sols. En métropole, 5,1 milliards d’hectares, soit 9 % du territoire, est artificialisé. Cela signifie qu'au lieu d'accueillir la nature ou des champs, le sol supporte des aménagements qui le rendent partiellement ou complètement imperméable. Ce grignotage de terre avance quatre fois plus vite que la croissance démographique et il s’accélère. Entre 2006 et 2014, 60 000 hectares de terres agricoles et 20 000 hectares d’espaces naturels ont disparu chaque année. Tous les dix ans, l’équivalent d’un département moyen disparaît. L’urbanisation, qui touche à 80 % des terres agricoles, concerne plus particulièrement les terres au meilleur potentiel agronomique, fertiles et en périphérie des villes. Entre se loger ou se nourrir, faudrait-il choisir ? Pas vraiment : un aménagement mieux pensé, des centres villes repeuplés, des friches urbaines dépolluées et aménagées sont autant de solutions face à cette urbanisation gourmande de sols.

Vêtement, énergie, cycle de l'eau, climat… Tout nous ramène à la terre.

Support vivant de la biodiversité, les sols nous nourrissent, nous logent, dessinent nos paysages, font avancer la médecine. Mais pas seulement : depuis les débuts de l’humanité, ils nous habillent (coton, lin...), nous meublent, nous fournissent papier et chaleur avec le bois. Ils jouent un rôle fondamental dans le cycle de l'eau et la régulation du climat, stockant l’eau, la filtrant, l’enrichissant en minéraux et participent à sa dépollution grâce à l'action de ses micro-organismes. Quand les terres ne sont pas artificialisées, elles nous protègent des sècheresses et des inondations. De plus, les sols, en particulier ceux des forêts, jouent un grand rôle dans le cycle du carbone, et donc dans la lutte contre le dérèglement climatique. Pour aujourd’hui comme pour demain, prenons le mal par la racine : sauvons les sols.  

L’appel du sol

Avec France Nature Environnement, exigez une protection des sols en participant à l'Initiative Citoyenne Européenne People4sols.

Milieu essentiel à la vie sur terre, les sols méritent d'être protégés. Si plusieurs lois évoquent la protection des sols, ils ne bénéficient d’aucun texte dédié. Pour changer la donne, France Nature Environnement coordonne en France l'action européenne People4soil, un réseau de plus de 400 organisations européennes. Le but : recueillir 1 million de signatures de citoyens européens avant septembre 2017 grâce à une initiative citoyenne européenne (ICE), avec un quota minimal dans au moins 7 pays. La réussite de cette ICE réorienterait la politique agricole commune (PAC) pour que les aides soutiennent davantage les modèles agricoles soutenables pour la santé des sols, renforcer la dépollution des sites industriels pour réduire leurs effets délétères sur la santé, réaménager ces sites ou encore contraindre les États à lutter efficacement contre l'étalement urbain. Cette ICE People4soil a été enregistrée par la Commission le 12 septembre 2016. Parmi l'un des rares outils de démocratie participative qui permet de contraindre la Commission à se saisir d’un sujet,  l’Initiative citoyenne européenne est plus engageante qu’une simple pétition. La procédure exige la fourniture d’un numéro de pièce d’identité. Une mesure destinée à éviter les doublons. Les organisateurs et les autorités nationales compétentes sont tenus de protéger ces données et la publication de la liste des signataires est interdite. 

Signez l'Appel du Sol

 

« « L’appel du sol » sera une des actions-phare de France Nature Environnement en 2017.  Dans la pratique, c’est un projet en trois volets. Il y a d’abord l’Initiative citoyenne européenne, lancée avec les autres associations de protection de l’environnement de l’Union. Le challenge est élevé, puisque nous devons récolter un million de signatures en moins d’un an. « L’appel du sol », c’est aussi une vaste campagne nationale de sensibilisation, notamment grâce à notre site l’Appel du Sol et la formation des animateurs nature. Nous pouvons nous appuyer sur Le Sol m’a dit, un kit pédagogique composé d’un livret théorique, d’un carnet d’activités, d’un DVD et d’outils, conçu par la Frapna, fédération d’association de protection de la nature en Rhône-Alpes. Au jardin, dans un champ ou en forêt, le sol se prête facilement au jeu de la découverte. Enfin, en 2017, nous encouragerons les associations à créer des événements autour des sols. Cette thématique émerge, et c’est une bonne nouvelle. »  

Solène Demonet, chargée du projet Sols à France Nature Environnement

Par FNE
Le jeudi 05 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne