Actualités

Vanoise : la saga continue

Le 11 décembre 2015 à Chambéry, le nouveau conseil d’administration du Parc national de la Vanoise a tenu sa première réunion dans un climat particulier.

Rappelons en effet que sur les 29 communes savoyardes concernées, 27 ont refusé d'adhérer à la charte du Parc national.

Outre le vote du budget, toujours en baisse, il s’agissait de désigner le Président et les deux Vice-Présidents capables de guider le navire. Deux maires ont présenté leur candidature : Alain Emprin, maire de Villaroger, soutenu par l’association des maires des communes du Parc national et Laurent Trésallet, maire de Peisey-Nancroix dont la commune est signataire de la charte avec Saint-Martin-de-Belleville. Refusant cette deuxième candidature, sous prétexte qu’elle était tardive, Alain Emprin a proposé dans un premier temps à Laurent Trésallet d’être son vice-président. Soutenu par l’Etat, M. Trésallet a souhaité maintenir sa légitime candidature. M. Emprin, suivi par tous les maires n’ayant pas signé la charte et par les deux conseillères départementales, a alors décidé de quitter la salle et de ne pas participer au vote.

Ce n’est pas la première fois que des élus pratiquent la politique de la chaise vide : le 27 novembre 2013, certains s’étaient retirés lors du vote d’approbation de la charte. France Nature Environnement regrette cette attitude des élus locaux. Elle est une drôle de manière de faire avancer la démocratie dans le territoire du Parc national, où ces élus ont pourtant demandé avec insistance à pouvoir s’investir. Comme si l’un d’entre eux, par ailleurs benjamin de l’assemblée, n’avait pas l’autorisation de sortir du lot !

Le vote s’est tenu malgré tout et s’est conclu par l'élection de Laurent Trésallet par 22 voix pour sur 26 (3 bulletins blancs et 1 voix pour Alain Emprin).

Nous adressons toutes nos félicitation au maire de Peisey-Nancroix. Aussi bien pour son élection (il est le plus jeune président de l’histoire du Parc de la Vanoise) que pour son projet de territoire, pour sa cohérence, pour son courage et son désir d’ouverture, au point de proposer que le poste de premier Vice-Président soit ultérieurement réservé à un élu dont la commune n’aurait pas adhéré à la charte.

Précisons que le deuxième Vice-Président est Christophe Roulier, représentant de Mountain Wilderness, haut-mauriennais d’origine.

Christine Bernard, secrétaire adjointe de la FRAPNA Savoie, représente la fédération au Conseil d’administration du Parc.

Par FNE
Le mardi 05 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne