Communiqués

Étiquetage & restriction des nanomatériaux : après la discussion, place à l’action !

Dans une lettre ouverte au gouvernement, la société civile presse les pouvoirs publics de mieux informer et agir sur les risques sanitaires et environnementaux entraînés par la présence de nanomatériaux dans de nombreux produits de consommation courante.

Nous sommes tous exposés, le plus souvent sans le savoir, à toutes sortes de nanomatériaux[1] présents dans des produits de beauté, vêtements, aliments, médicaments, détergents, etc. Or ces matériaux extrêmement petits, réactifs et très largement utilisés présentent des risques pour la santé et pour l’environnement qui suscitent des inquiétudes très fortes. L’INRA et l’ANSES viennent par exemple de confirmer le soupçon de cancérogénicité des nanoparticules de dioxyde de titane contenues dans de nombreux aliments, médicaments et dentifrices.

Alors que les industriels viennent de réclamer à l’Etat un milliard d’euros publics pour les nanotechnologies afin de faire suite au plan « Nano 2017 », les représentants de la société civile impliqués dans le groupe de travail national « étiquetage et restriction des nanomatériaux »[2] viennent d’envoyer une lettre ouverte au gouvernement demandant la mise en place urgente des mesures préconisées en vain depuis trop longtemps non seulement par les associations, mais aussi par la communauté scientifique et les agences sanitaires :

  1. Interdire temporairement les nanoparticules de dioxyde de titane présentes dans le colorant E171 utilisé dans des confiseries, biscuits, sauces, plats préparés, médicaments et dentifrices, le temps de mettre sur pied une procédure plus générale d’autorisation de mise sur le marché des nanomatériaux en France
     
  2. Concernant l’information des consommateurs :
  1. Assurer une vraie traçabilité des nanomatériaux et des produits qui en contiennent, en améliorant le registre français des nanomatériaux R-nano

 

Structures signataires : Agir pour l’Environnement, Association de veille et d’information civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies (Avicenn), Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS), CFDT, Centre d'Information sur l'Environnement et d'Action pour la Santé (CIEAS), Center for International Environmental Law (CIEL), France nature environnement (FNE), Organisation générale des consommateurs de Meurthe-et-Moselle – Familles de France et Women Engage for a commun future (WECF)

[1] "nano",du grec nannos, signifie "nain" : 1 nanomètre = 1 milliardième de mètre, soit 10 000 fois plus petit qu’un grain de sel.
[2] Le groupe de travail national « étiquetage et restriction des nanomatériaux » a été constitué en 2015 dans le cadre du Plan National Santé Environnement 3 ; il a été réuni cinq fois depuis 2015 par le ministère de l’environnement Cf. http://veillenanos.fr/...GtEtiqRestricNano

 

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le lundi 17 juillet 2017
Je relaie J'agis Je donne