Communiqués

Gaz de schiste : les autorisations sont suspendues

Le gouvernement a annoncé la suspension jusqu’à juin des travaux d'exploration pour les gaz de schiste autorisés il y a quelques mois par le précédent ministre de l’écologie. La fédération France Nature Environnement se réjouit d’une telle décision qu’elle réclame depuis plusieurs semaines. « Dans un contexte énergétique tendu, l’engagement de la ministre de l’écologie en faveur de ce moratoire est à saluer », souligne Bruno Genty begin_of_the_skype_highlighting     end_of_the_skype_highlighting, président de France Nature Environnement. La fédération s’inquiète toutefois que les huiles non-conventionnelles ne soient apparemment pas concernées et demande qu’un débat public soit organisé au plus vite.


Gaz et huiles non-conventionnels, même combat, mêmes dégâts

Pour FNE, le problème ne concerne pas seulement les gaz de schiste mais également les huiles de schiste. En effet, les huiles de schistes, ou pétrole non-conventionnel, sont extraites du sous-sol par la même technique dévastatrice utilisée pour les gaz de schiste : le forage horizontal combiné à la fracturation hydraulique de la roche. Le bassin parisien recèle ce pétrole qui était jusqu’à présent inaccessible avec les techniques habituelles. Deux sociétés pétrolières, Toréador et Vermilion, se partagent déjà aujourd’hui les permis du sous-sol francilien et le premier forage est prévu d’ici début mars à Château-Thierry.

Un paradoxe climatique

En recourant encore et toujours aux hydrocarbures, qu’ils soient conventionnels ou non, la France s’enfonce dans une impasse et compromet dans ces conditions le respect de ses engagements inscrits dans la loi du 13 juillet 2005 de diviser par 4 ses émissions de GES d’ici 2050. Outre les risques environnementaux immédiats, l’exploitation de ces hydrocarbures non-conventionnels est un paradoxe climatique, le meilleur moyen de tuer les énergies renouvelables et d’empêcher une reconversion énergétique indispensable à terme, au vu de l’épuisement des ressources fossiles et du réchauffement climatique.

FNE demande la concertation à cinq et le débat public sur les hydrocarbures non-conventionnels
Au regard des enjeux environnementaux et climatiques, FNE réitère sa demande faite aux deux ministres en charge de l'environnement et de l'énergie de saisir la commission nationale du débat public (CNDP) avant toute décision de forage d’exploration ou d’exploitation d’hydrocarbures non-conventionnels. Pour Maryse Arditi, pilote du réseau risques et impacts industriels : « le débat public doit permettre d'explorer toutes les techniques capables de récupérer les hydrocarbures non conventionnels afin de détailler, au-delà des impacts climatiques, les risques de dégradation de la qualité de l'eau et de l'environnement, sans compter les impacts sanitaires »

Par ailleurs, FNE examinera avec attention les conclusions du rapport de la mission interministérielle demandé par la ministre de l’Ecologie et demande à ce que toutes les parties prenantes soient auditionnées. Les industriels ne pourront pas être les seuls à se prononcer sur le bien fondé du recours à ces hydrocarbures et aux technologies dévastatrices liées à leur exploitation. Devront également y prendre part : les agriculteurs, les élus des communes concernées, les acteurs de la production et distribution de l’eau, l’ONF, et les mouvements de protection de l’environnement.

FNE souhaite par ailleurs que l'Europe se prononce rapidement sur la compatibilité de l’exploitation de ces hydrocarbures non conventionnels et de la technique de forage employée avec les directives cadre sur l’eau et avec le Paquet climat-énergie.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 07 février 2011
Je relaie J'agis Je donne