Communiqués

La SNCF sur de bons rails ?

En annonçant récemment qu’elle « veut se concentrer sur les liaisons de proximité », la SNCF donne une inflexion importante à sa stratégie mise en œuvre depuis de nombreuses années, axée jusque là sur le transport à grande vitesse. Réactions de France Nature Environnement


Priorité rendue aux voyageurs du quotidien

En constatant les problèmes financiers de la branche « Voyages », la SNCF la justifie par l’importante augmentation des péages, notamment pour les Lignes à Grande Vitesse. Contrairement au transport routier, le transport ferroviaire prend en charge les frais d’usage du réseau et la politique de développement de nouvelles infrastructures. Cela a des répercussions immédiates sur le coût des péages.

Depuis l’avènement de la politique du tout « Grande Vitesse », FNE déplore que la SNCF ait particulièrement délaissé 90% de ses 5 millions d’usagers quotidiens. Au niveau des régions, le transport ferroviaire est l’une des offres les plus écologiques et économiques pour sortir du « tout bagnole » et du culte de « l’auto-solo ». Les taux de progression impressionnants du TER illustrent ce choix des usagers.

FNE se félicite de ce nouvel engagement et espère que, en accord avec les régions, la SNCF améliorera encore la qualité de service (augmentation de la fréquence, confort des matériels, entretien du réseau permettant de rouler à vitesse normale…) pour rendre le transport ferroviaire de proximité plus attractif.

Le train doit redevenir un service public de proximité

Si les liaisons à Grande Vitesse facilitent les relations entre grandes métropoles et offrent une bonne alternative au transport aérien, elles se sont souvent faites au détriment de liaisons régionales. Les fermetures de petites gares n’ont pas cessé depuis 20 ans. Le tissu économique territorial a besoin de transports écologiques, économiques et performants. Cette nouvelle orientation permettra une meilleure desserte des territoires, mais aussi moins d’émissions de CO2 et de pollution atmosphérique. Orientation régulièrement défendue par FNE et ses associations fédérées. Cette nouvelle stratégie pourrait facilement se développer, la France disposant encore d’un réseau étendu.

Pour Michel Dubromel, pilote du réseau Transport et mobilité durable de FNE : « Il serait absolument absurde, dans un tel contexte, que se confirment les menaces de fermeture concernant près de 4 000 km de voies ferrées. Le train doit faire rétrécir l’espace, rassembler et rapprocher les Hommes de leurs proches, de leur domicile et de leur travail. »

Télécharger ce communiqué en format PDF.



Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mardi 28 septembre 2010
Je relaie J'agis Je donne