Communiqués

Nuage de Tchernobyl : la Corse victime de l’Omerta ?

Ce matin, la cour d’appel de Paris a mis fin à l’enquête sur l’impact sanitaire du nuage de Tchernobyl en France. Un non-lieu a en effet été prononcé en faveur de Pierre Pellerin, chef du service central de protection contre les rayons ionisants au moment de la catastrophe nucléaire. Cette décision est scandaleuse pour les victimes et incompréhensible au regard des résultats éloquents du cas de la Corse, lesquels semblent avoir été tout bonnement passés sous silence. Réaction de FNE.

Les faits sont têtus

En Corse, plus qu'ailleurs, le docteur Fauconnier avait à l'époque sonné l'alarme et le rapport récent des professeurs Bras et Mouthon a mis en évidence « une augmentation du pourcentage de troubles thyroïdiens dans cette population après 1986 ». Chacun sait que les échantillons de lait lourdement contaminés ont été consommés en grande quantité sous forme de fromage frais, d'où des taux de perturbations du fonctionnement thyroïdien très importants dans certaines parties de la population.

Pour Maryse Arditi, pilote du réseau énergie « Il faut bien comprendre qu'en cas d'accident, l'iode arrive très rapidement jusqu'à la population car elle est absorbée par l'herbe et passe dans le lait des vaches qui la broutent. Comme à Tchernobyl, ceux qui ont une alimentation plus lacté, à commencer par les bébés, ont absorbé les plus grosses doses. Rappelons qu'en Ukraine et Biélorussie, plus de 4000 cancers de la thyroïde ont été détectés, principalement chez les enfants. »

Nucléaire : la vérité tue

Le professeur Pellerin est celui qui a organisé le silence. Il faut rappeler que la France était lancée dans une course folle à raison de six réacteurs nucléaires par an. Rien ne devait plus l'arrêter, pas même Tchernobyl. Pourtant le territoire français était déjà couvert d'appareils de mesure. Dans la vallée du Rhône, les appareils sonnaient les uns après les autres. En Corse, la sonnerie s'est déclenchée dans une caserne équipée d'un détecteur de radioactivité. Les résultats des mesures étaient centralisés à Paris et seul Paris pouvait les publier. Autour de certaines centrales nucléaires, les salariés ont prévenu leurs familles et leurs voisins pour qu'ils évitent de laisser les enfants jouer dehors…

Que 20 ans après, on vienne dire qu'il n'y a pas de rapport entre l'aggravation des pathologies thyroïdiennes et ce nuage témoigne tout simplement du fait que le nucléaire est encore au-dessus des lois en France et que le risque sanitaire qu’il génère ne suffit pas pour freiner son développement.

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 08 septembre 2011
Je relaie J'agis Je donne