Communiqués

Pour une alimentation durable pour nos cantines

Ce jeudi 14 janvier, la proposition de loi sur l’ancrage territorial de l’alimentation à l’initiative de Brigitte Allain (EELV) est examinée à l’Assemblée nationale. Dans la continuité du Grenelle de l’environnement, son objectif est clair : promouvoir les produits biologiques, locaux et de saison dans les restaurations collectives publiques, tout en renforçant la lutte contre le gaspillage alimentaire.

FNE soutient cette proposition de loi pertinente de la députée EELV qui vise l’introduction de 40% de produits locaux et de saison dans les cantines publiques en 2020 et 20% de produits issus de l’agriculture biologique. Les établissements scolaires seraient les premiers bénéficiaires de ces évolutions. Cette proposition répond à une demande croissante de la part des Français qui souhaitent que leurs enfants bénéficient d’une alimentation saine et de qualité, chez eux mais aussi à la cantine.

Pour Héloïse Gaborel, en charge des questions de gaspillage alimentaire pour FNE, « Ce projet de loi s’inscrit aussi directement dans la dynamique nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Avec l’introduction de produits biologiques, locaux et de saison en restauration collective, on observe une diminution du gaspillage car ces produits répondent davantage aux exigences nutritionnelles et gustatives des élèves. Les économies ainsi réalisées permettent aux établissements scolaires de généraliser le recours à ces produits. De plus, c’est l’occasion de mettre en place des actions éducatives permettant aux enfants de mieux comprendre les relations entre alimentation, agriculture et environnement.»  

Aller plus loin : vers des systèmes alimentaires durables

Une forte demande en produits locaux et biologiques sur un territoire donné peut changer le paysage agricole en diversifiant les débouchés dans chaque région et en resserrant le lien entre les agriculteurs et les consom’acteurs. Cela dit, il ne faut pas que cette production se fasse aux dépens de l’environnement : le local et les circuits courts ne garantissent pas systématiquement la qualité environnementale, gustative et sanitaire des produits.

Pour Jean-Claude Bévillard, responsable des questions agricoles à FNE, « la loi d’ancrage territorial de l’alimentation doit bien évidemment s’accompagner de la promotion de l’agro-écologie ainsi que d’une moindre utilisation des pesticides et des énergies fossiles, mais doit aussi favoriser l’éducation de tous les publics à l’environnement. Les systèmes alimentaires durables sont capables d’engendrer une vraie dynamique de transition écologique dans les territoires.»

Pour Denez L’Hostis, Président de FNE, « manger des produits  de proximité et de qualité est un enjeu pour notre santé, l’amélioration des revenus des agriculteurs, la diversification des productions et, par conséquent, l’amélioration de la qualité des sols et l’enrichissement des paysages. L’Etat et les nouvelles régions se doivent d’être exemplaires en la matière pour développer une alimentation durable en France. C’est une étape majeure dans la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat. »

 

Télécharger le communiqué en PDF
Par fne-writer
Le vendredi 15 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne