Projet

Projet d'aménagement du plateau de Saclay

Le projet d'aménagement du plateau de Saclay consiste à implanter, entre autres, sur la frange sud du plateau un vaste campus scientifique et technique associé à un projet d'urbanisation. Pour de multiples raisons, ce projet, dont l'ambition se veut d'envergure mondiale, est hautement contestable. 1. Il a été élaboré sans aucune concertation. Le projet est en fait l'enfant spirituel de Christian Blanc, qui, dans son livre "La croissance ou le chaos" (Odile Jacob, 2006), se plaignait de ce que les établissements renommés de recherche et d'enseignement supérieur présents sur le plateau de Saclay ne produisaient pas des centaines de start-up par an, comme dans la Silicon Valley. Il proposait alors d'y plaquer le concept académique américain de cluster dans le cadre d'une OIN. En 2006, Christian Blanc a "vendu" ce rêve à Nicolas Sarkozy. En 2009, une fois nommé secrétaire d'Etat au développement de la région capitale, il a enveloppé l'aménagement du plateau de Saclay dans la loi du Grand Paris, dont le sujet principal était le réseau de transport dénommé "Grand Huit". Ce dernier a ensuite été soumis à débat public, mais pas l'aménagement du plateau de Saclay. 2. La pertinence du campus-cluster Paris-Saclay est fort douteuse. Le cluster est supposé favoriser l'innovation et ainsi créer des emplois, mais ses perspectives mirifiques ont toutes les chances de n'être qu'un mirage, parce que • Pour réussir, un cluster doit reposer sur une culture partagée de coopération entre les acteurs ; rien ne permet d'affirmer que ce sera le cas à Saclay : au contraire, la juxtaposition d'entités souvent rivales risque d'exacerber leurs rivalités plutôt que de favoriser leur coopération. • En France, ce n'est pas l'innovation qui est en panne, c'est sa transformation en produits. Le cluster n'a guère de prise sur ce phénomène, avant tout culturel. • Le projet n'est pas en accord avec son époque. Le sens de l'histoire est que l'innovation quitte les territoires isolés ou périurbains pour s'implanter en centre ville. En conséquence, les retombées escomptées du cluster sont aussi illusoires que celles avancées naguère pour le Grand Huit, divisées par 9 depuis. 3. Le projet est présenté comme un "projet stratégique de développement durable", alors qu’il va détruire 350 hectares de terres agricoles très fertiles et prévoit des aménagements routiers démesurés. 4. La desserte par un métro du campus-cluster, situé en zone périurbaine très peu dense, est un non sens économique. On laisse croire qu'elle est indispensable à la réussite du cluster. Le président Sarkozy la "justifiait" ainsi : "Qui peut honnêtement imaginer que nous réaliserions ici un campus d'ambition mondiale sans le raccorder directement, c'est-à-dire en moins d'une demi-heure, au centre de Paris ?" S'est-il demandé qui irait se déplacer entre Paris et Saclay ? Seul un usager sur cinq du plateau habite à Paris ou en petite couronne. Lui avait-on dit que le RER B passe tout près de là ? On peut en douter car même le rapport Auzannet ignore totalement l'existence des RER qui ceinturent le plateau. En organisant le rabattement sur les gares de RER, avec des téléphériques et des navettes, on résoudrait le problème de la desserte du plateau depuis Paris, économisant ainsi 6 à 9 milliards en investissement (en comptant les habituels dépassements) et quelque 10 millions de frais de fonctionnement annuels. On éviterait aussi un décalage d'une bonne décennie entre l'arrivée des établissements et de ce métro. On ouvrirait une réelle perspective de report modal pour les habitants des vallées limitrophes, qui encombrent les routes d'accès au plateau et pour qui la ligne 18 ne serait d'aucune utilité. 5. La conception du projet est animée par un esprit de gigantisme qui réduira à néant toute chance de réussite. S'il est légitime de vouloir créer une synergie entre les établissements présents sur le plateau, il est totalement disproportionné de vouloir y concentrer 20 % de toute la R&D française sur un campus deux fois plus grand que celui de Berkeley au sein d'une ville nouvelle de 35 000 habitants, desservie par un métro (la ligne 18 du Grand Paris Express). Ce dimensionnement n'est pas en accord avec la capacité d'accueil du territoire. Le vrai problème de la desserte du plateau va être d'affronter l'accroissement du trafic routier, car dans une zone périurbaine très peu dense, les transports collectifs ne peuvent économiquement concurrencer les voitures. En outre, la topographie du territoire n'autorise pas l'élargissement des routes d'accès depuis les vallées limitrophes, qui hébergent la majorité des usagers du plateau. Or, l'Établissement public Paris-Saclay, responsable de l'aménagement, a reconnu ne pas être sûr d'avoir une solution à ce problème ! Avec un réseau routier complètement saturé, le projet deviendrait perdant-perdant : pour l'attractivité du campus, pour le cadre de vie du territoire et pour les caisses de l’État.
Par FNE.
Le mercredi 14 octobre 2015
Je relaie J'agis Je donne