L'essentiel

Co-moto, baby sitter de train, pédibus… 7 initiatives inspirantes pour bouger groupés

Vous connaissez sûrement le covoiturage, l'autopartage et les vélos en libre-service mais avez-vous déjà testé la co-moto, le ou la baby-sitter de train ou encore le pédibus ? Grâce au développement des applications numériques, ces mobilités collaboratives et partagées sont en plein essor et permettent, pour beaucoup, de réduire l'impact environnemental de nos déplacements. France Nature Environnement est donc partie à la découverte de ces initiatives pour mieux les promouvoir. Petite sélection de démarches qui méritent d'être connues.

À la première place des secteurs émettant le plus de gaz à effet de serre trônent les transports et tout particulièrement la route, qui est responsable à 93 % des émissions venant du transport. L'urgence de revoir nos habitudes de déplacements ne fait donc plus de doute. Seulement, les offres de transport sont loin d'être les mêmes que l'on habite l'île d'Oléron ou Lyon, Brugny ou Paris. Pour répondre aux besoins de chacun, une multitude de solutions émergent grâce, notamment, à l'avènement du web : les mobilités partagées. Qu'il s'agisse de partager un savoir, un bien ou encore un service, ces initiatives peuvent s'avérer à la fois bénéfique pour le moral, le porte-feuille mais également sur notre impact environnemental. France Nature Environnement est donc partie à la pêche aux innovations pour vous faire découvrir quelques pépites.

1 - Les enfants, le pédibus pour l'école vous attend !

Avez-vous déjà vu un bus avec des pieds ? Ne cherchez pas de carrosserie, le pédibus se fait à l'air libre. Ce transport collectif, également nommé autobus pédestre, est un mode de ramassage scolaire où l'enfant attend à un arrêt qu'un groupe de marcheurs vienne le chercher. Le groupe, à la tête duquel se trouve un parent d'élève bénévole, récupère les enfants pour les mener à l'école. L'occasion pour vos chérubins de faire un peu d'activité physique, de papoter avec leurs camarades et d'apprendre les bases de la sécurité routière. En plus de réduire les pollutions, le pédibus permet également d'avoir moins de voitures aux alentours de l'école, ce qui, potentiellement, réduit le nombre d'accidents. Bref, le pédibus a pas mal de bonus.

2 - Louez votre vélo au lieu de le laisser au garage

France Nature Environnement aime le dire et le répéter : faire du vélo, c'est gagner sur toute la ligne. Il permet de vous maintenir en bonne santé, de respirer moins de particules polluantes que les automobilistes, de voyager sans énormément de frais et de n'émettre aucune pollution atmosphérique ou sonore. Pour permettre à chacun de chevaucher ce deux roues écolo, des applications telles que BeBike proposent de mettre en relation des particuliers pour louer des vélos. Utiles quand il est difficile d'emmener toutes les bicyclettes en vacances ou encore pour profiter d'une balade avec des amis qui, eux, sont tous équipés.

3 - Évitez des aller-retours inutiles grâce à la baby-sitter de train

Romane et Arthur partent en vacances chez les grands-parents à 300 km ? Ils doivent faire le trajet entre votre logement et celui de votre ex ? Au lieu de prendre la route pour faire l'aller-retour, dépenser du temps et de l'énergie (carbonée) pour ces trajets, pourquoi ne pas faire appel aux services d'un ou une baby-sitter de train ? Pour vous mettre en relation, des plateformes se sont développées à l'image de  Kidygo ou Accompagnateurenfants. En échange, le ou la babysitter se voit offrir le billet de train ou un peu moins. Pour savoir à qui vous confiez vos bambins (et inversement), profils et commentaires permettent de mieux sélectionner votre accompagnateur d'enfant. A la clef, des économies de temps, d'argent et d'énergie, un trajet inutile (et l’empreinte environnementale qui lui liée) évité.

4 - Handicap : des cartes interactives pour mieux anticiper son trajet et améliorer l'accessibilité des lieux

I wheel share et Jaccede sont deux applications qui ont un but commun : proposer à chacun de contribuer à la cartographie des lieux accessibles ou non pour les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap. Malvoyants, en fauteuil roulant ou sourd et malentendant, l'accès aux lieux et l'accueil diffèrent. Avec ces applications, chacun a désormais dans sa poche la possibilité de partager ses agréables surprises et désagréments afin de mieux prévenir les autres internautes mais également, pourquoi pas, de faire évoluer l'accessibilité des lieux ? En effet, I wheel share tente, si un lieu est clairement déclassé, de proposer des solutions en sensibilisant les tenanciers. À la clef, des formations aux langages des signes ou encore la mise en place de rampe amovible.

5 - Après le co-voiturage, testez la co-moto.

Que ce soit pour éviter les embouteillages ou par goût du deux roues, de nouvelles plateformes tel que Mapool ou Comoturage proposent de mettre en relation des motards et personnes cherchant à circuler en deux roues. Du trajet quotidien au déplacement unique, les offres de co-moto sont à l'image de notre mobilité : variées. Tout comme le co-voiturage, la co-moto permet de rencontrer une personne potentiellement sympa mais aussi de réduire par deux le coût environnemental du déplacement en moto et d'alléger le bugdet déplacement de chacun.

6 - Vacances : au lieu de l'acheter, louez votre camping-car

D’après l’ADEME1, une voiture en autopartage remplace 5 voitures particulières. Le phénomène ne se limite pas aux automobiles : vous pouvez aussi louer un camping-car, fourgons ou encore vans aménagés. Les services tels que Yescapa proposent de mettre en relation propriétaires et locataires. Si la route parcourue reste émettrice de pollution, le nombre de véhicules en circulation et en stationnement diminue tout de même. Pour vous, c'est également l'occasion de tester une autre façon de voyager sans pour autant investir lourdement ni rechercher un garage pour ranger le véhicule une fois les vacances terminées.

1 Enquête nationale sur l’autopartage de l’ADEME – Edition 2016

7 - Le co-camionage pour partager le transport de marchandises

Réfléchir à nos mobilités, ce n'est pas uniquement penser à nos propres voyages, c'est aussi se pencher sur ceux des produits de notre quotidien : en 2014, 87,8% du transport terrestre de marchandises en France s’effectue par la route. Si France Nature Environnement milite pour que les trajets se fassent davantage en train qu'en voiture, la démarche de bien remplir un camion avant de le faire rouler relève aussi du bon sens. Un bon sens que proposent d'appliquer certaines plateformes à l'image de Fretbay ou encore co-camionage.com. Le principe : partager l’espace utilisable dans un camion pour des trajets similaires.

L’action de France Nature Environnement en faveur des mobilités partagées

France Nature Environnement soutient un modèle de mobilité qui soit accessible à tous, collaboratif, adapté au contexte du territoire et surtout, durable. Partout où nous agissons, nous défendons l’idée qu’il est possible de se déplacer moins, mieux et autrement. C’est pourquoi nous travaillons sur le sujet des nouveaux modes et services de mobilité. Pour mieux promouvoir ces nouvelles façons de se déplacer, nous en avons cartographié le paysage et les enjeux qu’elles soulèvent.

Fruit de ce travail, notre fédération porte 4 grandes recommandations à destination des pouvoirs publics et des acteurs du secteur :

- le développement de la mobilité collaborative doit être encadré sur le plan réglementaire de façon assez souple pour à la fois éviter les dérives et stimuler l’innovation ;

- certaines ambiguïtés doivent être rapidement levées, notamment la frontière entre l’usage personnel et professionnel, la notion de partage de frais avec un barème adapté, le statut du travailleur indépendant ou encore la nature et l’étendue des obligations des plateformes en ligne ;

 - la promotion des initiatives collaboratives passe par l’expérimentation dans les territoires et par leur évaluation, afin de pouvoir dégager des recommandations et bonnes pratiques ;

- et enfin, ces nouveaux services sont à intégrer dans une vision globale et durable de la mobilité, en complément du service public et des modes actifs.

L’ensemble de nos réflexions et recommandations figurent dans cette dernière publication, à consulter sans modération.

Consulter le panorama des mobilités collaboratives et partagées