L'essentiel

Déchets

Les déchets ne sont pas des ressources

La forte augmentation des déchets a un lourd impact sur l’environnement - prélèvement de matières premières, destruction de la biodiversité, pollution des milieux lors de l’extraction, de la fabrication, du transport, de l’utilisation et de la fin de vie des produits, impacts lors de leur enfouissement ou de leur incinération - mais également sur les finances des ménages, des entreprises et des collectivités territoriales, qui tous payent pour leur gestion. Même lorsque les déchets sont recyclés, il y a toujours des pertes en ligne, de matières et d’énergie. Le recyclage est un moindre mal, pas un objectif.

crédit photo : David Tames

Pour des déchets bien traités


Une fois qu'ils existent, comment éliminer les déchets de façon sûre ? L’incinération (la combustion des déchets) est trop idéalisée, par rapport à la mise en décharge : les incinérateurs ne fonctionnent que si leur taux de remplissage est suffisant afin de maintenir la combustion des déchets. Ces "aspirateurs à déchets" nuisent à la politique de prévention, leur efficacité énergétique est faible et leur combustion produit beaucoup de cendres solides, les « mâchefers ». Ces derniers deviennent de « nouveaux déchets », parfois dangereux, qu'il faut enfouir.  

Les décharges, quant à elles, risquent de polluer les milieux naturels en raison des fuites de lixiviat, le « jus de décharge ». Elles émettent des gaz à effet de serre et sont une nuisance pour les riverains. Elles monopolisent des terrains, difficiles à trouver : ils doivent être imperméables, ni trop loin ni trop proches des bassins de vie. Un vrai casse-tête. Leur installation est très délicate et pourtant nécessaire : malheureusement, une société sans déchets n'est pas encore pour demain.

En participant aux instances territoriales sur la prévention et la gestion des déchets ainsi qu’aux commissions de suivi de sites, France Nature Environnement et son mouvement œuvrent pour que les impacts des incinérateurs et des décharges soient réduits au maximum.

crédit photo : Rob Mitchell

Détecter les mauvaises idées

Nous restons aussi vigilants face aux fausses solutions, comme le traitement mécano-biologique, le traitement à la chaux, etc. Quant à la méthanisation, si elle est un outil précieux pour la transition énergétique, elle ne doit pas grever les efforts de prévention et de recyclage des déchets organiques. France Nature Environnement a identifié les conditions nécessaires à une « bonne » méthanisation.

crédit photo : Martin Gautron

Responsabiliser les entreprises

Les piles et accumulateurs, les médicaments, les textiles, les appareils électriques et électroniques, les pneumatiques, les emballages ménagers et les papiers sont collectés et traités séparément, par le biais des éco-organismes, financés par les fabricants via l'éco-contribution (payée in fine par les consommateurs, car intégrée au prix des produits). France Nature Environnement suit les travaux de ces filières, appelées REP (pour « responsabilité élargie des producteurs »), et propose des actions en fonction des enjeux propres à chacune d'entre elles : supprimer l’utilisation de substances dangereuses dans la fabrication des produits, fabriquer des produits robustes, facilement réparables, sobres en énergie et en eau pendant la phase d'utilisation, réduire les emballages, améliorer les taux de collecte... 

crédit photo : Derek Bruff

Faire sanctionner les pollueurs

La responsabilisation des entreprises passe aussi parfois par la voie juridique. En juin 2015, FNE, avec plusieurs de ses associations et fédérations a fait condamner le gérant d’une société de désamiantage pour des dépôts de déchets d'amiante entre 2004 et 2008 dans près d’une dizaine de sites sauvages dans le Grand Ouest. Il est par ailleurs frappé d’une interdiction définitive d’exercer une activité dans le désamiantage.

crédit photo : Stéfan

Valoriser l'expertise citoyenne

 

Sur tous ces sujets techniques, nous faisons entendre l'expertise citoyenne en participant à plusieurs commissions officielles nationales (Conseil national des déchets, commissions consultatives d’agrément des filières REP, Comité pour une économie verte, etc.) ainsi qu’à des groupes de travail et des comités de pilotage sur des sujets variés. Nous y défendons la durabilité des produits, le recyclage des déchets, leur transformation en énergie (valorisation énergétique efficace) lorsqu'il n'y pas d'autre solution, la minimisation des pollutions en « bout de chaîne » et aussi un mode de financement de la gestion des déchets juste et compréhensible par le plus grand nombre. 

Cette expertise associative se construit avec nos associations membres et affiliées, lors des formations que nous leur proposons ou de nos échanges, qui nous permettent de connaître les enjeux récurrents ou émergents auxquels elles sont confrontées. Nous relayons leurs actions, comme le « Mode d'emploi pour lutter contre les décharges sauvages » de la FRAPNA Isère ou les Initiatives océanes, une opération de ramassage des déchets organisée chaque printemps par Surfrider Foundation Europe.

Guider les consommateurs

Poubelle jaune, verte ou bac à compost ? Trier est une étape essentielle pour que les déchets soient orientés vers les bonnes filières de traitement. Mais cela s’avère parfois compliqué. Lors du Grenelle de l'Environnement, en 2008, nous avions défendu et obtenu l'harmonisation de la signalétique au niveau national. Cet engagement s’est traduit par le « Triman », un logo à apposer pour distinguer les produits et emballages à trier. Le « Triman », qui devait être mis en place en 2012, a été repoussé, contesté et a failli ne jamais voir le jour. Il est finalement entré discrètement en vigueur fin 2014, avec possibilité de le dématérialiser, à notre grand regret. Convaincus que le consommateur-citoyen doit bénéficier d'une information claire et cohérente, nous veillons à sa réelle application. 

Lire aussi