L'essentiel

Gaspillage alimentaire : définition, enjeux et chiffres

10 millions de tonnes, 10 milliards de kilos : c'est le poids annuel du gaspillage alimentaire estimé chaque année en France. Un gâchis déconcertant qui a lieu à tous les étages, de la production à la consommation, en passant par la transformation, la distribution et la restauration. Depuis 2009, France Nature Environnement se bat contre ce scandale aussi bien éthique qu’environnemental et économique.

Mais qu'entend-on exactement par gaspillage alimentaire ? Quels sont les enjeux de ce gâchis dont nous sommes tous victimes et responsables ? Comment lutter efficacement contre ? Panorama du sujet et des actions de notre mouvement associatif.

© photo Daniel Kulinski

Gaspillage ou pas gaspillage ? Éléments de définition

Laisser des céréales au champ après le passage de la moissonneuse, détourner des invendus des supermarchés vers l’alimentation animale, méthaniser des fruits et légumes jugés trop moches ou mal calibrés pour en faire de l'énergie…

Ces démarches peuvent éviter aux déchets alimentaires d'être incinérés ou enfouis, pratiques particulièrement impactantes pour l’environnement. Pourtant, elles n’en constituent pas moins du gaspillage alimentaire. En effet, selon la définition retenue dans le Pacte national « anti-gaspi’ » de 2013, le gaspillage alimentaire correspond à « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ».

Nuance importante : le gaspillage alimentaire est différent des « déchets alimentaires ». Ce dernier terme englobe le gaspillage alimentaire, par définition évitable, et les déchets considérés comme inévitables tels que les os, les coquilles d'œufs ou encore les peaux de bananes.

Du gaspillage alimentaire depuis le champ jusqu'à l'assiette

Si le consommateur est souvent le premier à être pointé du doigt, la question concerne en réalité l'ensemble des acteurs et filières de l'alimentation. Selon une étude de l'ADEME de 2016, 18% de la production alimentaire destinée à la consommation humaine serait gaspillée chaque année. Ce gâchis se répartit comme suit :

  • 32% pour la production agricole ;

  • 21% pour la transformation ;

  • 14% pour la distribution ;

  • 14% pour la restauration (collective et commerciale) ;

  • 19% pour la consommation à domicile.

Ainsi, tous les secteurs d’activités sont concernés et génèrent du gaspillage à leur niveau pour différentes raisons : surproduction, critères de calibrage, rupture de la chaîne du froid, mauvaise gestion des stocks, inadéquation entre l’offre et la demande, etc. Mais chacun d’entre eux a un rôle à jouer et dispose aussi de marges de manœuvre considérables pour le réduire.

Les enjeux du gaspillage alimentaire en une infographie

Le coût environnemental du gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire a des impacts très importants sur l’environnement. Cela se traduit par un gaspillage de ressources naturelles (eau, surface agricoles…) mais aussi des pollutions liées à la production des aliments (utilisation de pesticides, engrais chimiques…) et à leur destruction.

D’après l’ADEME, l’empreinte carbone annuelle du gaspillage alimentaire serait de près de 15,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an en France, ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait que l’alimentation représente à elle seule 36% des émissions nationales de gaz à effet de serre.

Mais l’impact environnemental du gaspillage alimentaire varie selon la nature des produits ainsi que les modes de production, de distribution et de consommation. Lutter contre ce scandale, c’est donc aussi favoriser le développement de systèmes d’alimentation plus durables pour tous.

Les enjeux environnementaux du gaspillage alimentaire en une infographie

Gaspillage alimentaire : ce scandale éthique et social

La sécurité alimentaire de tous n’est pas assurée dans le monde alors même que nous produisons assez de denrées alimentaires pour combler les besoins énergétiques de chaque individu.

Ainsi, aujourd’hui, 1 personne sur 9 souffre de sous-alimentation chronique dans le monde soit 795 millions d'individus. Et si ce fléau touche principalement les pays en développement, il n’en demeure pas moins une problématique prégnante dans nos pays industrialisés. Rappelons que le fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD qui a remplacé le PEAD pour la période 2014-2020) permet chaque année de distribuer des repas à 18 millions d'Européens, dont près de 4 millions de Français.

Par leurs actions de collecte et de redistribution de denrées à des populations fragiles, les associations d’aide alimentaire constituent ainsi des acteurs de premier plan de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Cependant, le don ne doit pas pour autant être considéré comme la première et seule mesure. Car une lutte à la source des gaspillages permettrait à la fois d'économiser des ressources mais aussi de réduire le prix des denrées et de favoriser leur qualité.

L'aberration économique du gaspillage alimentaire

Jeter des aliments, c'est aussi jeter de l'argent. Une facture salée qui, à l'arrivée, est réglée par le consommateur. En effet, chaque acteur tend à reporter les coûts économiques de ce gaspillage dans sa vente, ce qui se traduit au final par une hausse des prix alimentaires. Et la note du gaspillage alimentaire ne se limite pas au prix de vente des produits : on la retrouve également dans les taxes ou redevances versées par le contribuable pour le service public de gestion des déchets.

Selon la FAO, les conséquences économiques directes du gaspillage de produits agricoles (à l'exclusion du poisson et des fruits de mer) sont estimées à 750 milliards de dollars par an dans le monde, soit l'équivalent du tiers de notre PIB national. En France, le coût du gaspillage de denrées du champ à la poubelle représenterait 16 milliards d’euros annuels, d’après l’ADEME, soit 240€ par an et par personne si l’on rapporte ce chiffre à l’ensemble de la population française.

Des gaspillages différents, une méthode commune

Acteur pionnier de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans l’Hexagone, le mouvement associatif France Nature Environnement accompagne de multiples acteurs dans une meilleure compréhension de ce gâchis et la mise en place d'actions pour le réduire. Et si les raisons sont bien différentes d'un secteur à l'autre, la méthode, éprouvée, reste la même :

  • 1ère phase : la mobilisation. L'adhésion et l'implication des acteurs concernés est en effet un ingrédient indispensable à la réussite d'une démarche de réduction du gaspillage alimentaire.

  • 2ème phase : l'observation. Observer finement ses pratiques et peser le gaspillage à chaque étape permet dans un premier temps de mieux comprendre les sources de gaspillages et leur ampleur.

  • 3ème phase : les solutions. Les principaux postes et raisons étant identifiés dans la phase d'observation, les acteurs imaginent et mettent en place des solutions adaptées à leur façon de gaspiller.

  • 4ème phase : calculer et recommencer. Nouvelles pesées, nouvelles mesures… les solutions mises en place permettent d'évaluer ses progrès. Le tout est de ne pas s'arrêter là mais de suivre et d’adapter sa démarche au fil du temps.

Les outils développés par FNE sur le gaspillage alimentaire

Ainsi, France Nature Environnement et ses associations membres multiplient les actions pour que le gaspillage alimentaire devienne une priorité à tous les niveaux de territoires. Plaidoyer auprès des acteurs institutionnels et économiques, sensibilisation, études, outils pédagogiques… Nos moyens pour lutter contre le gaspillage alimentaire sont nombreux et prennent des formes très variées, complémentaires les unes des autres.

Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos publications sur le gaspillage alimentaire : outils pédagogiques, enquêtes, synthèses et dossiers.