L'essentiel

Les nouveaux glaneurs au secours des aliments perdus et gaspillés

En France, 10 millions de tonnes de nourriture sont perdues et gaspillées chaque année d'un bout à l'autre de la chaîne, ce qui représente un tiers de la production. Face à cette situation, le glanage constitue une solution intermédiaire intéressante : il permet de sauver des aliments destinés à finir à la poubelle dans les champs, les potagers, les vergers ou encore dans les rebuts de la distribution. Mais qu'est-ce que le glanage ? Sous quelles formes peut-il se pratiquer ? Focus sur quatre initiatives citoyennes qui remettent au goût du jour cette pratique ancestrale.

Le glanage, c'est quoi ?

La pratique du glanage est historique : à l'origine, elle désigne le ramassage des fruits, des légumes et des céréales restés ou tombés au sol dans un champ ou un verger après une récolte. Aujourd'hui, le glanage alimentaire existe aussi en ville où les glaneurs récupèrent des aliments comestibles abandonnés à la fin des marchés ou jetés dans les poubelles des supermarchés.

Si, dans ce dossier, France Nature Environnement se focalise sur le glanage alimentaire, le terme de « glanage » désigne également la récupération d'objets dans la rue pour le réemploi ou la refabrication dans un cadre informel. Mobilier, textile, équipements ménagers… bien des choses peuvent aussi être glanées dans la rue !

© photo : Re-bon, réseau de glanage nantais

Au Moyen Âge, le glanage est réservé aux « pauvres », « malheureux », « estropiés »...

Représentée au 19ème siècle dans les tableaux de Jean-François Millet ou encore de Jules Breton, la pratique du glanage alimentaire, elle, remonte probablement aux prémices de l'agriculture. Il faudra cependant attendre la fin du Moyen-Âge pour que des règles écrites apparaissent sur cette coutume.

Ainsi, l’édit royal du 2 novembre 1554 du roi Henri II (toujours en vigueur !) indique que « le droit de glaner est autorisé aux pauvres, aux malheureux, aux gens défavorisés, aux personnes âgées, aux estropiés, aux petits enfants ». Une conception donc relativement restreinte et relevant surtout du domaine de la charité.

Tableau : "Des glaneuses", Jean-François Millet, 1857

Et le glanage aujourd’hui ? Des profils et des motivations variés

Au 21ème siècle, le glanage ne se cantonne plus seulement à ce domaine. Sa perception et ses pratiques ont largement évolué et il connaît un regain notable depuis quelques années. Un essor qui semble s’inscrire dans la continuité de mobilisation nationale contre le gaspillage alimentaire et de nos politiques de solidarité.

Seul ou à plusieurs, de façon spontanée ou dans un cadre organisé, ponctuellement ou fréquemment, à la campagne ou en ville… les formes du glanage sont aussi multiples et variées que les motivations des glaneurs.

Certaines personnes glanent pour répondre à des besoins alimentaires (les leurs ou ceux de bénéficiaires), d’autres pour mener des actions sociales, pédagogiques et militantes. Pour des porteurs de projets, il peut aussi s'agir de développer des activités économiques à partir de la valorisation de ressources locales et ainsi rapprocher les consommateurs des producteurs via des systèmes de circuits courts et de proximité. Une diversité de formats et d’objectifs qui font toute la richesse des projets qui se développent un peu partout dans nos territoires.

© photo : Re-bon, réseau de glanage nantais

J’aime Boc’oh : des conserves pour les fruits et légumes disqualifiés

J’aime Boc’oh est un concept de conserverie solidaire développé depuis 2014 par Baptiste Bourdeau, dans la région de Chambéry. L’initiative consiste à transformer des fruits et légumes disqualifiés en conserves artisanales (chutneys et confitures pour l’essentiel). Un projet au service de la création d’emplois en parcours d’insertion pour des personnes en situation de fragilité. Pour l’instant, J’aime Boc’oh, encore en phase d’expérimentation, s’approvisionne auprès d’un producteur agricole, d’un supermarché et d’un marché d’intérêt national (MIN). La vente des conserves est essentiellement réalisée grâce à un système de souscriptions et à des ventes ponctuelles sur des marchés et évènements locaux.

À terme, Baptiste souhaite élargir ses débouchés et envisage même de participer à l’économie locale en utilisant l’Elef, la monnaie locale complémentaire chambérienne.

Plus d’informations sur le site internet de J'aime Boc'oh

Re-bon, réseau de glanage nantais : la solidarité en ligne de mire

Flavie Duprey et Anouk Chabert se sont inspirées de l’association anglaise Feedback avant de se lancer dans l’aventure de Re-bon. En 2013, les deux jeunes femmes réalisent leurs premières actions de glanage et participent à l’organisation d’un Banquet des 5 000 à Nantes, en partenariat avec le mouvement Disco Soupe. En trois ans, plus de 500 bénévoles ont rejoint de près ou de loin ce collectif qui a acquis le statut d’association en 2014. Re-Bon récupère les surplus de production et les invendus d’une quinzaine de producteurs de la région nantaise. Les produits glanés sont ensuite redistribués au Secours Populaire de Saint-Herblain, à la Banque Alimentaire de Loire-Atlantique ou à de petites associations locales.

Plus d’informations sur le site internet du collectif Re-bon

© photo : J'aime Boc'oh

Les Gars’pilleurs : freeganisme et déchetarisme militant

Ce mouvement militant, né à Lyon en 2013, organise des actions de récupération de denrées jetées par les commerces pour les redistribuer gratuitement sur la voie publique. L’objectif de l’initiative des Gars’pilleurs, qui s’est développée dans de nombreuses villes françaises, est de dénoncer le scandale du gaspillage alimentaire de la grande distribution. Les Gars'pilleurs revendiquent un mode de vie « freegan » liant une alimentation végane et gratuite. Plus précisément, ils sont « déchetariens », un régime alimentaire et une démarche politique visant à extraire des aliments encore consommables des poubelles des restaurants et supermarchés pour se nourrir.

Plus d’informations sur le site internet des Gars'pilleurs

La Tente des Glaneurs : les invendus des marchés récupérés dans la dignité

Depuis 2010, plusieurs Tentes des Glaneurs ont vu le jour en France (à Lille, Paris, Caen, Grenoble...). Ces collectifs mettent en place des actions de collecte de fruits et légumes invendus ou destinés au rebut auprès de commerçants présents sur les marchés. Les produits sont ensuite redistribués gratuitement à des particuliers en situation précaire ou difficile (familles monoparentales, personnes sans emploi, étudiants…), dans des conditions dignes et favorisant le lien social. La redistribution s’effectue en fin de marché pour ne pas porter concurrence à l'activité des vendeurs professionnels.

Plus d’informations sur la page Facebook de la Tente des Glaneurs

Sous quelles conditions le glanage est-il légal ?

Contrairement au maraudage, grappillage et râtelage, considérés comme illicites, le glanage est toléré dans les champs et vergers si :

1. Les autorités municipales n’ont pas pris d’arrêté légal visant à réglementer sa pratique sur le territoire ;

2. Il est effectué de jour, à la vue de tout le monde ;

3. Il est pratiqué sur une parcelle cultivée non clôturée ;

4. Il est réalisé après la récolte ;

5. Il ne nécessite pas l’utilisation d’outils ;

6. Il ne concerne que des « quantités limitées ».

En respectant ces 6 conditions, il est théoriquement possible d’aller glaner dans un champ ou un verger sans demander au préalable l’autorisation à son propriétaire. Mais il va sans dire qu'il est préférable d’échanger avec un agriculteur voire de lui proposer une charte ou une convention précisant le cadre des responsabilités et garantissant un régime de non concurrence.

Cette négociation avec le propriétaire permet, bien souvent, d’assouplir les conditions de réalisation du glanage (droit d’utiliser des outils, intervention avant récolte car les produits ne seront pas récoltés, etc.). Quoi qu'il en soit, une personne ayant causé des dommages lors d’une action de glanage dans un champ ou un verger peut être poursuivie par le propriétaire devant les tribunaux.

En milieu urbain, il n’est pas interdit de récupérer de la nourriture dans une poubelle dès lors que celle-ci a été placée sur la voie publique, les déchets étant considérés comme des res delictae (des choses volontairement abandonnées par leurs anciens propriétaires). En revanche, il est théoriquement interdit de fouiller dans une poubelle pour récupérer des aliments à partir du moment où elle est située dans une propriété privée (un parking de supermarché, une déchetterie, etc.). La jurisprudence considère toutefois que le fait de soustraire des produits périmés, mis à la poubelle dans l’attente de leur destruction, ne constitue pas pour autant du vol (voir la décision de la Cour de Cassation en date du 15 décembre 2015).

© photo : La Tente des Glaneurs

Le glanage est-il une solution pertinente pour lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Tant qu’il y aura du gaspillage alimentaire, le glanage continuera d'exister. Les nombreuses initiatives qui se développent un peu partout dans les territoires constituent de formidables leviers pour lutter contre le gaspillage alimentaire et mieux comprendre les mécanismes qui le génèrent. Elles contribuent également à redonner de la valeur à l’alimentation en rapprochant les consommateurs des producteurs, tout en invitant à interroger en creux le comportement de chacun des acteurs de notre système alimentaire. C'est pourquoi, France Nature Environnement s'attache à mieux comprendre ces pratiques, à les valoriser et à les soutenir.

Cependant, toute cette mobilisation ne doit pas nous faire oublier que la meilleure façon de lutter contre le gaspillage alimentaire, c’est de ne pas le générer en amont. Si l’on veut vraiment réduire de manière efficace et pérenne le gaspillage alimentaire, la prévention à la source reste la solution à privilégier dans toutes les actions qui peuvent être menées.

© photo :  Les Gars'pilleurs