L'essentiel

transports de marchandise : transporter moins, transporter mieux

Réduire les émissions

L’objectif du Grenelle de l’environnement en matière de transport est de réduire de 20 % d’ici 2020 les émissions actuelles de l’ensemble du secteur. Pour les transports de marchandises, il s’agit d’augmenter à 25 % d’ici 2022 la part du non routier et du non aérien.

Réguler

Si les véhicules consomment moins et polluent moins, cette baisse est compensée par l’accroissement des trafics routiers. Ainsi, en France, malgré les gains observés sur les véhicules, les émissions globales de CO2 des transports routiers stagnent autour de 120 Mt CO2 depuis 2008 et représentent 34% des émissions. Quelles que soient les évolutions technologiques, il est nécessaire d’agir sur la consommation de transport et sur les comportements pour réguler leur croissance.

Transporter moins, transporter mieux

Deux options sont alors envisageables : transporter «moins» en réduisant les volumes de trafic (réduire le nombre de déplacements, les distances parcourues, augmenter les taux de remplissage des véhicules, etc.) ; transporter «mieux» en favorisant un report des trafics routiers vers les modes moins consommateurs et moins polluants (ferroviaire, fluvial, transports collectifs) ainsi qu’en optimisant le transport routier.

Encourager de nouveaux moyens de livraisons dans les villes

L'acheminement des marchandises est source de pollution et de conflit dans l'usage de la voirie. La progression continue et très forte des ventes sur Internet et le vieillissement de la population entraînent l'augmentation des livraisons en ville. Un triple défi doit donc être relevé : assurer la circulation des biens, en réduisant les nuisances qui y sont liées et en favorisant le report modal. De nouveaux moyens de transport sont donc nécessaires et doivent être encouragés pour les derniers kilomètres : péniches, véhicules électriques, triporteurs, etc. Pour que ce dispositif soit opérationnel, des espaces de stockage doivent exister en ville, points de ralliement de ces modes de transport. 

Marchandises en ville

La logistique urbaine correspond à l’acheminement dans les meilleures conditions des flux de marchandises à destination ou en provenance de la ville. Elle comprend notamment l’approvisionnement des commerces et des personnes, le transport de matériaux de construction, de déchets ainsi que le déménagement des entreprises et des particuliers.
Ces derniers, lorsqu’ils se déplacent dans le cadre de leurs achats, sont également parties prenantes du sujet « logistique urbaine », qu’on appellera ici également « marchandises en ville».

Les livraisons urbaines ne sont pas (seulement) un problème

Les livraisons urbaines ne sont pas seulement génératrices d’inconvénients, mais sont nécessaires pour maintenir le dynamisme économique du centre-ville. Il est possible de réduire leurs nuisances. Depuis une vingtaine d’années, les connaissances relatives aux enjeux de la logistique urbaine se développent du point de vue de l’organisation de l’espace urbain, du développement de services, de la qualité de vie des populations, mais aussi de dynamique économique et environnementale. La livraison physique des marchandises, le plus souvent assurée par un transport routier, constitue une part de cette logistique urbaine.

Expérimenter

Pendant longtemps le transport de marchandises en ville a souvent été minoré. Les politiques territoriales de déplacements préférant se focaliser sur celui des personnes. Afin de réduire les conflits potentiels entre ces deux modes, des initiatives expérimentales privées et publiques ont été envisagées, et le sont, tant sur l’aménagement des aires de livraison, les centres de distribution que sur l’amélioration de la réglementation des horaires de livraison.

La vie de la ville est un long fleuve

Le fleuve, présent au cœur des grandes agglomérations, est une alternative efficace et écologique pour relever les défis de la logistique urbaine. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la voie d’eau propose des solutions adaptées aux nouvelles exigences en matière de transport. Le transport fluvial est vertueux par sa moindre consommation d'énergie, ses faibles niveaux d'émissions de polluants et de CO2 et il permet de décongestionner les routes. Il est également économique par sa capacité à massifier les marchandises, fiable par la sûreté de ses acheminements et sa ponctualité. Enfin il dispose de fortes réserves de capacité et peut absorber une part importante du trafic de marchandises. Des démarches exemplaires, respectueuses de l’environnement, existent, tant au niveau européen que français. Elles induisent de nouvelles pratiques de transport de marchandises mieux pensées, favorisant le mode fluvial.