Ils font FNE

Ben Lefetey

Sous les feux de l'actualité, le porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, qui se bat contre le barrage de Sivens, garde la tête froide. Rencontre avec un homme calme et déterminé.

Tout a commencé par un simple tract glissé sur son pare-brise. Nous sommes en octobre 2012 à Gaillac, à vingt minutes d’Albi, dans le Tarn. Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, affilié à France Nature Environnement, lance un appel à former une chaîne humaine sur un site naturel menacé par le barrage à Sivens. Tout juste installé dans la région, après huit années passées en Asie du Sud-Est, Ben Lefetey ramasse le papier et participe en famille à la manifestation. Cet écologiste convaincu adhère au Collectif, fondé par un couple de Lisle-sur-Tarn. Touché par l’absurdité de ce projet, il a envie d’apporter un coup de main : « Vingt ans après le Sommet de Rio, j’ai eu le sentiment qu’on marchait sur la tête. C’est un projet à contre-sens de la transition écologique. »

Ben Lefetey est loin d’être un béotien. Depuis les années 90, ce pâtissier de formation travaille et/ou milite – les deux activités se confondent – dans différentes ONG environnementales, dont Greenpeace où, benjamin de l’équipe, il gagne ce surnom de Ben, son vrai prénom étant Philippe. En 1997, il participe à la refondation des Amis de la Terre et en devient le président. En 2004, avec sa compagne et leur fille de 2 ans, ils décident d’aller voir si l’herbe est plus verte au bout du monde. En Thaïlande, le couple lance une agence de tourisme responsable. Un enfant plus tard, ils reprennent le chemin de la France.

A son retour, Ben plonge dans le dossier Sivens. Son expérience associative est précieuse. « J’ai appliqué la méthodologie de base, détaille-t-il. Mettre en copie les bons interlocuteurs pour pouvoir montrer qu’ils étaient au courant. Ou faire appel à la Commission d’accès aux documents administratifs. » C’est ainsi qu’il obtient le rapport censé justifier le projet, mais refusé d’accès au Collectif pendant deux ans. L’autodidacte épluche ces 140 pages, signées par le maître d’ouvrage, et en pointe les invraisemblances. En rassembleur, Ben cherche aussi les convergences entre les opposants au projet, qui viennent d’horizons différents : protecteurs de la nature, paysans bios, amoureux de la région, militants d’ATTAC... Son aisance face aux médias en fait naturellement l’un des porte-paroles du Collectif. 

 

En rassembleur, il cherche les convergences

Au fil des mois, le dossier prend de l’ampleur. Le Conseil général du Tarn se montre sourd aux arguments des défenseurs de l’environnement. Thierry Carcenac, son président, refuse d’en débattre en public avec le Collectif. En octobre 2013, la préfète signe la déclaration d’intérêt général du barrage, alors que le Conseil national de protection de la nature y est défavorable. Face à ce passage en force, la forêt de Sivens devient une « ZAD », une zone à défendre occupée par des opposants au projet. « Avec les zadistes, nous manifestons parfois ensemble. C’est un soutien qui compte quand les associations ne se sentent pas écoutées. » En parallèle, le Collectif, soutenu par FNE Midi-Pyrénées et France Nature Environnement, explore toutes les voies légales pour obtenir l’abandon du barrage.

En février 2014, les forces de l’ordre évacuent sans ménagement les premiers zadistes. Début septembre, la tension monte encore d’un cran. Les travaux débutent alors que des recours sont sur le bureau du juge. La forêt est à nouveau occupée. Avec sept autres militants, Ben entame une grève de la faim. C’est la première fois que son engagement le mène aussi loin physiquement. Dormant quatre heures par nuit, il passe le relais au bout d’une semaine : « j’avais besoin d’énergie. Continuer, ç’aurait été un cadeau aux pro-barrages. » Mieux vaut être prêt. Ben Lefetey se frotte à la violence des partisans du projet. « Certains veulent ma peau », reprend-il. Pendant une manifestation, un molosse lui a brisé le petit doigt. Lorsqu’il se rend à Sivens, Ben évite les endroits où son téléphone ne capte pas. Il veille aux allées et venues près de chez lui. Mais le militant raconte tout cela sans colère. Comme un désagréable risque du métier.

Dans la nuit du 25 au 26 octobre, la situation atteint son paroxysme. Rémi Fraisse, un jeune botaniste adhérent à Nature Midi-Pyrénées, est tué par une grenade lancée par un gendarme, lors d’affrontements en marge d'une manifestation bon enfant. Les journalistes se précipitent à Sivens. Ben Lefetey reste calme : « Au milieu du chaos, j'essaie d'analyser la situation sans paniquer. Garder la tête froide, c'est aussi une façon de me protéger. » Dans plusieurs villes de France, des manifestations dégénèrent, des débordements qu’il dénonce sans détour. Le dossier devient scandale d’Etat. Ben Lefetey se rend à nouveau au Ministère de l’écologie, répète tous les nombreux  arguments contre le projet de barrage. 

Ce fils de paysans normands veut aussi parler des solutions. « Changer l’agriculture, c’est résoudre une partie du problème environnemental, explique-t-il. Cela aurait des impacts importants sur le travail, les déchets, la consommation énergétique. » Il évoque le cas de Lons-le-Saunier, où, pour protéger des captages d’eau, les producteurs locaux fournissent les écoles en aliments biologiques, « un système qui profite au plus grand nombre et pourrait être appliqué dans le Tarn ». Le contrecoup viendra plus tard, Ben s’en doute. Il se ressourcera alors auprès de sa famille. Avant de retourner au combat.

 

Bénédicte de Badereau 
Photo : Camille Millerand, tous droits réservés. 

 

Repères

 

1969 Naissance à Saint-Lô1990-1992 Travaille chez Greenpeace
1998 Président des Amis de la Terre France
2004 Part vivre en Asie du Sud-Est
2012 Retour en France, installation à Gaillac. Adhère au Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet. 

 

Par FNE.
Le mardi 20 janvier 2015
Je relaie J'agis Je donne