Ils font FNE

Maryse Arditi

Militante féministe, pionnière du solaire, aujourd'hui pourfendeuse du risque industriel : depuis 1968, Maryse Arditi mène de nombreux combats. Portrait.

Mercredi 21 septembre, parvis de la Gare Montparnasse. En ce jour de commémoration de la catastrophe d'AZF, Maryse Arditi enchaîne les interviews. Elle martèle le message  de France Nature Environnement : tout doit être fait pour améliorer la sécurité des riverains de sites industriels (voir le dossier). D'un débit rapide, avec rigueur et détermination, cette petite femme dynamique assène les arguments un à un et convainc les journalistes.

Depuis 2009, Maryse Arditi est pilote du réseau risques industriels de FNE et  s'occupe du réseau énergie. Pour se pencher sur ces questions techniques et politiquement explosives, être docteur en physique nucléaire et l'une des pionnières de l’énergie solaire est un atout indéniable.

C’est son envie d’expérimenter qui l’a menée à ces sujets pointus. Elle raconte :  " Dans les années 60, quand j’étais étudiante, la physique nucléaire était le secteur le plus en pointe. Voilà pourquoi je m’y suis intéressée. " En 1968, Maryse est  doctorante à la faculté d’Orsay.  Les événements sont un électrochoc. " Dans notre équipe, nous nous posions beaucoup de questions sur le bien-fondé de nos recherches. " Consciente des dangers du nucléaire, elle boucle tout de même sa thèse.  

Ses préoccupations ne se limitent pas au champ énergétique : elle prend part aux mouvements sociaux et politiques de l’époque. Militante du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception, elle signe en 1971 le manifeste dit " des 343 salopes ", rédigé par Simone de Beauvoir et publié dans Le Nouvel Observateur, où des femmes, célèbres ou non, déclarent avoir avorté.  

Début 1972, elle s’envole pour l’Université de Berkeley, en Californie, et participe pendant six mois aux premiers travaux sur l’énergie solaire. " Nous n’étions que trois : une chercheuse, un étudiant, un technicien, raconte-t-elle. Trois ans après, ils étaient 1000 ! Nous nous interrogions sur la construction de bâtiments à énergie solaire. En fait, nous avions vingt-cinq ans d’avance ! " De retour en France, au moment du congrès mondial « Le soleil au service de l’homme », elle fonde avec des architectes, des thermiciens, des plombiers, des citoyens, le groupe héliotechnique de Paris.  

« C’est d’abord par ce biais de l’énergie que je me suis impliquée dans les combats écologistes, explique-t-elle. J’ai beaucoup appris auprès de mon compagnon. » Pitch Bloch, disparu en 2007, était un militant très apprécié et très actif de FNE, membre du directoire du réseau industrie-déchets. « Nous avons quitté Paris pour vivre dans le Sud, dans une maison avec notre propre énergie, du solaire passif, un chauffe-eau solaire. » Avec d’autres, ils créent en 1988 l’association Eccla, pour Ecologie du Carcassonnais, des Corbières et du Littoral Audois. Elle s’amuse encore de leur astuce : « Nous avions choisi ce nom pour pouvoir dire « encore un coup d’Eccla ! » ».

En 1988, Maryse Arditi est élue Verts. Conseillère municipale à Narbonne, elle devient la bête noire du maire, faisant annuler le POS ou contestant la nouvelle ZAC. Elle mène une bagarre très dure contre l’exclusion des enfants étrangers du conseil municipal des jeunes. Cette décision la révolte et elle la conteste devant le tribunal administratif. « Pour moi qui suis née de parents étrangers, d’origine juive, fille d’un déporté, enfant cachée pendant la guerre, c’était inadmissible. » Sa ténacité paie : elle gagne devant le Conseil d’Etat.

En parallèle, cette passionnée poursuit sa carrière d’enseignante-chercheuse en physique à l’université et contribue aux débuts de la formation continue, passant des nuits à constituer des dossiers pour ses étudiants. En 2004, quelques années plus tard, vice-présidente du Conseil régional de Languedoc Roussillon, elle découvrira l’autre côté du miroir en étant déléguée à la formation professionnelle.  

De sa propre formation, elle garde un attachement à la rigueur scientifique. Une ligne de conduite qu’elle suit aujourd’hui à FNE, où elle veut « donner une information juste mais accessible ». Maryse se décrit souvent comme une « retraitée qui travaille 35 heures par semaine ». Une estimation qui nous semble bien en-dessous de la réalité. Son secret ? Elle le confie avec malice : « Chaque matin, une ampoule de gelée royale-ginseng-acérola. Et c’est surtout mon tempérament ! ».

 

Maryse Arditi en 5 dates

1971 Elle signe le " Manifeste des 343 salopes " pour l'avortement libre et gratuit

1988 Installée dans les Corbières, elle fonde avec son compagnon et d'autres l'association ECCLA (Ecologie du Carcassonnais, des Corbières et du Littoral Audois)

1999 Elle est nommée Chevalier de la Légion d'Honneur pour son action pour l'environnement  

1997-2002 Présidente bénévole de l'INERIS

2009 Pilote du réseau risques industriels puis du réseau énergie à FNE

 

Par FNE.
Le lundi 07 novembre 2011
Je relaie J'agis Je donne