Actualités

États généraux de l'alimentation : à vos clics citoyens

Contribuez au développement d'un modèle alimentaire plus vertueux pour le consommateur, l'environnement et le bien être animal : participez à la consultation publique des États généraux de l'alimentation. Ouverte jusqu'au 10 novembre, elle a pour but de « mieux cerner les attentes des citoyens » et « appuyer la prise de décision ». Vous pouvez donc, en quelques clics, aider France Nature Environnement à porter la voix d'une alimentation plus respectueuse de notre environnement et notre santé. Pourquoi ? Comment ? Mais aussi quelles propositions ? Explications.

Depuis un mois, les États généraux de l’alimentation réunissent les acteurs agricoles, de l’agroalimentaire, de la distribution et de la société civile. Objectif : co-construire des solutions pour une « alimentation durable » et définir, notamment, l’orientation des 5 milliards d’investissement promis par le gouvernement. Seulement, changer de modèles agricoles, c'est faire bouger les lignes, menacer le système agricole industriel actuel dont certains tirent profit. Les équipes de France Nature Environnement rencontrent donc bien des crispations lorsqu'elles défendent, aux États généraux de l'Alimentation, un plan d’actions ambitieux et plus vertueux.

Si les débats sont animés, vous pouvez, depuis votre ordinateur, nous aider à porter la voix d'une agriculture plus respectueuse de notre santé, de notre environnement, du bien-être animal et rémunérant de façon juste l'agriculteur.

En effet, jusqu'au 10 novembre, une consultation publique est menée en parallèle des tables rondes. Le but de cette consultation est de « mieux cerner les attentes des citoyens » concernant notre alimentation afin « d’appuyer les prises de décisions ». Puisque ces votes en ligne influent les décisions finales, nous vous invitons chaleureusement à y participer et à soutenir cette sélection de propositions émise par France Nature Environnement.

Voter pour nos propositions

30 % de notre restauration collective en bio ou Haute Valeur Environnementale locale

Avec ses 3 milliards de repas servis par an, la restauration collective a un rôle majeur dans nos habitudes alimentaires. France Nature environnement propose de créer une obligation de 30 % de l’approvisionnement de la restauration collective en bio local ou Haute Valeur Environnementale locale (moins de 150km). Cette proposition permet à la fois de recréer du lien entre agriculteurs et consommateurs sur la base d’un prix juste mais aussi de réduire les impacts environnementaux négatifs des modèles en place actuellement.

Je soutiens

Un repas végétarien par semaine dans la restauration collective.

L’agriculture mondiale ne pourra pas satisfaire l’ensemble des besoins des populations à la hauteur de l’actuelle consommation sans provoquer de nombreux problèmes environnementaux, climatiques et de santé publique. France Nature Environnement promeut donc le consommer « Moins et Mieux ». C'est ainsi que nous proposons de réduire de 20 % les protéines animales dans la restauration collective en programmant, par exemple, un repas végétarien par semaine. Et pour être efficace, ce changement doit être accompagné d’une sensibilisation et d’une formation des mangeurs, des enseignants et des cuisiniers.

Je soutiens

Contre le gaspillage alimentaire, finissons-en avec le calibrage des produits agricoles

Chaque année en France, ce sont 10 millions de tonnes d’aliments qui sont gaspillées du champ à l’assiette, soit 18 % de la production agricole totale destinée à la consommation humaine. Pour réduire cet immense gâchis France Nature Environnement propose de promouvoir l’intégration, dans les cahiers des charges présentés aux producteurs agricoles, de mentions favorisant l’acceptation de produits non calibrés. Par ailleurs, il est indispensable d'intégrer la lutte contre le gaspillage alimentaire dans tous les parcours de formation initiale et continue des professionnels de l’alimentation.

Je soutiens

Rendons nos étiquettes plus éthiques

Si elle est claire et ne porte pas à confusion, l'étiquette est un levier de choix pour valoriser les bonnes pratiques et redonner au consommateur le choix de son alimentation. C'est pourquoi, France Nature Environnement soutient trois façons d'avoir des étiquettes plus claires et éthiques :

Étiqueter les produits potentiellement dangereux pour la santé et l'environnement : afficher la présence de nanoparticules, de perturbateurs endocriniens, le nombre de traitements et la nature des pesticides utilisés ainsi que la présence d’OGM dans l’alimentation des animaux.

Je soutiens

Contre le gaspillage alimentaire et afin d’éviter tout risque de confusion avec la mention « à consommer avant le/jusqu’au… », interdire l’affichage des mentions « à consommer de préférence avant le/avant fin… »).

Je soutiens

Étiqueter les modes d'élevage et d'abattage afin de permettre aux consommateurs de faire en toute transparence ces choix de consommation.

Je soutiens

Pour un financement soutenable et vertueux de l'agriculture

Sur 100 € d’aliments payés par le consommateur, seuls 6€ reviennent à l’agriculteur. En cause, l'industrie agro-alimentaire et la distribution qui surfent sur les marchés dans une folle course au prix le plus bas. Tentant de rattraper la donne, les aides publiques maintiennent sous perfusion un modèle agricole insoutenable, sans être particulièrement soucieux des méfaits environnementaux que ces pratiques agricoles peuvent engendrer.

Afin de soutenir une transition sur l'ensemble du territoire, France Nature Environnement soutient deux leviers. D'une part, développer la contractualisation entre les agriculteurs, l'industrie agro-alimentaire et la distribution afin qu'ils définissent à l'avance un prix juste tout en visant une amélioration de la qualité de production. D'autre part, il est nécessaire de conditionner les aides publiques afin de favoriser la transition agroécologique. Les filières vertueuses seraient alors rémunérées pour les services rendus à la société, offrant de la valeur supplémentaire aux agriculteurs.

Je soutiens

Sortons durablement du glyphosate

Le glyphosate, principe actif du Round Up, est l’herbicide actuellement le plus utilisé, en France, en Europe et dans le monde. En plus de la toxicité pour la santé et l’environnement de ce pesticide, son usage massif fait émerger des résistances chez certaines mauvaises herbes. La molécule (et ses résidus) sont retrouvés dans les cours d’eau, les aliments et l’organisme de personnes testées.

France Nature Environnement demande l’interdiction du glyphosate assortie d’un plan d’accompagnement pour aider les agriculteurs à se passer de cet herbicide. Il ne s’agit pas de remplacer une molécule par une autre mais bien de promouvoir les alternatives déjà existantes, d’orienter la recherche publique pour proposer des solutions supplémentaires, et former l’ensemble des conseillers agricoles à ces méthodes.

Je soutiens

Maintenons les aides à la bio

L’agriculture Biologique a été et reste une force motrice pour l’innovation agricole. Ces pionniers ont ouvert la voie au développement d’une agriculture plus durable par l’expérimentation et la diffusion de pratiques agroécologiques. Les agriculteurs engagés dans la Bio sont les meilleurs garants de la préservation de nos ressources naturelles. Ils évitent les lourdes dépenses générées par l’utilisation des produits chimiques.

France Nature Environnement demande le maintien les enveloppes budgétaires promises pour accompagner la conversion et le maintien en agriculture biologique. De plus, nous proposons d’augmenter la part obligatoire de Bio local dans la restauration collective publique de 30 % en 2025 pour implanter localement la Bio dans tous les territoires.

Je soutiens

Pour soutenir ces propositions, il suffit de s'inscrire à la plateforme. La procédure est assez classique mais si vous vous y perdez, nous vous avons concocté un mode d'emploi à consulter ici. Ensuite, vous êtes parés pour soutenir l'ensemble de nos propositions à retrouver derrière ce bouton.

Voter pour nos propositions

Par FNE
Le jeudi 05 octobre 2017
Je relaie J'agis Je donne