Bonnes pratiques

50 astuces pour réduire votre gaspillage alimentaire

Comment réduire votre gaspillage alimentaire ? Investie de longue date contre ce fléau environnemental, éthique et économique, France Nature Environnement vous livre ici 50 astuces pratiques à appliquer sans modération.

1 semaine, 1 défi pour (ré)apprendre à manger durable ? C'est la #MissionAlimentation de France Nature Environnement. Le premier round de ces 10 semaines intensives s'intitule Moi, Moche et succulent. Il vous propose de s'attaquer au gaspillage alimentaire. À la clef, un meilleur bilan environnemental, un sérieux coup de frein à ce scandale éthique et de juteuses économies.

Rejoindre la #MissionAlimentation

1, 2, 3… c’est parti pour 50 astuces pratiques contre le gaspillage alimentaire.

Pendant mes courses

  1. Établissez une liste. Avant de partir, faites le tour de vos stocks et notez ce dont vous avez besoin. Vous éviterez ainsi les pots de crème fraîche en double ou une montagne de courgettes à consommer rapidement.

  2. Veillez à ne pas vous laisser berner. Vous êtes tenté par la promo-choc, la réduction monstre, la jolie tête de gondole ? Une question à se poser : allez-vous vraiment le manger ? Si vous êtes en solo, pas sûr que ce pack de 20 yaourts sera consommé. Par ailleurs, une comparaison des prix révèle parfois de curieuses surprises sur la véracité des prix de cette « maxi-promo ».

  3. Mangez avant de faire vos courses. Quand notre ventre crie famine, nous avons naturellement tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre. Résultat : c’est votre poubelle qui engloutit.

  4. Respectez la chaîne du froid. Commencez à remplir votre panier avec les produits secs, puis frais avant de terminer par le surgelé mis dans un sac isotherme. Vous préviendrez ainsi le développement de bactéries qui vous feront soit jeter ces aliments, soit attraper une bien désagréable intoxication alimentaire.

  5. Rangez votre panier avec bon sens. Les tomates cerises sous le pack de lait ? Évitez. Plus le produit est fragile et léger, plus il se trouve au dessus du panier. Une mesure de bon sens qui évite de bien pénibles expériences gaspillage.

  6. Adoptez le vrac pour la juste dose. Privilégiez le vrac permet d’acheter la juste quantité : exit donc les 18 kg de carottes pour une personne solo.

  7. Évitez les produits tout-fait. Lors de la chaîne de production, un produit « tout fait » tel que vos lasagnes à cuire en 2 minutes chrono génère en moyenne plus de gaspillage alimentaire tout au long de sa chaîne de fabrication que les petits plats que vous concoctez vous-même.

  8. Adoptez les moches. Autant que possible, ne boudez pas les fruits et légumes un peu tordus, moches ou non calibrés. Ils sont tout aussi bons et vous contribuerez, à votre échelle, à faire évoluer les standards de calibrage du légume « tout lisse » actuellement en vigueur dans bon nombre de magasins.

  9. Exit l’abandon de produits frais en caisse. Allez, un brin d’effort, si vous avez changé d’avis, remettez ce produit dans le frigo où vous l’avez trouvé car s’il n’est plus au frais, le magasin va le jeter… et donc générer du gaspillage alimentaire.

L’heure du rangement

  1. Premier arrivé, premier parti. La profondeur de nos placards et frigo sont à l’origine d’une bien injuste source de gaspillage. Nous avons tous tendance à moins penser aux aliments que l’on ne voit pas directement. Pour éviter ce gaspillage du yaourt coincé au fin fond du frigo, rangez par ordre d’arrivée. Le mantra ? Premier arrivé, premier parti. Donc les aliments de la semaine dernière sont rangés en tête de vos placards et frigo.

  2. Dans le frigo, à chaque ingrédient sa température. Votre molette de réglage de température a beau être bloquée à 4°C, les températures varient entre les différentes places de votre frigo. La bonne nouvelle ? Dans la variété de vos aliments, chacun possède sa zone de confort comme le montre ce dessin.

  1. Nettoyez les espaces de stockage. Pour éviter l’installation d’intrus telles que les mites alimentaires, les moisissures ou les simples mauvaises odeurs, pensez à nettoyer régulièrement placards et frigo. L’occasion également de vérifier que chaque ingrédient est bien protégé.

  2. Évitez les exercices d’équilibristes du rangement. Pour éviter de casser la succulente confiture de cassis maison ou de ratatiner les abricots, chassez les équilibres précaires, les risques d’écrasement ou d’étouffement de vos aliments. Vos placards ressemblent à un quai de train un jour de grève ? Il est temps de faire place nette.

  3. Non, tous les fruits et légumes ne vont pas au frigo ! Le frigo, meilleur allié pour une bonne conservation ? Pas si simple. De nombreux fruits et certains légumes se conservent mieux à l’air ambiant. Parmi eux, les bananes, melons, nectarines, abricots, pêches, fraises ou encore tomates préfèrent le grand air. En règle générale, tous les fruits exotiques également. Ressortez donc votre jolie panière pour garder toute la qualité gustative de ces aliments.

  4. Herbes aromatiques fraîches. En règle générale, elles n’aiment pas vraiment les coups de froid. Pour les conserver plus longtemps, ou leur redonner un coup de fouet, plongez leur tige dans un verre d’eau à l’air ambiant.

  5. Baignade pour ces légumes. Les poireaux, brocolis, oignons nouveaux, céleri, blettes et autres salades se conservent également plus longtemps à l’air libre et apprécient être conservés... les pieds dans l’eau.

  6. Pour des pommes de terre au top. Pour retarder l’arrivée inéluctable des germes sur vos pommes de terre, plusieurs astuces sont à connaître. Le B.A.BA ? Les conserver à l’abri de la lumière, si possible dans un endroit frais et sec (le cellier étant leur place rêvée). Éloignez-les des oignons, ils ne font pas bon ménage. À l’inverse, une ou deux pommes dans le bac de pommes de terre permettent de ralentir leur germination, testez donc ce duo magique !

  7. Faire durer le pain. Marre de sortir la scie sauteuse pour se couper une tranche de pain de la veille ? Adoptez deux alliés : la pomme (oui, encore elle !) et un torchon. Enveloppez votre pain ou votre baguette dans le torchon (sec et propre le torchon s’il vous plaît…) et glissez une pomme dans la corbeille de pain. Ensemble, ces techniques permettent de ralentir l’effet béton. Petite précision : évitez de pré-couper des tranches, elles se gardent moins longtemps.

  8. Contre le fromage durci : beurrez un peu la tranche coupée, cela permet de conserver l’humidité et le moelleux de vos fromages préférés.

  9. Astuce spéciale boissons gazeuses entamées : rangez-les la tête en bas, cela évitera au gaz de s’échapper !

  10. Adoptez les boites hermétiques en verre. L’avantage ? Vous pouvez voir vos aliments directement, et même surveiller leur état. De plus, elles permettent de conserver le croquant de vos biscuits, de vos chips et autres aliments secs et assurent la bonne conservation de vos aliments, qu’ils soient dans vos placards ou votre frigo.

Besoin d’un rafraichissement ?

  1. Coup de fatigue des légumes ? Faites leur prendre un bain d’eau froide une nuit au frigo, ils auront retrouvé leur croquant le lendemain.

  2. Face aux petites racines. Si vos légumes et fruits montrent de petites racines, plongez-les également dans l’eau, ils se conserveront plus longtemps.

  3. Salade défraîchie : Mettez un morceau de sucre dans un grand volume d'eau. Laissez tremper trois quart d'heure pour lui redonner un coup de jeune.

  4. Du pain un peu sec : En l’humidifiant et le passant au four ou au micro-onde, il retrouvera un peu de croustillant. Le faire griller fonctionne aussi bien pour une bonne tartinade.

  5. Fromage durcis : une fois râpés, ils feront une agréable alternative au gruyère dans vos plats.

Zoom sur les dates de péremption

  1. Différenciez-les deux appellations. La Date Limite de consommation, surnommée DLC mentionne « à consommer avant le... ». Elle marque une certaine limite sanitaire. A contrario, la Date de Durabilité Minimale, aussi appelée DDM, indique « à consommer de préférence avant le… »). Elle n’induit pas de risques pour la santé : ces produits sont donc consommables après.

  2. En cas de léger doute sur des produits frais (viande, poisson, crèmerie,…), commencez par faire confiance à vos sens : observer, sentir, gouter peut vous éviter de jeter un produit de la veille.

  3. Adaptez vos courses, à ces dates : si vous comptez manger ce steak ce soir, peu importe que sa date soit au lendemain, n’est-ce pas? C’est toujours une denrée que le magasin ne jettera pas !

  4. Produits secs : pas de panique. La date de durabilité minimale de vos produits secs est dépassée ? Pas vraiment inquiétant. Les produits secs et de nombreux condiments se conservent des mois et même des années après cette date.

  5. Info yaourt : sachez qu’un yaourt dans son pot se conserve jusqu’à 3 semaines passées sa date de péremption, mais une fois ouvert, il faudra faire vite.

  6. Notez les dates d’ouverture : il est ouvert depuis quand ce pot ? Depuis quand ces lasagnes traînent ? Pour ne plus douter, n’hésitez pas à noter les dates sur l’emballage ou vos beaux bocaux.

  7. Zoom sur les promo de dernières minutes : de plus en plus de supermarchés proposent des réductions sur leurs produits arrivant à date, n’hésitez pas à faire ces économies si vous avez bien prévu de manger ces produits.

  8. Le miel ne périme pas ! Vous pouvez vous régaler après des centaines d’années. Veillez cependant à ne pas prendre une version de miel coupée au sucre, qui ne réagit pas de la même manière…

À la cuisine

  1. Cuisinez ce qui va périmer en premier : oui oui, c’est une mesure de bon sens, malheureusement pas toujours très bien suivie.

  2. Calculez vos doses : au lieu de verser vos pâtes/lentilles/riz/pois directement dans la casserole, remplissez un verre pour connaître, au fil de vos tests, votre véritable consommation et ainsi cuisiner la juste dose.

  3. Croquez ces zones méconnues. Fanes de radis ou de carottes, épluchures en tous genres, cosses de petits pois, carcasse de volaille ou de poisson… toutes ces choses se mijotent et se révèlent succulentes. Élargissez vos horizons culinaires en testant de nouvelles recettes. Un joli régime pour vos poubelles.

  4. Ne pas jeter les restes. Selon la quantité, ils pourront vous faire un autre repas, ou être incorporé dans une nouvelle recette. Belles économies à la clef.

  5. Faites des conserves. Vous avez la chance d’avoir des kilos de haricots, cerises et autres fruits et légumes dans votre jardin ou vos placards ? Préparez des conserves afin de pouvoir les manger toute l’année ou congelez ces aliments et vos préparations alimentaires. Un bon moyen de prendre de l’avance en cuisine.

  6. Conservez avec du sel, du sucre ou de l’huile. Le sel est une solution de conservation ancestrale : vous pouvez déshydrater vos aliments avec les techniques de salaison ou tester le saumurage. Côté sucre, vous pouvez conserver des fruits et légumes en réalisant des sirops, confitures, gelées, pâtes de fruits ou encore des fruits confits. Quant à l’huile, elle peut servir d’isolant pour conserver vos olives, tomates séchées, champignons, aubergines, artichauts, pistou et autres petits fromages secs.

  7. Adoptez et offrez des doggy bag. Vous avez vu trop large pour ce repas entre amis ? Offrez-leur un doggy bag. N’hésitez pas non plus à le réclamer en restaurant. Autant de bons petits plats qui ne termineront pas aux ordures.

Que faire des restes ?

  1. Le pain sec : à transformer en croutons, chapelure, pain perdu ou tartines grillées.

  2. Les fruits pas assez ou trop mûrs : à transformer en compotes, confitures, gelées et autres sirops

  3. Les légumes flétris : faites-en un coulis, un caviar, une purée ou encore une soupe…

  4. En général : il est rare de ne pas trouver d’aliment qui ne se détournent pas en gratin, quiche ou salade composée…

  5. Fruit entamé : Il vous reste un ou des fruits entamés ? Frottez la face coupée avec un peu de jus de citron, vous gagnerez quelques jours de conservation.

  6. Juste dose de citron : parfois il ne nous faut que quelques gouttes de son jus. Percez son écorce pour en extraire la quantité souhaitée, puis rebouchez le trou avec une allumette ou cure-dent. Ce citron durera ainsi un peu plus longtemps.

Pour une action collective

  1. Testez les applications anti-gaspi : Too Good To Go, Optimiam, Zéro gâchis… les applications anti-gaspillage alimentaire se multiplient. Testez l’achat à bas prix de denrées donc les dates de péremption approchent.

  2. Offrez à vos voisins. Un départ en vacances en vue ? N’hésitez pas à aller sonner chez vos voisins, vous ferez peut-être des heureux et de belles rencontres.

  3. Rejoignez une action associative. Les associations françaises fourmillent d’initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Sortie glanage pour recueillir les fruits et légumes non calibrés, soup party permettant de cuisiner les restes tout en sensibilisant à ce fléau environnemental, éthique et économique, récupération des invendus de marché dans un but caritatif… partez à la rencontre de ces acteurs du changement et rejoignez ces initiatives : elles méritent d’être soutenues.

Et vous, quelles sont vos techniques contre le gaspillage alimentaire ? N’hésitez pas à partager vos astuces en commentaire !

Envie de voir plus grand et d’améliorer pas à pas votre façon de manger pour réduire votre impact sur l’environnement ? Rejoignez la #MissionAlimentation de France Nature Environnement : 10 semaines de petits et grands défis pour consommer de façon plus durable du 1er septembre au 8 novembre 2019. Pour cela, une seule méthode, signez le manifeste.

Je rejoins la #MissionAlimentation

Lire aussi

Gaspillage alimentaire : définition, enjeux et chiffres

Toutes nos publications sur le gaspillage alimentaire

Par FNE
Le vendredi 06 septembre 2019
Je relaie J'agis Je donne