Actualités

Alexandre Gannier, l'instinct du chercheur

Le président du groupe de recherche sur les cétacés, association membre de France Nature Environnement créée il y a vingt-cinq ans, parcourt les mers du globe pour observer dauphins, baleines et autres cachalots. Une aventure naturaliste, humaine et sonore.

Sous le soleil de décembre, Alexandre et Odile Gannier quittent Antibes, leur port d’attache, avec l’espoir de revoir les dauphins bleus et blancs. Après deux heures de route vers le large, la chance sourit aux navigateurs : ils aperçoivent des ailerons à 500 m à l’Est. Quelques heures plus tard, Alexandre consigne ses observations sur son ordinateur. « C’est le groupe local. Nous allons tout doucement, mais ils restent quand même 5 minutes à nous tenir compagnie. Les dauphins font quelques sauts dans un sous-groupe ou l’autre. L’activité pourrait être qualifiée de voyage lent social. La lumière baisse, c’est bientôt l’heure pour nous de rejoindre le port. »  Lire le journal de bord du GREC

Sur la trace des créatures marines 

Pour le couple, c’est peut-être la six-millième observation de terrain. Mais son enthousiasme ne tarit pas. Depuis 1985, il suit la trace des cétacés, ces mammifères marins qui allaitent leurs petits et respirent en surface. « Ces créatures majestueuses, parfois spectaculaires, représentées sur le globe par 85 espèces environ, vont du dauphin d'Hector, à peine 50 kilos, à la baleine bleue, longue de 28 mètres, pesant 150 tonnes », détaille Alexandre Gannier. En trente ans, leurs expéditions les ont menés de la Terre de Feu au Pacifique Sud, en passant par l’Atlantique et la Méditerranée.

Au milieu des années quatre-vingt, le jeune homme, originaire de Lorraine, est maître de conférences en fatigue des métaux à l’école des Arts et métiers de Bordeaux. Les cétacés le fascinent depuis l’enfance. Avec Odile, son épouse professeur de littérature, et quelques copains, ils ont envie de voir des baleines et des dauphins, tout simplement. « Très vite, l’instinct du chercheur a pris le dessus, raconte Alexandre Gannier. Nous avons pris le même chemin que les Britanniques, les Américains qui commençaient à suivre les cétacés avec des moyens légers et du matériel d’étude acoustique. »

Des idées fausses battues en brèche

Indépendants à partir de 1988 grâce à leur voilier de 9 m, le premier Anacaona, les jeunes scientifiques partent en prospection, découpant avec méthode la Méditerranée, tentant de combler les vides de la littérature existante. La cétologie, branche de la zoologie dédiée aux cétacés, est ancienne, mais nombre d’idées fausses circulent encore. L’observation des dauphins et des baleines, prises pour des créatures infernales, a longtemps été opportuniste, au gré des routes suivies par les bateaux.

Observer les baleines : les règles d'or 

Sur le pont du bateau, pendant des heures, ils notent tout : lieu de la rencontre, nombre d’individus, comportement, hauteur et forme du souffle, profil de l’aileron… Équipés d’un hydrophone, ils enregistrent. Sous l’eau, c’est une mélodie : les cétacés sifflent, caquètent, gémissent, grincent, couinent et même miaulent.

Ecoutez les cris et chants des cachalots, dauphins et globicéphales sur le site du GREC 

Le projet prend de l’ampleur et ils fondent en 1991 le Groupe de recherche sur les cétacés, le GREC. Toujours à bord, Odile, des amis, puis leurs trois enfants. Alexandre Gannier lâche sa carrière toute tracée d'enseignant-chercheur et consacre une thèse à son sujet de prédilection, battant en brèche l’idée d’une présence uniquement saisonnière de certains cétacés dans les eaux de la Méditerranée nord-occidentale, qu’il soutient en 1995.  

Le GREC, qui compte 21 membres, propose une formation en cétologie unique en France, en trois stages : un premier volet théorique, sur terre, puis une ou deux semaines en mer pour apprendre à observer les cétacés. « Les stagiaires profitent de notre expérience, on partage la vie à bord, et nous récoltons des données naturalistes. » Au cœur de la formation, à laquelle participent souvent de futurs guides, les règles de l’observation : « aller doucement, ne pas s’approcher directement, respecter une distance de sécurité d’une centaine de mètres. Ne pas rentrer dans leur sphère, les laisser s’approcher s’ils le souhaitent. »

Nager avec les dauphins... et les déranger 

La chasse industrielle a longtemps décimé les cétacés. Selon l’UICN, près du quart des espèces de cétacés du monde sont menacées, dont le dauphin commun.  En France, ces mammifères marins ne craignent plus les coups de harpon, ils sont désormais victimes de leur trop grande popularité. Le GREC dénonce sans relâche les pratiques des sociétés de whale-watching de la Côte d’Azur, qui transforment ces animaux en attraction touristique. « Nous les voyons. Ils s’approchent trop vite, trop près, restent trop longtemps. Ils les dérangent pendant leur repos, poursuivent les dauphins pour qu’ils sautent. C’est du harcèlement ! », s’emporte Alexandre Gannier. L’exploitation des fonds, les pollutions marines ou terrestres, l’augmentation du trafic maritime et la surpêche, qui affecte leurs ressources alimentaires, apparaissent aussi en bonne place au registre des nuisances. 

Les cétacés souffrent d'un problème réel de protection

« Nous sommes une toute petite organisation, reprend le scientifique militant. Nous devons faire comprendre que les cétacés souffrent d’un problème sérieux de protection, que l’emprise humaine sur la mer est de plus en plus grande. Nous comptons sur France Nature Environnement pour nous aider à défendre notre cause. » Le GREC contribue aux prises de position de la fédération, l’alerte sur les mesures importantes à prendre lors de l’installation d’éoliennes en mer, pour que les cétacés soient le moins dérangés possible par les travaux. « Nous avons passé tant d’années en mer, nous les avons tant observés, notre priorité, c’est de les protéger ». L’été prochain, le GREC lancera une nouvelle campagne de recherche, sur les traces du discret ziphius, ou baleine à bec de Cuvier. 

Tout savoir sur les stages du GREC
(Prochain stage de niveau 1 : 27 août - 3 septembre 2017)

Soutenir le GREC 

Par FNE
Le mercredi 04 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne