Chemin de traverse

Biodiversité : sous nos pieds, des espèces invisibles mais indispensables à la vie

Gluantes, rampantes, surprenantes… contrairement aux grands mammifères terrestres ou marins, super-stars de la biodiversité, certaines espèces ont du mal à soulever les foules pour assurer leur protection. Pourtant, dans l'ombre, elles livrent de nombreux bienfaits. Animaux et végétaux des sols participent ainsi à la fertilité des sols, et par là, à la qualité de notre alimentation, la pureté de l’air ou encore la qualité de l’eau. France Nature Environnement a décidé de leur rendre hommage et met en lumière dix d'entre elles qui se logent dans les sols. Portraits.

Ingénieur des sols, artisans agricoles, génie de la médecine ou encore croque-mort de la biodiversité, ces espèces sont mises en danger par l’artificialisation des terres, les modes intensifs d’exploitation agricole et forestière et autres pressions exercées par les activités humaines. Qui sont ces invisibles mais fabuleuses espèces ? France Nature Environnement dressent le portrait de dix travailleurs de l'ombre, groupes d’espèces aux mœurs ou capacités particulières.

1. Les bactéries et champignons : les ingénieurs chimistes du sol

Photo : Hypholome en touffe (Hypholoma fasciculare) / © imagii / Pixabay CC0 Public Domain

Champignons et bactéries forment, avec les algues microscopiques, ce qu’on appelle la microflore du sol. Ils représentent une multitude d’espèces qui s’attaquent aux protéines, aux sucres et autres graisses qui se trouvent dans les feuilles, les crottes et les cadavres tombés au sol. Ces micro-organismes sont de véritables usines chimiques qui assurent le recyclage de la matière organique des sols. Le produit final de ce travail : l’humus, essentiel à la fertilité du sol.

2. Les tardigrades : des champions de la résistance

Photo : Hexapodibius spp. / © AJC1 / flickr CC0 Public Domain

Ces « oursons d’eau » sont des invertébrés griffus et translucides d’1 mm en moyenne, proches des arthropodes. Ils sont connus pour leur capacité à survivre à des conditions extrêmes de température (-270 °C à +150°C) et de pression (du vide spatial aux grandes pressions des abysses océaniques) et de résister à des expositions diverses (produits chimiques, radiations, etc.). Cela tient à leur fabuleuse capacité de remplacer la quasi-totalité de l’eau de leur corps par un sucre antigel qu'ils synthétisent et de s’entourer d’une boule de cire microscopique. Ils vivent dans l’eau interstitielle du sol et présente à la surface des mousses et lichens.

3. Les collemboles : des athlètes à la fois gendarmes et serveurs

Photo : Sphaeridia pumilis / © Andy Murray / flickr CC0 Public Domain

Ces petits arthropodes, de 2 à 3 mm en moyenne à la couleur parfois vive, mais le plus souvent gris foncé, bleutée, blanchâtre ou jaunâtre, sont des champions du saut en hauteur. En cas de danger, une espèce de levier située sous l'abdomen, appelée furca, se déplie et propulse le collembole à une hauteur atteignant de 50 à 100 fois la longueur de son corps. Mais cet extraordinaire sauteur est avant tout un régulateur hors pair : il participe à la dissémination et à la régulation de la microflore du sol (bactéries et champignons) et joue un rôle majeur dans la circulation des nutriments (azote, phosphore, potassium, etc.) en fragmentant la matière organique.

4. Les pseudoscorpions : de véritables voraces

Photo : Chthionus sp. / © Andy Murray / flickr CC0 Public Domain

Avec leurs quatre paires de pattes et leurs deux pinces démesurées, ils ressemblent à des mini-scorpions, mais ces arachnides de 4 mm en moyenne, eux, ne possèdent pas de queue avec un dard venimeux. S’ils ne sont pas capables de manger de la nourriture solide, ils n’en sont pas moins le cauchemar des acariens et autres petits invertébrés du sol. Une fois leurs proies attrapées et tuées, ils lui injectent des sucs digestifs qui vont liquéfier les parties molles que les pseudoscorpions pourront ensuite boire. Ils contrôlent donc par leur prédation les autres invertébrés du sol.

5. Les cloportes : des rois du compost qui imitent le kangourou

Photo : Cloporte rugueux (Porcellio scaber) / © brenkee / Pixabay CC0 Public Domain

Ces crustacés, cousins des écrevisses, sont de véritables cuirassés terrestres : leur corps d’une longueur d’1 cm environ, est entièrement protégé par un exosquelette formé de plaques mobiles. Lorsqu’il se met en boule, ces plaques offrent une excellente protection. Un peu comme le kangourou, la femelle possède entre ses pattes, une poche incubatrice appelée marsupium, dans laquelle les jeunes cloportes se développent. En consommant essentiellement des débris et détritus végétaux, cette « crevette marsupiale » participe à la décomposition des matières organiques, ce qui fait du cloporte l’un des rois des composts.

6. Les perces-oreilles : de véritables « maman poule »

Photo : Perce-oreille (Forficula auricularia) / © fuentedelateja / flickr CC0 Public Domain

Tout le monde connaît le perce-oreille, qui bien sûr ne perfore pas les tympans avec les 2 crochets terminaux de son abdomen. On lui compte une vingtaine de « cousins » dans la famille des forficules. Tous ces insectes de 1 à 2 cm de long, brun foncé ou noir, possèdent un impressionnant instinct maternel : dans son terrier, la femelle va "lécher" en quasi permanence la trentaine à soixante d’œufs de sa ponte, les déplaçant et les rangeant régulièrement. Une fois éclos, elle nourrira infatigablement ses larves jusqu'à la dernière de leurs quatre mues. Ces dermaptères, tout comme les coléoptères staphylins avec qui on peut les confondre, sont des précieux régulateurs de la faune du sol.

7. Les silphides : des experts en médecine légale

 Photo : Larve de Silphe obscur (Silpha obscura) / © David Short / flickr CC0 Public Domain

Âmes sensibles, passez ce paragraphe. Cette famille de coléoptères de 1 à 2 cm, non seulement se nourrit de chair en putréfaction (insecte nécrophage), mais en plus elle pond dans les cadavres. Aussi, leur présence dans un corps et leur stade de développement permet d'estimer l'intervalle de temps post-mortem. Cette famille se remarque également pour les nombreuses adaptations qu’elle a su développer : capacité de camouflage, couleur ou odeur d’avertissement, stockage de nourriture, etc. Mais aussi « gore » que leur comportement puisse paraître, ces insectes sont précieux pour la dégradation de la matière organique animale qu’ils rendent disponible pour d’autres espèces du sol.

8. Les vers de terre : d’indispensables architectes

Photo : Lombric commun (Lumbricus terrestris) / © Pittous2 / flickr CC0 Public Domain

Le Merle noir, le Hérisson ou la Taupe d’Europe s’en régalent. Mais les vers de terre, plus qu’un met de choix pour de nombreux oiseaux et mammifères, sont des organismes fondamentaux pour le fonctionnement des sols, de même que les enchytréides, dits « vers blancs ». Selon les espèces, ils préfèrent vivre à la surface du sol, creuser des galeries ou rester tranquillement en profondeur. Avec ses 10 à 30 cm long, le Lombric commun par exemple est capable de creuser des galeries jusqu’à 3 mètres de profondeur. Mais tous contribuent à la fragmentation de la matière organique ainsi qu’au brassage et à l’aération du sol, par leur déplacement et leur digestion. Ce n’est pas pour rien qu’Aristote les appelait les « intestins de la terre ».

9. Les cigales : un long préparatif sous terre avant le récital estival

Photo : Mue de Grande cigale commune (Lyriste plebejus) / © Jean René Garcia / flickr CC0 Public Domain

Les cigales sont pour beaucoup cet insecte insouciant de La Fontaine, qui passe l’été à chanter. En fait, pendant presque toute sa vie, la cigale vit sous terre et n'a pas d'ailes. Les larves, issues des œufs déposés par les femelles dans des petits trous forés dans les branches et espacés de 1 cm, descendent au sol à l’automne et s’y enterrent pour une longue période de 10 à 17 ans selon les espèces. Elles creusent des galeries et se nourrissent de la sève des arbres qu'elles sucent à partir des racines. Avant d’être des chanteuses, les cigales sont donc de véritables terrassiers du sol !

10. La racine de corail : une sacrée profiteuse

Photo : Racine-de-corail (Corallorhiza trifida) / © Joshua Mayer / flickr CC0 Public Domain

Cette orchidée forestière, très discrète, est une plante à fleurs plutôt bizarre : elle ne fait quasiment aucune photosynthèse, ce qui explique que ses feuilles soient réduites à des écailles. Elle se développe grâce à un champignon qui se lie à ses racines et transforme pour elle les matières organiques. Elle peut aussi entrer en symbiose avec les racines du hêtre.

Comment oeuvrer à leur protection ?

Vous pensez que ces espèces – elles aussi – méritent toute notre attention ? L'information est le premier pas de l'action : ensemble, mettons en lumière ces espèces animales et végétales, leurs génies et leurs bienfaits. Par exemple, en regardant et diffusant ce petit film réalisé par l'Agence française pour la biodiversité, dans le cadre de sa campagne "Préserver la biodiversité, c'est aussi nous préserver" ou encore en vous rendant à l'une des 1000 animations organisées à travers la France du 23 au 27 mai 2018 à l'occasion de la Fête de la Nature qui met cette année en lumière... l'invisible.

Pour les préserver au quotidien, vous pouvez par ailleurs changer vos comportements alimentaires (en suivant les précieux conseils de notre article « Les 7 super-pouvoirs de votre alimentation » ) ou encore adopter les quelques gestes gentils pour la nature que nous avons référencé pour vous.

Nouveauté : le mouvement France Nature Environnement a également mis en place un site et une application mobile pour signaler les atteintes à l'environnement et faire connaître les initiatives positives pour la préserver. N'hésitez pas à faire connaître les bonnes idées proches de chez vous pour préserver les sols et signaler les atteintes à l'environnement que vous pouvez constater. Vous habitez l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne Franche-Comté, la Bretagne, le Grand Est, le Limousin et la Normandie ? Rendez-vous sur le site sentinellesdelanature.fr et téléchargez son application (disponible sur Google Play et Apple Store).

Par FNE
Le mardi 22 mai 2018
Je relaie J'agis Je donne