Actualités

Braconnage de l’ortolan : le ministère ne laissera plus faire

Nicolas Hulot a annoncé le 8 août 2017 que la lutte contre le braconnage du Bruant ortolan dans les Landes sera renforcée. FNE salue cette décision attendue depuis si longtemps.

Le Bruant ortolan (Emberiza hortulana) est un petit oiseau migrateur considéré comme en danger d’extinction selon la liste rouge des oiseaux menacés de France (UICN). Malgré sa protection et sous couvert d’une pratique traditionnelle, des chasseurs des Landes capturent vivants les ortolans dans une petite cage métallique (la matole). Après voir été engraissés, les ortolans sont vendus à des prix exorbitants pour être consommés par des « gourmets » qui ne peuvent ignorer l’illégalité des pratiques ayant conduit les oiseaux dans leur assiette.

Jusqu’alors, seules les actions sur le terrain des associations, comme la SEPANSO Landes et la LPO, permettaient d’identifier et de poursuivre les auteurs de ces délits qui agissaient avec le soutien affirmé d’élus locaux et de responsables cynégétiques, et dans une certaine impunité, la police de l’environnement étant invitée par son ministère de tutelle à ne pas verbaliser.

FNE se réjouit donc des instructions données par le ministre d’État au Préfet des Landes, visant à surveiller, contrôler et verbaliser les braconniers, mais aussi les intermédiaires de ce trafic lucratif.

Il faut dire que la France est menacée de lourdes amendes par la Cour Européenne de Justice, de l’ordre de plusieurs dizaines de millions d’euros, pour le non-respect de la protection du Bruant ortolan.

Aux côtés de la LPO et de ses associations investies sur le terrain, FNE reste vigilante. D'autres oiseaux risquent d'être pris dans des pièges ailleurs, comme les pinsons, ou encore les rouges-gorges ou fauvettes qui continuent d'être chassés à la glu.

Par fne-writer
Le mercredi 09 août 2017
Je relaie J'agis Je donne