Bonnes pratiques

Comment les communes de Thann-Cernay ont réduit leurs déchets de 60 % ?

Passer de 232 à 94 kg de déchets ménager par an et par personne, c’est le défi relevé par les habitants de la communauté de Communes de Thann-Cernay, en Alsace. France Nature Environnement a rencontré Michel Knoeer, président du syndicat de gestion des déchets de la collectivité et engagé contre le gaspillage des ressources depuis des années. Il nous a raconté le parcours de sa commune pour réduire ses déchets, on vous explique.

Thann-Cernay, un territoire innovant et cohérent dans sa politique déchets

C’est en se mobilisant contre un projet de construction d’un 3ème incinérateur, que les habitants du secteur de Thann-Cernay en Alsace, ont pris la route vers le zéro déchet. Suite à de nombreuses concertations les habitants ont réussi à démontrer qu’il s’agissait d’un projet surdimensionné et dispensable si une véritable politique de réduction de déchets était mise en place.

A partir de 2006 des alternatives concrètes ont été décidées pour réduire et mieux traiter leurs déchets. Ils ont notamment adopté « la tarification incitative.», un outil économique déjà répandu dans plusieurs pays voisins.  

La tarification incitative, payer en fonction de ce qui est jeté

Afin d’inciter les citoyens à réduire le volume de leur poubelle « résiduelle », dite grise (ordures non recyclables) et à mieux trier, ils ont opté dès 2007 pour facturer le service public d'enlèvement via une « redevance incitative », avec une partie variable en fonction du volume du bac dont est doté chaque foyer.

Les communes de Thann-Cernay sont parvenues à une réduction significative de leurs déchets, passant de 232 kg par habitant et par an à 106 kg dès 2011, pour atteindre 93,6 kg en 2017, soit une baisse de 60%. Et ce n’est pas fini ! Le syndicat s’est fixé comme objectif de parvenir à 50 kg d’ordures ménagères résiduelles par habitant et par an.

Tri, revalorisation, boycott du jetable, réemploi …

En plus de cette action, une collecte sélective en porte-à-porte des restes de repas a été mise en place.60 kg par habitant et par an échappent ainsi à la poubelle grise et sont valorisés sous forme de compost, presque 100 kg par an pour une famille. Certifié, il est vendu à un prix promotionnel aux agriculteurs du coin pour l'agriculture biologique.

On constate par ailleurs une belle amélioration du geste de tri permettant de progresser sur le taux de collecte et de recyclage des emballages et papiers. Et le flux des déchets destiné au réemploi s’est renforcé grâce au service des déchetteries et à la sensibilisation au tri.

Pour les déchets à usage unique (emballages du boucher, couches, protections féminines…), il faut avant tout sortir du tout jetable, car comme le rappelle Michel Knoeer il existe des alternatives permettant d’en réduire la consommation.

Des actions récompensées

Le label « Territoire Zéro Déchet-Zéro Gaspillage » est venu récompenser leur démarche en 2014 et des aides de l’Ademe leur ont permis d’innover encore. Des actions remarquables ont été ainsi mises en œuvre ou soutenues : zones de gratuité sur les marchés, un salon de la récupération et des repar’acteurs, un site internet de producteurs locaux, aide à l'achat de broyeurs, formations d'eco-jardiniers… pour ne pas citer que quelques-unes !

Et les prochaines étapes ?

Après plusieurs années de sensibilisation, trois voies sont à privilégier pour l’avenir, selon Michel Knoeer  :

- Ne jamais relâcher ses efforts de sensibilisation, notamment contre le gaspillage alimentaire (lien)
- Faire évoluer les déchetteries pour qu’elles développent tout leur potentiel vertueux (ressourcerie, bricothèque, …)
- Renforcer la chasse au dépôts sauvages et instaurer des modes de sanctions (douces ! précise le président) pour mauvais tri, à l’instar de systèmes d’amendes en vigueur en Italie.

Comment agir au niveau de ma commune ?

Aux collectivités voulant s’inspirer de leur action, le président du syndicat conseille d’ y « aller franchement » avec une démarche ambitieuse, alliant une redevance incitative à la mise en place d’une collecte séparée des biodéchets. Il leur conseille aussi de s’inspirer des autres collectivités qui ont mis en place ce système.

Et aux citoyens de se mobiliser, d’organiser des soirées débats, des réunions d’échange en invitant les élus, de mener des actions en demandant aux collectivités de participer via des subventions et/ou de l'aide technique. Pour les élections municipales, rejoindre le Pacte pour la Transition et pourquoi pas, se présenter aux élections !

Pour aller plus loin

Article n°1 : Payer la gestion de ses déchets en fonction des quantités jetées : Est-ce une bonne idée ?

Site du syndicat mixte de Thann-Cernay 

Fiche n° 19 : « Mettre en place une tarification incitative à la réduction et au tri des déchets pour tous les acteurs de la commune » du Pacte pour la Transition 

Fiche thématique imprimable "tarification incitative" de France Nature Environnement

Dossier Expertises de l’Ademe sur la Tarification incitative 

Outils sur la Tarification incitative du Centre de ressources et pour l’économie circulaire OPTIGEDE 

Dossier sur la fiscalité des déchets du Ministère de la transition écologique et solidaire

créditphoto@Ben_Kerckx

Par FNE
Le vendredi 17 janvier 2020
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don