Actualités

Continuité écologique des cours d’eau : vive la libre circulation !

Avoir un mur en plein milieu d’une route, ce n’est pas pratique pour circuler, non ? Il en est de même pour la vie des cours d’eau aujourd’hui fortement malmenée par barrages, canaux, ponts et autres moulins… Ces constructions nuisent à l’écosystème aquatique et menacent parfois la sécurité des citoyens. Seulement, l’hydroélectricité s’avère bien utile en tant qu’énergie renouvelable et les moulins font partie de notre patrimoine culturel. Alors que recommande France Nature Environnement pour réduire les nuisances ? Mais avant tout qu’est-ce que la continuité écologique et ses éléments perturbateurs ? Tour d’horizon.

La continuité écologique des cours d’eau, c’est quoi ?

Selon la loi, il s’agit de « la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques » (1). Et ce principe, il s’applique autant dans les milieux aquatiques que sur terre ou dans les airs.

Cette continuité écologique représente l’un des principaux critères de bon état des eaux aux dires même de la Directive Cadre sur l’Eau (directive européenne de 2000). Deux enjeux sont prépondérants : le déplacement des organismes aquatiques, c’est à dire des poissons, amphibiens et autre faune aquatique, et celui des sédiments, cet ensemble de particules en suspension qui finissent par se déposer par gravité.

Pour les sédiments, leur libre circulation permet de façonner les paysages en donnant une forme particulière aux lits des cours d’eau, mais pas seulement. A certains endroits, les sédiments tapissent le fond de la rivière quand ailleurs ils déferlent avec l’eau, ce qui créé une grande diversité d’habitats bénéfique aux espèces animales aquatiques.

Et pour ces dernières, la libre circulation s'avère également vitale. En effet, les déplacements des organismes vivants au sein et entre les habitats sont essentiels, notamment pour atteindre leurs lieux de reproduction.

Mais malgré la reconnaissance juridique de l'importance de la continuité écologique, ce critère est encore trop peu reconnu, notamment lorsque des projets de barrages voient le jour.

Les passes à poissons, pansements qui pansent mal quand plus de 50 % des obstacles n'ont pas d'usage avéré.

Barrages et seuils : faune aquatique et sédiments ne pratiquent pas le saut d'obstacle

Seuil d'un cours d'eauIl existe plusieurs « sources » extrêmement variables qui altèrent la continuité écologique des cours d'eau. Environ 80 000 barrages et seuils (voir photo gauche) en France : plus de la moitié n'ont pas d'usage avéré.

Ces ouvrages transversaux bloquent à la fois le transport dit passif (transport des matériaux de type vase, sable, gravier, etc., des débris végétaux et des éléments chimiques qui se retrouvent alors piégés dans les sédiments), et à la fois les migrations des espèces animales (comme le saumon, la truite ou l’anguille).

Ces dernières sont soit complètement bloquées, ne pouvant atteindre leur lieu de nourrissage ou de reproduction, soit retardées dans l’atteinte de ces lieux. Barrages et seuils peuvent ainsi conduire à la mortalité des espèces aquatiques migratrices.

Passe à poisson : au bout de 10 obstacles, seuls 3 % des poissons passent

Il existe bien les passes à poissons, ces systèmes inventés pour leur permettre de franchir l'obstacle. Seulement, si l’installation de tels dispositifs est préférable faute de mieux, il est important de garder à l’esprit qu’une passe à poissons permet, dans le scénario le plus optimiste, le franchissement de 70 % des poissons. Un taux respectable ? Pas tant que ça.

Car après 10 obstacles rencontrés sur un cours d’eau, phénomène très courant en France, seuls plus de 3 % des poissons parviennent sur leur lieu de reproduction, en amont. Résultat peu enthousiasmant. C'est ainsi l’accumulation de plusieurs seuils, même aménagés, sur un seul tronçon de cours d’eau qui s’avère très néfaste.

Première étape de la continuité écologique : déconstruire l'inutile

C'est pourquoi France Nature Environnement milite en premier lieu pour que les barrages et seuils inutiles soient déconstruits. Un arasement de barrage qui aurait des bénéfices tant pour la rivière que pour l'agriculture ou encore le tourisme de nature.

Précision sur les moulins : France Nature Environnement est-elle (vraiment) contre ?

Parmi les obstacles à la continuité écologique, France Nature Environnement cite également les moulins. Notre mouvement associatif demanderait-il la suppression de ce beau patrimoine culturel et historique ? Pas exactement. Nous recommandons avant tout la suppression des seuils, ces éléments sous l'eau.

Bâtiments et hélices ne sont pas dans la « ligne de mire » de notre fédération puisque nous considérons que l'architecture des moulins fait partie des éléments paysagers riches du patrimoine français. Seulement, puisque la grande majorité de ces moulins ne sont pas en fonction, pourquoi conserver les seuils qui nuisent inutilement à la faune aquatique sans apporter rien de plus aux paysages ?

Canaux, buses, travaux… les cours d'eau n'aiment pas la chirurgie !

Changement de lit, canaux, digues, buses… il n'y a pas que les obstacles qui nuisent à la continuité écologique de nos cours d'eaux. Les ouvrages transversaux et autres travaux et activités qui visent à modifier leur lit (recalibrage, rectification du tracé des cours d’eau, curage et enrochements) vont à l'encontre de leur vie sauvage.

Inondation Bordeaux pont Chaban DelmasLaisser aux rivières, fleuves et ruisseaux la liberté de choisir son chemin s'avère particulièrement intelligent. Si pour les humains, les routes en lacet apparaissent souvent comme lentes et contraignantes, pour les cours d'eau, cela s'avère très bénéfique. En effet, une telle disposition permet par exemple la création de zones humides.

Ces dernières constituent alors un lieu où l'eau se dépollue. Les zones humides assurent également une fonction d'éponge qui contribue à protéger le cours d'eau mais aussi les citoyens face aux sècheresses et aux crues… Bref, ces lacets de cours d'eau, qui sont parfois décrits comme contraignants pour l'aménagement urbain, s'avèrent en réalité très utiles tant aux citoyens qu'aux espèces animales et végétales.

Et s'il est souvent simpliste de généraliser, en France, de trop nombreux travaux de modification du lit et d'aménagement sur les cours d'eau s'avèrent nuisible pour leur continuité écologique. Des travaux et aménagements qui entraînent des modifications hydrologiques importantes, souvent matérialisées par des variations de débits, mais également des changements et pertes d’habitats, un réchauffement ou un changement de qualité des eaux ou encore une modification des communautés biologiques.

FNE se mobilise pour faire vivre les cours d’eau

France Nature Environnement et ses associations membres défendent constamment la continuité écologique des cours d’eau, essentielle pour des milieux aquatiques en bon état. De nombreux référents bénévoles et salariés du réseau Eau et milieux aquatiques participent ainsi aux instances politiques et techniques qui abordent les questions de continuité écologique.

Parmi ces instances, nous pouvons citer les comités de bassins où s’élaborent les Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), les commissions locales de l’eau (CLE), au sein desquelles les Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) sont générés et suivis, les comités spécifiques sur les poissons migrateurs, les groupes de travail nationaux, etc.

Tout ce travail permet à FNE de suivre et de veiller sur des sujets tels que le classement et la cartographie des cours d’eau, la Charte des moulins, le renouvellement des concessions hydroélectriques, les projets de création et d’arasement de barrages, etc.

Aller plus loin

Un certain nombre d’outils, créés par le réseau Eau et milieux aquatiques, sont à votre disposition, si vous souhaitez aller plus loin et approfondir vos connaissances sur la continuité écologique :

De plus, chaque année, la Journée internationale d’action pour les rivières du 14 mars célèbre et honore les rivières du monde entier. De nombreux évènements sont organisés à cette occasion afin de parler des richesses et problématiques de nos rivières. Une date qui permet à France Nature Environnement pour faire valoir le droit de l’eau, et la libre circulation des organismes aquatiques et des sédiments.

(1) article R.214-1 du code de l’environnement
Par FNE
Le lundi 14 mars 2016
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don