Actions en justice

Contournement Nîmes-Montpellier : Oc'Via à nouveau condamnée pour atteinte à des espèces protégées

La société Oc'Via, chargée de la construction de la LGV Nîmes-Montpellier, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Nîmes, le 18 juin 2018, pour avoir détruit certains des meilleurs sites à Outardes canepetière des Costières Nîmoises, sans autorisation. Elle écope d’une sanction alourdie s’élevant à un total de 42 000 euros. France Nature Environnement était partie civile aux côtés de Nacicca.

Autrefois présente dans tout l’hexagone, l’Outarde canepetière est désormais une espèce menacée d’extinction en France. Les Costières du Gard ont le privilège d’abriter le quart de la population française survivante. Bien que l’espèce soit protégée, 14 % de cette population ont été sacrifiés pour réaliser le Contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier entre 2012 et 2016.

L'Outarde canepetière encore sacrifiée en pleine période de reproduction

Alors qu’OC’VIA, chargée de la construction de cette ligne, avait été autorisée à amputer l’habitat et l’effectif d’une espèce en voie d’extinction de manière très conséquente, la société s’est malgré tout autorisée des débordements supplémentaires dans les zones à préserver, et ce à plusieurs reprises. En 2016, OC’VIA avait ainsi été condamnée à 7 000 euros d’amende (dont 3 000 avec sursis) et à verser 9 000 euros aux parties civiles, pour avoir réalisé en 2013 des travaux en pleine période de reproduction de l'espèce, alors que l'autorisation ne lui avait pas encore été accordée. Cette fois-ci, la société est reconnue coupable pour des travaux en 2014, sur 11 hectares, au sein du site Natura 2000 des Costières Nîmoises, sans dérogation pour enfreindre la loi sur les espèces protégées. Elle souhaitait illégalement extraire des matériaux dans la zone pour construire la LGV. OC’VIA a cette fois été condamnée à 20 000 euros d’amende, et à verser 22 000 € aux parties civiles que sont France Nature Environnement et l’association Nature & Citoyenneté Camargue Crau Alpilles (NACICCA).

Protégeons sérieusement le site Nature 2000 des Costières Nîmoises

Malgré les mesures compensatoires, la population d’Outardes n’a à ce jour pas retrouvé son niveau de 2012, et de nouveaux dégâts deviennent impossibles à compenser par manque de terrains appropriés. C’est pourquoi France Nature Environnement et sa fédération régionale demandent un moratoire sur les projets qui impactent le site Natura 2000 des Costières Nîmoises. Le grignotage sans fin doit cesser sous peine de remettre en question l’objectif même de cette zone de protection d’importance européenne. Il ne suffit pas de faire un chèque au détriment de la survie des espèces rares.

Pour Simon POPY, président de FNE Languedoc Roussillon : « Au delà de l’Outarde, cette condamnation met en évidence la nécessité de prévenir certaines dérives liées aux activités d’extraction de matériaux, qui ne sont pas toujours aussi propres qu’elles le prétendent. Cette vigilance est d’autant plus importante que le projet de Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan va provoquer une explosion des besoins en matériaux le long de son tracé, et que démarre en ce moment l’écriture du nouveau Schéma Régional des Carrières pour une durée de 12 ans. »

Photo : Pierre Dalous (CC BY-SA 3.0)

Par FNE
Le jeudi 21 juin 2018
Je relaie J'agis Je donne