Actualités

COP 21, jour 1 : que retenir ?

L'évènement n'a pas pu vous échapper : en cette matinée du 30 novembre le bal de la COP21 s'est ouvert sur le site du Bourget. Après une réouverture hier des travaux sur le projet d’accord de Paris en présence des négociateurs et du ministre Laurent Fabius, c’était aujourd’hui au Président de la République et à Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations Unies, d’ouvrir en grandes pompes le cycle de négociations devant quelques 150 chefs d’Etats. Les différents représentants de chaque pays sont venus en tribune pour afficher leurs ambitions. Que retenir de cette journée ? France Nature Environnement fait le point.

François Hollande, France : « Ce qui est en jeu, c'est la paix »

Dans son discours d'ouverture, François Hollande a fortement lié la question du dérèglement climatique avec celle de la paix. 

Plus concrètement, il est revenu sur le mécanisme qui encadrera les engagements des Etats en matière de réduction de gaz à effet de serre, insistant notamment sur leur nécessaire révision tous les 5 ans. 

Pour le président français, en matière de financement, les Etats devront prendre leur responsabilité et proposer une réponse solidaire pour aider les pays les plus affectés par les effets des changements climatiques. Enfin François Hollande a rappelé la nécessité d’introduction d’un prix carbone afin de donner un signal aux investisseurs et de donner un coup de pouce à la transition vers une économie décarbonée. 

Si le discours était honorable, nous attendons (encore) une application sur le terrain.

Revoir l'intégralité du lancement de la COP21 par François Hollande 

Barack Obama « Je suis conscient que nous sommes à la source de ce problème.» 

Le discours de Barack Obama était très attendu. Pour la première fois, le président des Etats-Unis a reconnu la responsabilité de son pays dans le dérèglement climatique. Tout comme le Japon ou encore le Canada, ils ont annoncé des engagements en matière de finances climatiques, notamment envers les pays en voie de développement.

Revoir l'intégralité du discours de Barack Obama 

Vladimir poutine : « L'accord doit être juridiquement contraignant ». 

La Russie a quant à elle insisté sur sa volonté d’aboutir à un engagement contraignant afin d’assurer la mise en œuvre effective des décisions prises à Paris.

Revoir l'intégralité du discours de Vladimir Poutine 

 

Xi Jinping, Chine : « Tous les pays doivent honorer leurs engagements pour (...) soutenir davantage les économies en voie de développement »

Plus gros émetteurs mondial de GES,  le discours du représentant chinois était également très scruté par les négociateurs internationaux. Celui-ci a fortement insisté sur le nécessaire engagement des pays développés envers les pays en voie de développement avec notamment l'aide financière mais également le transfert de technologies vertes. 

Revoir l'intégralité du discours de  Xi Jinping 

 

La suite ? 

Concernant le texte de négociations en lui-même, de nombreuses options restent à discuter d’ici samedi 5/12 date à laquelle les diplomates devront remettre une version consolidée à Laurent Fabius, président de la COP21. Ce texte sera ensuite transmis aux ministres qui arriveront à partir du lundi 7 décembre.  "Les ministres pourront certes trancher quelques questions mais pas l’ensemble des 50 points qui restent ouverts, d’autant qu’ils auront peu de temps", selon le ministre français des Affaires étrangères français. Et ce dernier de conclure sur la nécessaire mise en place d’une méthode d’adoption ordonnée pour éviter de devoir s’en remettre « au pseudo-miracle de la dernière nuit ».

 

Le jour 1 en une phrase

De belles déclarations politiques, un nécessaire rappel des attentes, de l’ambition et des enjeux : si le cadre de la COP21 est bel et bien posé, il va désormais falloir plancher. 

Par FNE
Le lundi 30 novembre 2015
Je relaie J'agis Je donne