Actualités

COP21 : jour 2

Après les belles paroles d’hier, place aux négociations en cette deuxième journée de COP21. Que retenir ? France Nature Environnement fait le point.

.Les ONG encore privées d’accès aux négociations techniques

Les négociations techniques ont repris dans les différents sous-groupes de travail. Seulement, alors que les Nations Unies et la présidence française affichent une volonté d’ouverture et de transparence des négociations, l’accès y est encore restreint pour les observateurs… dont les ONG. Certaines réunions sont en effet fermées comme ce fut le cas à Bonn en novembre. Un très mauvais signal.

2 milliards de la France pour les énergies renouvelables en Afrique

On retiendra l’initiative africaine sur les Energies Renouvelables portée par l’Union africaine qui a donné lieu à l’annonce d’un engagement financier conséquent par le président Hollande. Ainsi, la France portera à 2 milliards d'euros ses financements sur les énergies renouvelables en Afrique pour la période 2016-2020.

Cet argent permettra de mettre en œuvre à la fois des projets conçus par les gouvernements africains ou par des organisations de la société civile et des collectivités territoriales. Ces programmes pourront encourager l’utilisation de l’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique ou géothermique selon le potentiel de chaque pays.

A priori, ce ne sont pas des financements nouveaux mais une concrétisation de l'engagement pris à l’Assemblée Générale des Nations Unis en septembre. Les Etats Unis ont soutenu politiquement mais sans chiffres. L'Allemagne a également précisé ses engagements pour l'Afrique mais sans donner plus d'information à ce stade.

Cherchez l’erreur : des engagements internationaux ambitieux, une politique nationale réticente

C’est un grand écart qui passe mal. Si du côté international, la France annonce et prône une politique environnementale volontariste, la réalité nationale, elle, fait bien plus mal. En effet, en plein débat au parlement sur le projet de loi de finances 2016, le gouvernement s’oppose à un amendement demandant à ce que soit affecté 50 % de la taxe sur les transactions financières à l’action en matière de climat. Où est la cohérence ?

L’agriculture veut s’engager… Mais pas n’importe comment

Stéphane Le Foll a présenté ce matin l'initiative "4 pour 1000", pierre angulaire de la participation du secteur agricole français à la lutte contre le changement climatique. L'objectif de ce plan est simple : augmenter la quantité de carbone dans les sols agricoles de 0,4% chaque année. Cela permettrait de stocker une partie des émissions de gaz à effet de serre et d’enrayer le phénomène de réchauffement climatique. Le secteur agricole est une des causes majeures de changement climatique, mais c’est aussi un secteur qui peut enrayer ce phénomène grâce aux sols agricoles. Si l’initiative donne en exemple de bonnes pratiques pour améliorer le stockage du carbone des sols, il restera à définir rapidement un cadre d’action clair et concret. Une centaine d’organisations, dont France Nature Environnement, ont signé cet accord. Un grand acteur de l’agriculture, lui, manque à l’appel : la FNSEA. Pourquoi ?

Ouverture de l’espace de la société civile par François Hollande et Ségolène Royal

L’ouverture de l’espace générations climat a eu lieu également aujourd’hui. En présence de Ségolène Royal et de Nicolas Hulot, le Président Hollande s’est prêté au jeu. Il a visité plusieurs stands dont celui de France Nature Environnement.

A cette occasion, il a lui aussi pris part au mur de l’engagement Refaisons le climat : "réussir la COP21 et commencer par l'efficacité énergétique de l'Elysée"

Le jour 2 en une phrase

Une ouverture en grande pompes de l’espace dédié à la société civile face à des négociations à huit clos sur fond d’annonces louables : si la dynamique de la COP21 est lancée, espérons qu’elle ne va pas s’essouffler. 

 

Par FNE
Le mardi 01 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne