Actualités

COP21 Jour 9 : plus que quelques heures pour sauver les meubles

A 15h, la Présidence Française a remis la dernière version du projet d’accord issu du travail des ministres initié dimanche. France Nature Environnement fait le point.

Où en est-on : version finale demain

« Le texte remis à l’instant reflète les compromis naissant » pour reprendre les mots du président de la COP21 Laurent Fabius. Les points les plus clivants figurent encore sous forme d’options à trancher. Il est plus court : 29 pages au lieu de 43 par rapport à la version précédente de samedi. Trois quart des options ont été supprimées.
Les Etats vont plancher jusqu’à la prochaine réunion plénière qui se tiendra à 20h ce soir. L’objectif est d’avoir une version finale demain.

Les points clefs encore sur la table

Trois points clefs de l’accord font encore l’objet de profonds désaccords à savoir

Ils vont donner lieu à d’intenses et vives négociations dans les prochaines heures. Objectif : établir une feuille de route et définir les moyens pour atteindre l’objectif qu’il soit de 2°C ou de 1,5 °C. Le champ des possibles est encore ouvert.

L’espoir est-il encore permis ?

La révision de l’ambition par cycles de 5 ans semble acquise. Les Etats devront donc proposer des engagements selon cette périodicité.

La question de la transparence et de la comptabilisation des informations transmises, pourtant très clivantes, a bien évolué également.

L’objectif de 1,5 degré, en réponse aux préoccupations des pays vulnérables dont les Etats insulaires du pacifique, figure toujours comme option possible dans le texte.

La fixation d’un montant plancher de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 est dans le texte. Plus tôt dans la journée, les USA annonçaient qu’ils doublaient l’aide en matière d’adaptation d’ici 2020 passant de 400 à 800 millions de dollars. Espérons que ce nouvel engagement fera boule de neige et pèsera dans les dernières discussions.

Deux visions du monde en balance

Deux visions du monde s’affrontent au travers de l’objectif de long terme : soit une programmation de sortie des fossiles ambitieuse, soit un effort en demi-teinte « climate neutrality » laissant la porte ouverte à tout et n’importe quoi… Le choix sera lourd de conséquence

Avions et bateaux, grands oubliés de cette COP

Comme nous le dénoncions, les secteurs des transports aériens et maritimes ne sont pas présents dans le texte alors qu’ils l’étaient dans les versions précédentes COP. Un très mauvais signal quand on sait qu’ils représentent à eux deux 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre actuelles et que, selon leurs projections de croissance, ils pourraient représenter jusqu’à 39 % des émissions en 2050.

Le jour 9 en une phrase :

Le sprint final est lancé dans un champ de possible encore ouvert.

Par FNE
Le mercredi 09 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne