Actualités

De la nourriture dans les réservoirs : l’aberration se poursuit

Les agrocarburants sont souvent présentés comme une solution miracle face à la dépendance énergétique de la France et aux émissions de gaz à effet de serre. Mais certains ont des impacts environnementaux et sociaux désastreux : pourquoi alors poursuivre dans cette voie ? Le Parlement européen voulait stopper net leur développement, mais les négociations ont accouché d’une souris.

Un agro-quoi ?

Un agrocarburant est un combustible qui produit de l'énergie en transformant des matières fabriquées par des organismes vivants (champignons, végétaux, animaux...). L’idée semble écologique mais la majorité d’entre euxpose problème : produits en utilisant des végétaux comestibles (betterave, blé, mais, colza, pomme de terre, huile de palme, canne à sucre), les agrocarburants augmentent les prix de l’alimentation et contribuent à la destruction d’espaces naturels.

Ces agrocarburants qui augmentent le prix de l’alimentation.

Utiliser des champs pour produire des agrocarburants réduits inévitablement la surface des cultures destinées à nos assiettes. Résultat : le marché des denrées alimentaires est plus volatile comme le souligne un rapport[1] publié par 10 organisations internationales dont la FAO, l'OCDE et l’OMC. Une ONG[2] a ainsi estimé que les hausses de prix pourraient aller jusqu’à 36 % pour les huiles végétales, 22 % pour le maïs ou encore 21 % pour le sucre et cela indépendamment des autres causes d’augmentation des prix. Les agrocarburants sont donc un facteur supplémentaire d’insécurité alimentaire, notamment pour les populations les plus démunies.

Ces agrocarburants qui détruisent des espaces naturels

Face à la concurrence entre les cultures destinées à l'alimentation et celles dédiées aux carburants, un autre problème se pose : la destruction d’espaces naturels, conséquence d’un effet domino appelé " changement d’affectation des sols indirect (CASI)[1] ". Le schéma est le suivant : les cultures énergétiques prennent la place de parcelles alimentaires qui elles-mêmes se déplacent sur des surfaces non agricoles, en particulier des prairies ou des forêts. Les agrocarburants participent donc activement au phénomène de déforestation à travers le monde.

Union Européenne : ambitieuse à l’origine, molle à l’arrivée

Le Parlement européen avait une position ambitieuse à travers la réforme de la directive européenne encadrant les agrocarburants[4]. Il voulait stopper net le développement de ces agrocarburants nuisibles. Seulement, plusieurs États, dont la France, ont gravement minimisé cette réforme signée le 28 avril 2015.

France Nature Environnement, Oxfam France et Réseau Action Climat regrettent plusieurs choses. Point central du débat, le plafond maximum d'incorporation d’agrocarburants dans les essences ne s’avère nullement contraignant puisqu’il s’aligne sur les valeurs les plus hautes actuellement pratiquées. En effet, la moyenne européenne d’ajout d’agrocarburants dans l’essence ou le diesel s’élève à 5 % tandis qu’en France, un des pires élèves, elle est de 7 %. C’est finalement ce plafond maximal de 7 % qui a été retenu à l’issu des négociations entre le Conseil et le Parlement européen. De plus, alors que la prise en compte du phénomène de changement d’affectation des sols indirects à travers des indicateurs précis et vérifiés est essentielle pour évaluer le réel impact climatique des agrocarburants, la réforme les a réduits à une simple déclaration sans contrainte pour les producteurs : ils ne sont tout simplement pas pris en compte.
 


Analysons la situation avant de foncer

Ces agrocarburants issus de cultures alimentaires étaient présentés à leur origine comme une véritable solution écologique. Aujourd'hui, ce sont les agrocarburants de " nouvelles générations " qui pourraient offrir des perspectives plus intéressantes. Ils sont produits à partir de déchets ou de végétaux non issus de productions agricoles (comme des algues). Seulement, l’Europe n’a pas choisi de retenir des critères de durabilité dans leur évaluation et leur développement : un terrible risque de répéter à nouveau les erreurs du passé.

[1] Price Volatility in Food and Agricultural Markets: Policy Responses »

[2] Institute for European Environnemental Policy

[3] En anglais ILUC, Indirect Land Use Change

[4] La directive européenne relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie renouvelable (2009/28/CE)

Par FNE.
Le mercredi 29 avril 2015
Je relaie J'agis Je donne