Actualités

Ecologistes : « ploucs », « donneurs de leçon » ? Cassons les stéréotypes ! Immersion à Place to B

« Il est temps de parler du climat autrement ». Tel est le slogan de Place to B, un lieu de rencontres et d’échanges à Paris, à l’initiative de la journaliste du Monde Anne-Sophie Novel. Ici, l’objectif est de réunir journalistes, artistes, blogueurs, ONG et curieux pour échanger sur la COP21 mais aussi tenter de construire de nouveaux modes de narration afin de rendre la question climatique plus « grand public ». Une question qui intéresse au plus haut point France Nature Environnement. Chargée de la communication digitale de France Nature Environnement, me voilà donc à Place to B.

Mais avant Place to B, que pense le « grand public » ?

Avant de débarquer à Place to B, je m’arrête dans le hall de la Gare du nord pour interroger quelques passagers qui attendent. Si j’ai bien conscience que le micro-trottoir n’a rien de scientifique, le point de vue de ces inconnus pourrait quelque peu m’éclairer sur leur perception de l’écologie et des écologistes. N’est-ce pas eux le « grand public » ? Je leur pose donc cette question: « Sans parler de célébrités, comment décririez-vous un écologiste ? »

Le cliché du hippie « plouc » et « sale »

Après un rire franc et bref, Fanta, la petite vingtaine, me répond « je vois un vieux hippie, c’est pas méchant mais un mec un peu plouc quoi. C’est cliché mais, un gars un peu sale, qui vit avec son petit joint, ses dreads et son bonnet péruvien au fond d’une cabane ou d’une yourte sans électricité. » Elle m’offre un large sourire teinté de gêne, avant d’ajouter « Ouais ça fait grave cliché mais après, on a tous des clichés aussi. Le mec de banlieue par exemple, on imagine direct le "ouech-ouech" en jogging alors que c’est pas ça ». À ses côtés, son amie approuve.

Sylvain, l’allure de jeune papa, partage le terme de hippie. Lui décrit « des filles qui se lâchent un peu côté poils de dessous de bras. Après, je comprends, le côté naturel et tout ça mais moi, je trouve ça, comment dire… pas très… esthétique… ni très propre d’ailleurs. ». Sur la question de l’environnement, tous partagent le constat « qu’il faut faire quelque chose » mais cela paraît « difficile », « abstrait », « plus aux entreprises de changer même si on peut faire des petits trucs ».

Le « bobo parisien donneur de leçon »

Michel, lui, me propose une autre vision : « En vrai, les écolos, on n’en voit qu’en ville, le genre de petits bobos parisiens donneur de leçons. C’est vrai. Manger bio c’est bien beau mais en réalité, il n’y a que les bobos qui peuvent se l’offrir. Les fins de mois ne sont pas faciles pour tous. » Je pense alors à toutes les économies permises par exemple par la réduction des gaspillages mais Michel poursuit « Et puis aussi, ils n’arrêtent pas de dire, faites du vélo, faites du vélo. C’est bien gentil mais moi j’ai 8 km pour aller faire mes courses. Il n’y a qu’en ville qu’on peut dire ça « faites du vélo ». À la campagne, c’est impossible de vivre sans voiture. »

Une personne « comme moi »

De son côté, Charline tord le coup à ces stéréotypes en répondant, un brin ironique « quelqu’un comme moi ! Pourquoi ? Vous essayez de savoir si les écolos sont des gens bizarres ? » Je lui précise l’objet de mon article et la jeune femme s’éclaircit « c’est sûr, il y a un gros travail à faire pour changer les mentalités. Aujourd’hui, avec du Nabilla ou du Booba comme idoles, on est pas vraiment bien parti. Après, pour changer les discours, je trouve qu’on ne parle que des problèmes, pas suffisamment des solutions. Ça ne demande pourtant pas des efforts surhumains. Je ne suis pas irréprochable mais, à mon échelle, j’essaie de faire plus attention. Ce sont des petits changements dans mes habitudes mais si nous étions 6 milliards à les faire, bien des choses changeraient ! Si on ne fait rien, personne ne le fera à notre place non ?  » conclut-elle d’un clin d’oeil.

Faut-il abandonner les informations angoissantes ?

Présenter davantage les solutions. La formule, je l’entendrais à plusieurs reprises à Place to B. Et si je veux bien partager le constat, je le nuance assez vite, peut-être mon côté normand qui s’exprime. L’un des rôles de France Nature Environnement est celui de lanceur d’alertes. Et malheureusement, les alertes sont rarement positives.

L’exemple des accords du TAFTA me vient rapidement en tête. Avec une collègue, nous avions réalisé une infographie sur « le TAFTA dans votre assiette ». Même si elle était angoissante, j’ai frétillé derrière mon écran en observant les statistiques présentées par Facebook : l’infographie est apparue sur plus d’un million de fils d’actualité. Record historique pour notre page, et cela, sans succomber à l’appel du réseau social à « promouvoir la publication » (autrement dit, passer à la caisse). L’information, meilleur levier pour mettre fin à ces accords, a quelque peu circulé et a contribué à faire connaître le sujet, même s’il reste encore bien du travail pour qu’il devienne « grand public ».

Malgré notre rôle de lanceur d’alerte, je ne rejette pas en bloc le conseil d’une communication plus « positive », plus inspirante et porteuse d’espoirs. Une question me vient alors : comment parler de sujets graves sans être trop anxiogène ? Place to B me propose de jolies sources d’inspirations.

Du LOL pour faire réagir ? Le plein d’idées à Place to B

La journée du 8 décembre faisait la part belle au rire avec « Place to Smile ». Un rire qui, à mon sens, pourrait peut-être permettre d’alerter sur des sujets démoralisants auprès d’un public plus élargi.

Une formule, sortie de la bouche d’un responsable de l’agence de communication anglais Creative Communs, fait tilt en moi. Traduite, l’expression perd quelque peu de son charme mais signifie qu’« il faut toucher à la fois le coeur, la tête et la main » (Heart, Head, Hand).

Un sujet universel : le sexe

Cet anglais part du constat que la sexualité intéresse tout le monde. Un véritable levier pour communiquer. Il présente ainsi une campagne pour vanter les mérites de la nourriture végétarienne. Ici, nulle allusion à la maltraitance animale ou encore à l’impact de la viande sur le climat. À la place, une vidéo « hot » qui récolte les rires de la salle.

L’ONG Générations cobayes partage la même philosophie. Un sex-toy en bois à la main, Camille Marguin de l’association explique comment le sexe est un levier d’informations pour son association. « Au début, on faisait des conférences sur les pesticides, les crèmes et tout les « bullshits » mais personne ne venait. » constate-t-elle dans un anglais très personnel.

L’association a alors changé de cap pour parler des mêmes sujets mais autour d’un concept plus fédérateur : l’ « éco-orgasme ». Une intervention qui pousse, en fin de conférence, de nombreux participants à se saisir des 7 commandements de l’éco-orgasme publiés par l’association.

Du rire sous différentes coutures.

Dans sa besace d'idées drôles, Valérie Martin de l’ADEME a apporté une vieille publicité de l’ONG Surfrider, membre de France Nature Environnement. Elle prévient « Cette publicité marche à chaque fois qu’on la diffuse, on a besoin de ce genre d’humour, mais aujourd’hui, on comprend aussi avec les études qu’il faut toujours proposer une solution, une alternative à la fin ».

L’italienne Simonetta Lombardo, quant à elle, montre un projet original où de vrais scientifiques se saisissent des codes du rap. Ils répondent ainsi aux intervenants des médias qui donnent leur point de vue sur le climat tout en l’introduisant par « I’m not a climate scientist » (je ne suis pas un scientifique du climat).

Détourner et reprendre les codes de communications d'un groupe dans lequel personne ne nous imagine : une idée qui dénote.

Côté dessin, c’est YAK qui griffonne. Son personnage Elyx, soutient de nombreuses démarches et associations pour la COP21. Des dessins joyeux, pleins de sourires, qui demandent bien peu de moyens matériels pour être réalisés : un carnet, un crayon, un appareil photo, mais aussi, et cela est plus difficile à trouver, de l’imagination.

Photo YAK

 

Photo YAK

Photo YAK

Les entreprises aussi surfent sur humour et écologie

Parmi les multiples productions présentées, certaines m’interrogent davantage. Celle de Thomas Kolster, auteur du livre Goodvertising fait elle aussi rire la salle - moi comprise.

Seulement, quel est l’argument publicitaire derrière ? Le gel douche de la marque permettrait d’attirer des filles, donc prendre ses douches à deux et par là même d’économiser de l’eau. Mouais… La publicité surfe sur une préoccupation environnementale sans que le produit ne réduise réellement son impact. Pur coup de com.

Place to B : un vivier d’idées et d’inspirations

Mais passons le débat sur le greenwashing et intéressons-nous plutôt à ce vivier d’idées que propose Place to B. Au delà des conférences, c’est également un lieu de travail qui se transforme rapidement en lieu d’échanges plus informels. À côté, une « créative factory » dans laquelle une autoroute à insecte toute fraîche vient d’être construite. En somme, un lieu d’émulation qui donne l’occasion de faire un pas de côté, et le plein d’idées.

Si France Nature Environnement gardera dans son ADN une expertise sur des sujets aussi peu « grand public » que les PPRI, la capture et stockage de carbone ou encore la fiscalité déchets du projet de loi de finances rectificative, les découvertes et échanges menés à Place to B proposent une source d’inspiration pour imaginer de nouveaux moyens de communiquer.

Peu importe le look. Bobos, BCBG, hippies,« ouech ouech », intellos, fashionistas ou sans look défini, la question de l’environnement concerne chacun de nous. France Nature Environnement cherche donc à s'adresser à chacun afin de construire un mieux vivre ensemble. Vaste et enthousiasmant programme dont l'humour n'est qu'une des multiples pistes.

Par FNE
Le jeudi 10 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne