Actualités

Ensemble, refusons l’effarouchement des ours dans les Pyrénées !

Le ministère de la transition écologique et solidaire a ouvert une consultation publique pour expérimenter l’effarouchement des ours dans les Pyrénées. France Nature Environnement s’oppose vivement à ce dispositif totalement disproportionné au regard de la situation des prédations commises par l’ours et des moyens de protection des troupeaux encore peu généralisés. Dites non à cette disposition en participant à la consultation publique qui se clôturera le 14 juin 2019.

L’effarouchement, c’est quoi ?

Il s’agit d’utiliser des moyens sonores (cloches, sifflets, pétards, corne de brume, porte-voix…), visuels (torches, phares, guirlandes lumineuses…) ou olfactifs (parfums…) pour effrayer un prédateur qui voudrait attaquer un troupeau. Il est également possible de recourir à des tirs non létaux réalisés à l’aide d’une arme à feu chargée de cartouches en caoutchouc ou de cartouches à double détonation.

La loi ne permet pas d’utiliser ces moyens à l’encontre de l’ours, espèce protégée. Aussi, les dispositions proposées à la consultation fixent le cadre de dérogations qui permettraient le développement de ces pratiques : une réponse complètement disproportionnée au regard de la réalité du terrain.

Pourquoi faut-il se mobiliser contre la généralisation de l’effarouchement des ours ?

Ce dispositif est censé apporter une réponse à l’inquiétude des éleveurs ariégeois face à l’augmentation des dégâts d’ours depuis 2017. Or, d’une part, dans ce département, les moyens de protection des troupeaux ne sont pas encore généralisés, il est donc prématuré d’envisager d’effrayer ou de tirer, même de manière non létale, sur les ours. D’autre part, cette expérimentation est généralisée à l’ensemble de la chaîne des Pyrénées, alors qu’il s’agit normalement de répondre au cas particulier de l’Ariège.

Par ailleurs, s’agissant d’une espèce protégée, la loi prévoit trois conditions pour pouvoir intervenir sur des spécimens d’ours :

- que les dispositions ne nuisent pas à l’état de conservation de l’espèce : ces effarouchements étant autorisés sur l’ensemble des Pyrénées, il est probable que la multiplication et la généralisation à l’ensemble de la chaîne pyrénéenne de ces opérations d’effarouchement viennent perturber toute la population d’ours, mais aussi les autres espèces, protégées ou non. Or, l’État n’apporte aucune réponse scientifique à ce cumul des dérangements.

- qu’il n’existe pas d’autres solutions satisfaisantes : l’Ariège concentre 80 % des attaques d’ours. Or le rapport d’inspection réalisé conjointement par les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique et solidaire en 2018 souligne que moins de la moitié des 90 pâturages d'été du département ont fait l’objet de diagnostics pastoraux. Ces diagnostics visent pourtant à vérifier que les moyens de protection (chiens, regroupement nocturne, présence humaine) sont effectivement mis en place, et si c’est le cas, pourquoi ils ne fonctionnent pas. Une telle analyse est essentielle pour apporter la bonne réponse aux éventuelles prédations de l’ours. Elle est également obligatoire au regard de la loi.

- qu’il y ait des dommages récurrents ou importants aux troupeaux. Les éléments donnés dans le cadre de la consultation n’apportent pas de réponse sur ce point. Il doit pourtant être documenté pour répondre aux obligations réglementaires. Notons qu’il existe par ailleurs, un protocole de « gestion des ours à problèmes » qui apporte des réponses satisfaisantes face aux individus qui attaqueraient de manière répétée des troupeaux effectivement protégés, qui auraient un comportement familier à l’égard de l’homme ou encore qui s’alimenteraient de manière régulière à partir de nourriture humaine.

Par conséquent, considérant que cette expérimentation de généralisation de l’effarouchement des ours est disproportionnée, France Nature Environnement s’oppose à cette disposition et vous invite à en faire autant.

Comment participer à la consultation ?

Rendez-vous avant le 14 juin 2019 sur la page web de la consultation pour avoir plus d’informations et répondez en exprimant votre opposition à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées.

France Nature Environnement vous recommande de personnaliser votre réponse et de ne pas faire un simple copier-coller des arguments proposés ci-après, sinon votre réponse risque de ne pas être comptabilisée lors de la synthèse de cette consultation.

Je donne mon avis

Que dire ?

Nous vous invitons à répondre défavorablement à la consultation.

Il n’est pas indispensable de justifier votre avis pour qu’il soit pris en compte par le ministère, mais si vous le souhaitez, vous pouvez reprendre des arguments parmi les suivants.

- Le seul moyen de réduire les dégâts d’ours est de protéger les troupeaux. Toutes les actions doivent aller dans ce sens, ce qui n’est pas le cas de ces effarouchements.

- Effaroucher les ours dans ces conditions est illégal en regard de la directive européenne « Habitats ». Il y a en effet d’autres solutions, et c’est potentiellement dangereux pour les ours.

- Le tir à balles de caoutchouc est potentiellement dangereux pour les ours, a fortiori s’il est pratiqué par des personnes non-formées et non-expérimentées comme c’est prévu dans ce projet d’arrêté.

- Le meilleur moyen d’effaroucher les ours sans risque est l’utilisation de chiens de protection. Ils sont autonomes, peu chers et très efficaces quand ils sont bien éduqués, en nombre suffisant et dans de bonnes conditions (troupeaux regroupés la nuit). Hors cas exceptionnel, c’est le seul mode d’effarouchement acceptable.

- Effaroucher les ours est inutile si les troupeaux sont protégés et inefficaces s’ils ne le sont pas. Il est impossible de faire comprendre à un ours qu’il ne doit pas s’attaquer à des troupeaux sans protection !

- L’effarouchement d’ours anormalement prédateur est déjà prévu et possible dans le cadre du protocole « ours à problème ». Or, aucun ours actuellement présent dans les Pyrénées ne relève de cette catégorie.

Crédit photo Charles Metz
Par FNE
Le vendredi 07 juin 2019
Je relaie J'agis Je donne