Actualités

Exprimez-vous contre l’abattage de bouquetins du Bargy et l’effarouchement d’ours

Pour préserver les ours des Pyrénées et les bouquetins du Bargy, tentons de faire reculer le gouvernement : participez à ces deux consultations publiques. L’une, ouverte par le ministère de la transition écologique et solidaire, veut reconduire l’expérimentation disproportionnée d’effarouchement des ours dans les Pyrénées. L’autre, de la préfecture de Haute-Savoie, propose une reprise de tirs indifférenciée sur les Bouquetins dans le Bargy. France Nature Environnement s’oppose à ces dispositions et vous invite à vous exprimer massivement avant les 20 et 22 mai.

Avant le 20 mai, dites non à l’abattage de Bouquetins non testés dans le Bargy

Pour lutter contre la Brucellose bovine, il est absurde de tuer de façon indifférenciée des bouquetins, sans même savoir s’ils sont porteurs de la maladie. C’est pourtant ce que propose la préfecture de Haute-Savoie. Elle a lancé une consultation du public visant à autoriser le tir de 20 Bouquetins qui seront abattus sans avoir été testés préalablement. Cela s’ajoute à la capture de 50 autres qui, eux, seraient testés et euthanasiés pour ceux reconnus positifs à la Brucellose.

Malgré un avis défavorable du Conseil National de la Protection de la Nature, malgré la demande insistante de France Nature Environnement et des associations de protection de la nature auprès du Ministère de la transition écologique, malgré l'absence d'évidence que des abattages sans test préalable auraient un impact favorable sur la gestion de la Brucellose dans le massif du Bargy, le Préfet de Haute-Savoie veut tout de même à nouveau faire abattre avant l’été des bouquetins potentiellement sains, en plus de ceux capturés pour être testés.

Pour exprimer votre désaccord à ce projet d’arrêté, écrivez un e-mail à l’adresse suivante : ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr. Afin d’étayer ce courriel, n’hésitez pas à vous inspirer des éléments de contexte et des suggestions d’arguments concoctés par France Nature Environnement pour répondre à la consultation Attention cependant à ne pas faire un entier copier-coller. Votre réponse risque sinon d’être exclue.

Avant le 22 mai, dites non à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées

L’arrêté soumis à consultation propose d’autoriser l’utilisation de moyens sonores, visuels ou olfactifs, mais aussi des tirs non létaux réalisés avec une arme à feu chargée de cartouches en caoutchouc pour effrayer un ours qui voudrait attaquer un troupeau. Or, en l’absence de moyens de protection des troupeaux, utiliser tout cet attirail est inutile. De plus, tirer des cartouches en plastique est dangereux pour l’ours (risque de séparer une mère et ses petits, blessures graves), mais aussi pour les humains car l’ours peut attaquer, les tirs avec des balles plastiques ne pouvant se faire qu’à courte distance. Par ailleurs, il est déjà prévu un « protocole ours à problème » qui prévoit déjà des mesures d’intervention réservées au cas d’ours au comportement anormal. Notons également, l’avis défavorable à l’unanimité et très argumenté du Conseil national de protection de la nature.

L’alliance d’une présence humaine, de chiens et d’un regroupement nocturne du troupeau a montré son efficacité lorsque cela est effectivement et correctement mis en place. C’est pourquoi, France Nature Environnement est vivement opposée à ce dispositif d’effarouchement totalement disproportionné et vous invite à vous exprimer contre le renouvellement de l’expérimentation de ce dispositif qui fait l’objet d’une consultation publique du ministère de la transition écologique et solidaire.

Pour exprimer votre opposition à ces autorisations disproportionnées d’effarouchement, rendez-vous sur la page de la consultation et déposez votre commentaire. Si vous le souhaitez, vous pouvez là encore vous inspirer – sans faire de copier coller - des éléments de contexte et des suggestions d'arguments que les équipes de France Nature Environnement ont préparés.

Je participe

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance d’être entendus : relayez

N’hésitez à mobiliser vos proches et votre entourage afin qu’une opposition massive à ces pratiques puisse être entendue. Diffusez cet appel à participation par mail, réseaux sociaux ou toute autre voie de communication. Merci d’avance de votre mobilisation.

Facebook

Twitter

Linkedin

Crédit photo : Grégoire Wallaert / Pixabay
Par FNE
Le vendredi 15 mai 2020
Je relaie J'agis Je donne