Actualités

Fashion Week : premier défilé zéro déchets avec PikPik Environnement

Alors que la mode émet plus de gaz à effet de serre que le transport maritime et aérien réunis, les designer Schueller de Waal ont tenté une démarche plus responsable lors de la Fashion Week Parisienne. Avec l’association PikPik Environnement ils ont réalisé un défilé Haute Couture responsable et zéro déchets. France Nature Environnement a interrogé Antoine Delalande, responsable communication chez PikPik Environnement.

L’industrie textile est l’une des plus polluante au monde. Elle serait notamment responsable de la pollution de 20% des eaux mondiales, larguerait près de 500 000 tonnes de plastique par an dans les océans et émet en une année 1,2 milliard de tonnes de gaz à effets de serre. Mais les consciences commencent à s’éveiller, à l’instar de la ville de Stockholm qui a annulé sa Fashion Week car trop polluante.

A Paris, le 4 juillet dernier, ce sont les designers Schueller de Waal qui ont fait un pied de nez à la Fashion Week parisienne en s’associant avec PikPik Environnement, une association du mouvement France Nature Environnement qui officie en région francilienne. Ensemble, ils ont organisé un défilé minimaliste et responsable sur le parvis de la mairie du 15e arrondissement en proposant des tenues confectionnées à partir de chutes de tissus ou de matériaux de récupération et une session de ramassage de déchets réalisée par les mannequins puis par l’assistance. Les membres de PikPik et de France Nature Environnement ont même pu jouer le rôle de mannequin le temps du défilé.

PikPik environnement dans un défilé de haute couture à la fashion week parisienne, c’est assez surprenant. Comment cela s’est passé ?

Nous avons été approchés directement par Schueller de Waal, un duo de designer hollandais, qui cherchaient à mettre en place un événement qui allierait récupération de textile et sensibilisation à la gestion des déchets. Ils nous ont trouvé par internet, en cherchant une association francilienne qui œuvre dans ce type d’activité. Ils ont bien aimé le projet associatif et l’esprit de l’association, et nous ont contacté par mail. Ils nous ont expliqué leur projet et nous avons tout de suite aimé le concept.

Quel était le projet de Schueller de Waal et quelle a été l’implication de PikPik dans ce projet ?

Le principe de l’événement était de promouvoir la mode éthique et responsable. L’idée des créateurs était de faire un événement sortant des sentiers battus de la Fashion Week. Cette agence a un positionnement atypique, car elle essaie de démocratiser les codes de la haute couture, de la rendre plus accessible, et souhaite engager une réflexion pour un impact moins négatif sur l’environnement de l’univers de la mode et du défilé en lui-même.

Leur volonté était de créer un défilé qui serait accessible à tou.tes, avec peu d’impact sur l’environnement et des tenues conçues à base de matériaux de récupérations.

Le cadre avait peut-être moins de classe que les grands défilés, mais il était accessible à tous, a fonctionné avec très peu de moyens (pas de scènes et/ou de décors). Et le fait d’être sur le parvis de la mairie du XVe arrondissement nous a permis d’avoir du monde toute la journée.

Quelles ont été pour vous les retombées de cet événement ?

Concrètement, cet événement a fait courir toute l’équipe pendant une journée ! Et il nous a également permis de mobiliser d’autres associations comme France Nature Environnement, GreenBird et des jeunes du Service National Universel. Nous aurions aimé avoir plus d’associations, mais on est super contents que France Nature Environnement ait pu le faire avec nous.

On a aussi eu des retombées positives de la part des organisateurs et de certains modèles qui souhaitent développer le même genre de partenariat avec nous. Et en terme de visibilité, c'était un très bel événement : PikPik a été mentionné dans plusieurs médias de la mode dans lesquels nous n’aurions jamais pensé être. Pour le coup, on est plutôt content de toucher ce secteur-là.
On aurait bien aimé plus de retombées françaises par contre, mais ça va peut-être venir.
Globalement, cette journée a été très positive : elle a permis de rendre le nettoyage de rue un peu plus fashion !

L’industrie de la mode, et particulièrement du luxe, a un fort impact environnemental. Est-ce que le projet de Schueller de Waal ne surfe pas sur la vague écolo en faisant du greenwashing ?

Pour avoir regardé ce qu’ils font et leur logique, cela n’a pas vraiment l’air d’être du green washing. On est vraiment sur une marque qui essaie de se démarquer dans son secteur en jouant sur son côté accessible et positif. Même s’ils y voient certainement le bénéfice en termes de communication, il semble y avoir un vrai positionnement pour limiter l’impact de ce secteur sur l’environnement et le rendre utile.

Après, un défilé de mode est un événement qu’il est difficile de rendre complétement responsable : il y a une installation électrique, la confection des costumes et les déplacements pour l’équipe technique qui ont un bilan carbone certain. Mais sur cet événement, ils ont quand même bien joué le jeu, en faisant sans décors à usage unique, très peu de scénographie, et en s’appuyant sur les ressources locales (matériel de la mairie). 

Ils souhaitent aussi pérenniser ce genre d’événements, le démocratiser et l’exporter dans d’autres villes européennes.

Pour finir, quels sont les conseils que vous donnez au quotidien pour limiter son impact environnemental lié au textile ?

Des conseils de bon sens, on va dire. Cela dépend de chacun, on est dans un positionnement ou rien n’est tout noir ou tout blanc. Le meilleur conseil, c’est d’être conscient de ses habitudes de consommation et de connaître leur impact.

Acheter du neuf en dernier recours, privilégier le réemploi, la seconde main, les reprisés/réparés et réutiliser les vêtements qu’on a depuis longtemps. Il y a aussi quelques marques de textiles zéro déchets, comme Hoopal qui ne confectionne que des vêtements à partir de textile recyclé.

Et sur le cycle de vie d’un vêtement, bien penser aux points de collectes et aux associations qui récupèrent des vêtements comme Emmaüs Solidarité pour les centres d’hébergement.

Pour aller plus loin :

Quiz : connaissez-vous les impacts de votre garde-robe sur la planète ?

Gaz à effet de serre : l’industrie de la mode, pire que le trafic aérien et maritime mondial réunis

Ma démarche pour rendre ma garde-robe plus respectueuse de la planète

Nos publications pour lutter contre le gaspillage textile

Crédits photos : Team Peter Stigter

Par FNE
Le jeudi 29 août 2019
Je relaie J'agis Je donne