Actualités

Hausse des prix des carburants : choisissez votre camp

Vous étiez en France ces dernières semaines ? Alors vous n’avez sans doute pas échappé au grand débat du moment, la hausse des prix des carburants. À la veille du mouvement des gilets jaunes le 17 novembre, il serait même de bon ton que vous ayez choisi votre camp : défendre la planète ou le pouvoir d’achat ? Vous trouvez la question bien trop caricaturale ? Nous aussi. Explications du « camp » que défend France Nature Environnement.

Oui, la fiscalité écologique est indispensable !

France Nature Environnement défend depuis de nombreuses années la mise en place d’une fiscalité écologique, qui est l’application concrète du principe du « pollueur-payeur » : vous polluez, vous payez et ces ressources servent à alimenter la transition écologique. Pour sortir de l'addiction au pétrole, un produit en voie de raréfaction, polluant et que nous devons importer, il est logique que les produits issus des fossiles deviennent progressivement plus chers. Les activités polluantes deviennent ainsi moins intéressantes, ce qui favorise les changements de comportements. Et les recettes issues de cette fiscalité doivent permettre de financer les mesures d’accompagnement à la transition.

Concernant les carburants, la réalité est un brin plus complexe. D'une part, la hausse des prix s’explique seulement en faible partie par cette fiscalité écologique. En octobre, 70% de l’augmentation du prix de l’essence à la pompe était liée à la hausse du coût de l’essence hors taxes, 62% pour le gazole. Rien à voir donc avec la fiscalité écologique.

D'autre part, pour le gazole (vrai nom du diesel quand on parle carburants), la hausse de la fiscalité est en partie un rattrapage : il était fiscalement privilégié par rapport à l'essence, afin de soutenir la motorisation diesel. Suite au scandale du Dieselgate, les avantages fiscaux du gazole ont commencé à être progressivement supprimés pour arriver prochainement à un taux de taxes équivalent à l’essence. Les émissions du diesel se révèlent être particulièrement néfastes pour la santé et sont classées « cancérogènes certains » par l’Organisation Mondiale de la Santé… La pollution de l'air est responsable de près d’un décès sur dix et coûte plus de 101 milliards d'euros aux Français chaque année.

Rien ne justifie donc la ristourne fiscale qui était attribuée au gazole.

Non, les primes à la conversion ne sont pas le graal de la transition

France Nature Environnement considère-t-elle qu'il faille arrêter de se déplacer ? Non. Qu’il faille se déplacer mieux et autrement ? Clairement, oui. Petit rappel : un trajet en voiture sur 8 fait moins de 500 m, 40 % des trajets quotidiens en voiture font moins de 3km (soit 12 mn en vélo) et 90 % des trajets entre le travail et le domicile sont réalisés par des personnes seules dans leur véhicule. Des changements d'habitudes de mobilités sont indispensables.

Pour changer ces comportements, l'État doit inverser la logique qui fait de la voiture la reine de la mobilité. Avec la Loi sur les mobilités présentée en Conseil des ministres à la fin du mois de novembre, le gouvernement possède pour cela une formidable opportunité. France Nature Environnement défend sept mesures détaillées dans cet article afin de rendre les transports moins polluants et plus pertinents grâce à cette loi.

Notre vision : développer des solutions alternatives à la voiture, qu’il s’agisse du renforcement du transport ferroviaire, des transports en commun, des mobilités actives (vélo, marche…) et partagées (covoiturage, autopartage...). Les recettes issues de la hausse des taxes écologiques doivent être affectées à ce chantier, ainsi qu'à l'accompagnement financier des populations plus modestes et les plus dépendantes des énergies fossiles, notamment dans les zones périurbaines ou rurales, sans solutions de mobilité alternatives.

Une prime à la mobilité pour encourager l’abandon de la voiture individuelle au profit d’alternatives moins polluantes ou encore la généralisation des tarifications sociales pour les transports en commun sont de bons exemples à suivre.

Dans certains cas, il n'y a pas d'alternatives à la voiture : France Nature Environnement reste favorable aux mesures accompagnant le changement de véhicules pour des véhicules moins polluants à condition que ces mesures ne soient pas l'unique réponse apportée au défi de la mobilité.

Beaucoup trop de cadeaux fiscaux accordés aux pollueurs

Bonne nouvelle pour ces chantiers : la France ne manque pas de ressources financières pour favoriser des comportements moins polluants. De nombreuses niches et exonérations fiscales polluantes privent aujourd'hui l’Etat de milliards d’euros de recettes chaque année qui pourraient bénéficier à la mobilité durable. C’est par exemple le cas de l’exonération du gazole professionnel dont le transport routier de marchandises, qui coûte 1,2 milliards d’euros par an à l’Etat. France Nature Environnement a lancé une pétition afin de mettre fin à ces incompréhensibles cadeaux fiscaux.

Je signe

C'est une forme d'injustice vis-à-vis des automobilistes qui n'hésitent pas, légitimement, à en pointer l'incohérence. Mettre fin à ces avantages injustifiés, constituerait d'une part une ressource afin de financer la transition, de l'autre, un cap plus clair dans la politique de transports du Gouvernement.

Relevons le défi d'une mobilité plus propre possible pour tous

« Parce que nous sommes pleinement impliqués, parce que où que nous vivions, qui que nous soyons, nous avons tous le même devoir : rendre à la Terre à sa grandeur » clamait Emmanuel Macron le 2 juin dernier.

Vous l'aurez compris, France Nature Environnement ne portera pas de gilet jaune le 17 novembre : la fiscalité écologique est indispensable, nous devons sortir du règne du tout routier et nous libérer des énergies fossiles.

Pour cela, le cap écologique affiché doit se concrétiser dans l'ensemble des décisions du Gouvernement, ce qui n'est malheureusement pas encore le cas. Il s'agit de s'attaquer à nos mauvaises habitudes et non pas au portefeuille des Français. En développant des mobilités plus propres et collaboratives, c'est le bien-être de tous qui est préservé. La loi mobilité doit répondre « aux deux camps » de ce 17 novembre : rendre les déplacements des Français moins pesants pour la planète et le portefeuille.

 

Pour plus d'infos, retrouvez également notre note de contexte

Par FNE
Le vendredi 16 novembre 2018
Je relaie J'agis Je donne