Actualités

Ils nous font vivre, nous les snobons

L'indifférence à son égard est quasi générale et pourtant, sans lui, nous n'aurions pas vu le jour. Le plancton, ensemble d'êtres microscopiques des mers, né il y a plus de 3 milliards d'années, possède bien des qualités pour devenir une égérie mais il est victime d’une grande ignorance à son égard.

A l'occasion de la journée mondiale des océans ce 8 juin, France Nature Environnement s'est donc dit qu'il fallait bien leur rendre hommage. Lui, c'est le plancton marin, un terme qui désigne l'ensemble des micro-organismes vivants qui se laissent ballottés par les courants. Ils représentent 98 % de la biomasse des océans, sont composés de plusieurs dizaines de milliers d'espèces et possèdent bien des atouts pour qu'hommes et femmes se mettent enfin à les remercier.

Voici quatre exemples de leurs incroyables facultés.

1 – Un mangeur de carbone qui fournit 50 % de l'oxygène de la planète

Une partie du plancton et plus précisément le plancton végétal (appelé phytoplancton), se développe par photosynthèse. Il produit plus de 50 % de notre oxygène et consomme de grandes quantités de dioxyde de carbone. Il a ainsi stocké dans nos océans un tiers des émissions de CO2 produites depuis la révolution industrielle. Comment ? L'organisme se nourrit de carbone et atterrit en fin de vie dans les fonds marins. Il enterre avec lui le CO2 qu'il a stocké. Cette chute sur les fonds marin forme une pellicule appelés nécromasse. Celle-ci constitue donc un piège à carbone. Et la lente décomposition de cette nécromasse peut produire du pétrole.

Seulement, après des milliers d'années, ce pétrole lui revient aujourd'hui comme un boomerang. En effet, l'utilisation effrénée de pétrole par l'humanité contribue à augmenter de façon inquiétante le CO2 dans notre air. Et puisque l'Océan en absorbe une partie, lui-même se met finalement à saturer : une acidification de ses eaux qui perturbe l'ensemble de l'écosystème marin.


2 – Un organisme qui permet la venue de pluies dans nos champs

Juste après sa mort, le plancton libère un gaz soufré, nommé le sulfure de diméthyle (DMS). En s’oxydant, cette molécule favorise grandement la formation des nuages au-dessus des océans. La vie du plancton est donc intimement liée à notre météo, dont les vents viennent en partie de l’Atlantique. Et là encore, l'augmentation des émissions de CO2 s'avère nuisible à cette fonction : des chercheurs du CNRS ont observé que face à une forte concentration en CO2, les émissions de molécules de DMS diminuaient.

3 – Le premier maillon de la chaîne alimentaire marine

Le plancton nourrit l'océan. Le schéma est un peu raccourci mais le plancton nourrit des organismes qui sont eux-mêmes mangés par de plus gros prédateurs jusqu'en haut de la chaîne alimentaire. L'homme aussi s'en nourrit : chaque Français consomme ainsi 35 kilos de poissons qui mangent du plancton ou des espèces s'en nourrissant. Sur terre comme en mer, toute la chaîne est interdépendante. Mais n'allez pas imaginer que les planctons ne servent de repas qu'aux plus petits : la baleine ou le requin pèlerin possèdent un régime alimentaire 100 % zooplancton (ou plancton animal). 


4 – Il nous soigne.

40 millions de gènes. Ce ne sont pas moins de 40 millions de gènes microbiens, pour une grande part encore inconnus, que l'expédition Tara Oceans a récemment découvert et dénombré dans un échantillon de près de 35 000 espèces. Et cette richesse, au fil des découvertes, est utilisée en médecine pour élaborer de nouveaux remèdes.

Seulement, le plancton est à l'image des richesses de nos océans : un grand inconnu.

Un inconnu maltraité : rejets de déchets plastiques, acidification des océans, exploitation pétrolière off-shore, aquaculture à grande échelle, artificialisation des milieux côtiers… Les sources de stress que subissent les océans, sur le plancton et toute la biodiversité sont nombreuses. Eric Tabarly aurait-il raison  lorsqu'il affirmait que "La mer, pour les Français, c’est ce qu’ils ont dans le dos lorsqu’ils regardent la plage" ?

Si vous êtes arrivé jusqu'à ces lignes, ses mystères ne vous rendent pas totalement indifférents... Alors pourquoi ne pas prendre 2 minutes pour signer la pétition de Surfrider demandant de réduire l'un des désastres auxquels les océans sont soumis : les déchets. Vous pouvez également signer et relayer l'appel de l'Océan pour le Climat afin de faire entrer ce milieu au coeur des négociations de Paris Climat 2015.
Par FNE.
Le lundi 08 juin 2015
Je relaie J'agis Je donne