Actualités

Jour 5 de la COP21: la pression monte avant la première échéance de demain

En ce cinquième jour de COP21, la pression monte sur les négociateurs. Demain, ils doivent remettre une première version de texte consolidée aux ministres avant que ceux-ci ne prennent la main. Comme chaque jour, France Nature Environnement fait le point.

2°C c’est déjà trop, mais pas pour certains

Le « dialogue structuré entre experts» est une initiative qui regroupe des scientifiques et des Etats dont l’objectif est de faire le point sur l’état de la science autour de la question des 2°C. In fine, les conclusions de ce dialogue sont censées être versées au débat de la COP21. Le diagnostic des scientifiques est désormais clair. On sait que l’objectif de 2°C mettra en péril de nombreux pays insulaires notamment dans le Pacifique. Il faut s’orienter vers 1,5°C. La reconnaissance officielle de ces conclusions aurait nécessairement des répercussions sur le contenu des négociations. Plusieurs pays s’y opposent dont l’Arabie Saoudite qui a bloqué le processus de finalisation du dialogue… De leur côté, le groupe des pays les plus vulnérables comptent bien ne rien lâcher sur ce point. Les discussions s’annoncent tendues…

Combien ? Question centrale de la COP21

Les grands enjeux de ces négociations peut se résumer à un mot : combien ?

Ainsi, quelle serait la réduction des émissions de gaz à effets de serre de chaque pays ? Sur cet aspect, l’accord de Paris devrait inclure un ensemble de règles définissant les tenants et aboutissants de ces engagements.

Mais aussi combien d’argent les pays riches, grands responsables du dérèglement climatique sont-ils prêts à accorder aux pays moins développés, souvent premières victimes de ces bouleversements ? Beaucoup d’Etats en développement ou moins avancés conditionnent leurs efforts à ce soutien des pays riches.

Enfin, combien de degré(s) en plus pourront être évités ? On le sait, les quelques 160 contributions fournies par les pays en amont de la COP21 proposent une trajectoire étant plutôt vers 3°C. Ce point mène donc à une autre interrogation : quand réduire davantage cette augmentation ? Un mécanisme de révision des engagements est imaginé par cycle de 5 ans. Une périodicité qui semble aujourd’hui acceptée par nombre de pays. Seulement, en ce cinquième jour de COP21, les formulations sur la révision restent très molles : il est fait mention d’une « information mutuelle » tous les 5 ans mais pas d’un effort supplémentaire si la situation l’exige.

Paris, première ville a s’engager pour le fond vert pour le climat

Le rôle des villes dans la lutte contre le réchauffement climatique est déterminant : les zones urbaines abritent plus de 50 % de la population mondiale et génèrent 70 % des émissions de carbone. En 2050, ce seront deux tiers des citoyens qui seront urbains. Comme en témoigne le sommet mondial de l’action territoriale organisé à Lyon en juillet auquel France Nature Environnement a activement participé, les zones urbaines sont donc nombreuses à s’engager depuis plusieurs années.
Hier, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé que Paris dotera de 1 million d'euros le Fonds vert pour le Climat. La capitale française devient ainsi la première collectivité au monde à participer directement à son financement. Plusieurs grandes villes du monde devraient lui emboiter le pas.
En ce 4 décembre, quelques 1000 villes sont réunies à Paris au Sommet des élus locaux pour le climat. Ces derniers se sont engagés à soutenir des objectifs ambitieux en faveur du climat, telle la transition vers une énergie 100 % renouvelable ou une réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Un texte réduit

Aujourd'hui, un nouveau texte de compromis réduit a été accepté comme base de négociations par les Etats.

La journée 5 en une phrase

Alors que la pression monte sur les négociateurs avant l’entrée en jeu des ministres demain, les initiatives concrètes et l’engagement des acteurs non étatiques se poursuivent.

 

Par FNE
Le vendredi 04 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne