Actualités

L'éditorial de Denez L'Hostis

Nous avons sous nos pieds un trésor et nous l’ignorons. Pollué, tassé, écrasé, imperméabilisé, stérilisé, le sol souffre en silence. Comme pour l’eau et l’air, sa dégradation n’est pas forcément visible à l’œil nu. Facile, alors, de débiner les quelques normes environnementales qui les protègent et de les accuser de tous les maux, de la croissance atone aux lourdeurs administratives.

Nous avons sous nos pieds un trésor et nous l’ignorons.  Pollué, tassé, écrasé, imperméabilisé, stérilisé, le sol souffre en silence. Comme pour l’eau et l’air, sa dégradation n’est pas forcément visible à l’œil nu. Facile, alors, de débiner les quelques normes environnementales qui les protègent et de les accuser de tous les maux, de la croissance atone aux lourdeurs administratives. A la veille d’échéances électorales, ce petit refrain résonne à nouveau. Mais quelle que soit sa couleur politique, le prochain président de la République devra avant tout garantir l’intérêt public et se méfier d’une dérégulation qui aurait comme résultats l’extinction de la biodiversité, la fin de nos ressources et la dégradation de notre patrimoine commun. Il devra protéger nos sols. Nous ferons tout pour que la voix de l’environnement soit entendue durant les prochains mois.

Année la plus chaude jamais enregistrée, 2016 s’achève. Démarrée dans l’enthousiasme post-COP 21, elle a été très éprouvante pour nombre de nos associations. Les mauvaises nouvelles se sont succédées : le dossier Notre-Dame-des-Landes s’enlise toujours plus, des projets nuisibles sont encore sur la table. La pollution de l’air et l’artificialisation du territoire ne reculent pas. Agir pour la protection de l’environnement est devenu de plus en plus difficile. Subventions coupées, postes supprimés, militants menacés : disons-le, pour les associations qui défendent l’intérêt général, les temps sont durs.

Les bonnes nouvelles se sont faites plus rares. Il y a le vote de la loi biodiversité, quarante ans après la loi sur la protection de la nature ou notre victoire sur le dossier Nonant-le-Pin, un centre de stockage de déchets illégal après trois ans de procédure. De belles idées se sont aussi concrétisées. Avec notre nouveau logo, une campagne de notoriété, notre fédération montre un nouveau visage. Notre université d’été a été un moment important et notre livre, S’engager pour un monde meilleur, 10 propositions à votre portée, a trouvé son public. Nous avons mis en avant le retour du glanage, réuni experts et militants autour du milieu marin. En 2017, année d’élections, nous continuerons à nous mobiliser pour la nature, à porter le renouveau de l’écologie, pour une biodiversité épanouie et une qualité de vie retrouvée. Je vous souhaite une belle et heureuse année, forte des projets que nous mènerons ensemble. 

Par FNE
Le mercredi 04 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne