Actualités

La disparition des oiseaux n'est pas une fatalité

Ce mardi, à l'entrée du printemps, deux études ont mis en lumière l'importante diminution des populations d'oiseaux en France. L'une a été réalisée par le Museum national d’histoire naturelle, l'autre par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ce déclin n'est pas une fatalité c'est pourquoi France Nature Environnement appelle les pouvoirs publics à prendre les mesures indispensables pour la préservation des oiseaux communs : changer notre modèle agricole et revoir notre aménagement du territoire.

Près d'un tiers des populations d'oiseaux des milieux agricoles et bâtis ont disparu en 30 ans

Le Museum national d’histoire naturelle (MNHN) et le CNRS publient ce jour deux études qui montrent que le déclin des oiseaux communs s’accentue en particulier dans les espaces agricoles et bâtis. En effet, l’indicateur issu de l’étude du MNHN et publié sur le site de l’observatoire national de la biodiversité montre que les oiseaux communs ont diminué de 22% en moyenne entre 1989 et 2017 mais de 33% pour les oiseaux des milieux agricoles et de 30 % pour ceux des milieux bâtis. Une accélération majeure du déclin ces dernières années.

France Nature Environnement s’alarme du déclin des populations d'oiseaux et rappelle qu'il ne s'agit pas d'une fatalité : cette disparition exige des actions concrètes et rapides pour préserver la biodiversité.

Changer notre modèle agricole, une nécessité

Les oiseaux des milieux agricoles sont particulièrement impactés par les pratiques agricoles intensives. Les prairies constituent actuellement le premier milieu qui disparaît du fait de l’urbanisation et de l’agriculture1 alors même que ces milieux sont indispensables aux oiseaux. Il est devenu urgent de préserver les milieux herbacés (prairies plus ou moins humides, pelouses sèches, landes) et l’ensemble des infrastructures agroécologiques (les haies, arbres isolés, bosquets, mares...), de ne plus les gérer de manière intensive mais bien extensive et de les restaurer. Ces mesures doivent s’inscrire dans le cadre de la trame verte et bleue qui vise notamment à s’assurer d’une densité et d’une qualité suffisantes de ces milieux et de ces infrastructures pour former des réseaux écologiques indispensables à la biodiversité.

France Nature Environnement demande un changement en profondeur de notre modèle agricole. Cette transition doit être accompagnée par une réforme de la politique agricole commune. L’agroécologie qui lie l'agronomie et l'écologie doit en être la ligne directrice. Ces pratiques sont plus respectueuses des hommes, des terres et de la biodiversité, créant un cercle vertueux pour les agriculteurs, l’environnement et l’ensemble de la société.

L'urgence d'agir contre les pesticides

Beaucoup d’espèces d’oiseaux se nourrissent de graines ou d'insectes. Indirectement, elles souffrent donc de l’utilisation des pesticides, en constante augmentation, puisqu'ils font disparaître leur nourriture, les plantes messicoles et insectes dans les cultures. Les plus dangereux des pesticides, comme les néonicotinoïdes, ont également un impact direct sur les oiseaux des champs : ils peuvent s'empoisonner en consommant des semences enrobées de ces pesticides.

France Nature Environnement milite donc pour que le projet de plan d’actions sur les produits phytopharmaceutiques mis en place par le gouvernement prenne enfin en compte la biodiversité, totalement absente de la première mouture. C’est uniquement à cette condition que l’agriculture pourra se désintoxiquer de ces produits.

Les alternatives à ces substances sont nombreuses comme chacun peut le (re)découvrir à l'occasion des centaines animations organisées partout en France jusqu'au 30 mars dans le cadre de la 13ème semaine pour les alternatives aux pesticides.

Individuellement, vous pouvez également participer à la consultation publique concernant l’initiative européenne en faveur des pollinisateurs sauvages qui constituent une ressource alimentaire pour les oiseaux.

En milieux urbains, les oiseaux souffrent d'autres maux

Si les oiseaux des campagnes souffrent de l'agriculture industrielle, les oiseaux des milieux urbanisés pâtissent d'autres maux. Pour freiner leur déclin, il est nécessaire d’arrêter l’étalement urbain, de laisser une place pour la nature en ville dans le cadre de la trame verte et bleue et de développer des pratiques qui permettent de construire des bâtiments accueillants pour la biodiversité.

Ainsi, quels que soient les milieux, France Nature Environnement rappelle au gouvernement que la France a pris des engagements internationaux en faveur de la biodiversité : il est plus qu'urgent de les mettre en œuvre et de définir des actions concrètes pour préserver notre patrimoine naturel.

1Voir à ce propos les édifiants chiffres de l'observatoire national de la biodiversité concernant l'évolution des surfaces de grands espaces toujours en herbe , l'évolution des milieux naturels dans les secteurs de nature remarquable et le Principal milieu naturel métropolitain détruit par artificialisation
© photo : Bruant jaune. Crédit Nicolas Burhel

Par FNE
Le mercredi 21 mars 2018
Je relaie J'agis Je donne